Navigation – Plan du site

In memoriam : Claude Bruneteau (1927-2015)

Françoise Deconinck-Brossard

Texte intégral

1Claude Bruneteau, membre de notre Société depuis son origine, est mort le 22 juin 2015.

2Après avoir réussi en 1943 le concours d’entrée à l’École Normale d’Instituteurs d’Auteuil, il commença sa carrière dans l’enseignement primaire. Puis il entreprit des études d’anglais et de littérature française à la Sorbonne. Comme d’autres de ses condisciples, il gravit alors un à un tous les échelons de la carrière universitaire. Ayant obtenu la Licence et soutenu un Diplôme d’Études supérieures, il devint professeur d’anglais de la Ville de Paris. Une brillante réussite à l’agrégation en 1958 l’amena ensuite à enseigner pendant six ans en lycée. En 1964 il entra à la Faculté des Lettres de Nanterre dès sa création. Il y fit partie de l’équipe fondatrice des études anglo-américaines. Successivement Assistant, Maître-Assistant, Chargé d’Enseignement, Maître de Conférences (dans l’acception de l’époque) et Professeur, il ne quitta l’université Paris x qu’à son départ en retraite en 1987.

3Son enseignement, très apprécié des étudiants de tous niveaux, portait essentiellement sur diverses questions de littérature, de civili-sation et d’histoire des idées aux xviie et xviiie siècles.

4Depuis la publication en 1974 de sa thèse de doctorat d’État sur John Arbuthnot (1677-1735) et les idées au début du dix-huitième siècle, ces questions représentaient son domaine de recherche de prédilection. En outre, il s’intéressait depuis longtemps à la traduction, où il excellait, et avait contribué, de 1968 à 1971, à trois manuels de version anglaise. C’est donc tout naturellement qu’il publia en 1976 une édition critique bilingue de L’Histoire de John Bull, qui fit longtemps référence. Lorsque cette œuvre fut mise au programme d’agrégation, il prépara pour notre Revue une bibliographie « sélective et commentée » à l’intention des candidats et y rédigea, en colla­boration avec Georges Lamoine, un article sur « Le langage de la chicane dans John Bull ». Il aimait en effet le travail d’équipe. Il co-signa ainsi avec Bernard Cottret en 1982 l’appareil critique d’un écrit de Louis-Sébastien Mercier resté jusque-là inédit, Parallèle de Paris et de Londres, qui fut bien reçu par la critique, tant en France qu’à l’étranger. Il lui semblait important d’étudier les récits de voyageurs étrangers afin de compléter l’image trop insulaire que peuvent parfois donner la littérature et l’histoire de la nation anglaise au xviiie siècle. Il consacra donc plusieurs travaux à Béat-Louis de Muralt, à César de Saussure et à la supériorité du modèle anglais pour maints Français de l’époque.

5Non content de poursuivre ainsi ses propres recherches, Claude Bruneteau aimait à guider et à publier celles d’autrui. Le dévouement avec lequel il dirigeait ses thésards, dont plusieurs firent à leur tour une belle carrière professorale, dépassait de beaucoup ce que l’on peut ordinairement attendre d’un directeur de thèse. N’hésitant pas à les inviter à son domicile et à leur faire partager son intimité familiale, il nouait avec eux des relations d’amitié et parfois aussi de collaboration intellectuelle. En outre, les jeunes chercheurs pouvaient trouver l’occasion de faire leurs premières armes de communication scientifique lors des rencontres organisées par le Centre de recherches sur les origines de la modernité et les pays anglophones, que Claude Bruneteau co-dirigeait avec Armand Himy et avec le professeur d’histoire du droit Maurice Robin († 2010). De 1992 à 1996, il contribua à éditer six volumes d’Actes de colloques, publiés aux Presses de Paris X dans Confluences.

6Comme tout enseignant-chercheur, Claude Bruneteau se vit également confier de lourdes tâches administratives, dont il serait trop long d’énumérer la liste. Il réussit admirablement à concilier les responsabilités administratives avec l’enseignement et avec la recherche. Pendant plusieurs années il fut chargé de la délicate mission d’organiser l’emploi du temps des études anglo-américaines nanterroises, ce qui lui donna l’occasion de manifester un sens remarquable de l’organisation. Ses anciens collègues, qui me disent « ne garder que de bons souvenirs » de lui, soulignent également l’intégrité dont il sut faire preuve au milieu des querelles intestines que connaissait parfois la communauté angliciste. N’oubliant pas ses origines, il siégea à la commission chargée d’élaborer en 1980 un projet de « DEUG des Instituteurs » pour l’université Paris X. En 1980-82, il fut responsable de l’enseignement de l’anglais aux élèves-instituteurs des cinq Écoles Normales de l’Académie de Versailles.

7Ce parcours exemplaire fut, hélas, interrompu en 1997 par un premier accident vasculaire cérébral. Avec son courage habituel, et grâce à l’aide indéfectible de son épouse, Claude Bruneteau dut réapprendre l’usage de la parole, de la lecture et de l’écriture. Cela ne l’empêcha pas de continuer de pratiquer ses deux violons d’Ingres, le tennis – il fut longtemps joueur classé – et l’histoire de l’art. Jusqu’à la semaine précédant son décès, il ne manquait jamais sa visite bi-hebdomadaire à une exposition de peinture ou de sculpture et repérait soigneusement les critiques d’art dans sa lecture quotidienne du Monde.

8Avec lui disparaît le témoin d’une époque novatrice qui vit naître, entre autres, notre Société, ainsi que l’université de Nanterre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Deconinck-Brossard, « In memoriam : Claude Bruneteau (1927-2015) », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://1718.revues.org/274

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org