Navigation – Plan du site

In memoriam : Robert Ellrodt (1922-2015)

Suzy Halimi

Texte intégral

1Robert Ellrodt nous a quittés le 11 octobre 2015. Sitôt la nouvelle connue, un flot de messages s’est déversé sur le site de la SAES, messages d’étudiants, d’enseignants, de chercheurs, de collègues, qui tous voulaient exprimer leur émotion, leur admiration, leur respect et leur reconnaissance pour celui dont le chemin avait un jour croisé le leur, marquant leur vie à jamais. Car Robert Ellrodt a été un homme exemplaire, un universitaire hors pair.

2Enseignant, il a initié des générations aux beautés de la littérature anglaise. Agrégé d’anglais en 1945, pensionnaire de la Fondation Thiers, il a été d’abord attaché de recherche au CNRS (1946-49) puis chargé d’enseignement aux universités de Poitiers (1949-50), et d’Alger (1950-57), où il rencontre Suzanne, celle qui devient sa femme. Il soutient sa thèse de doctorat en Sorbonne en 1959 et, au retour d’Algérie, il enseigne comme professeur à l’université de Toulouse, avant d’être élu à la Sorbonne, sur une chaire à titre personnel, en 1961. Il quitte la Sorbonne en 1966 pour participer à la fondation de l’université de Nice, où il est Doyen de la Faculté des lettres de 1967 à 1971. Revenu à la Sorbonne Nouvelle en 1975, il en est le Président de 1986 à 1991.

3Son enseignement puise ses sources dans sa recherche, aujourd’hui reconnue et honorée au-delà de nos frontières. C’est d’abord sa thèse de doctorat d’État sur Les Poètes métaphysiques anglais au xviie siècle, rééditée en 1973. Robert Ellrodt est bien perçu aujourd’hui comme le spécialiste international de la poésie métaphysique anglaise du xviie siècle. Mais ce chercheur passionné et infatigable ne s’est pas laissé enfermer dans les limites de son champ d’élection. Son immense culture se déploie dans de nombreuses publications personnelles ou dont il assure la direction : 9 livres, 4 directions d’ouvrages ; il participe aussi à des ouvrages collectifs (une trentaine) ; et comment rendre hommage aux nombreux articles parus dans les revues nationales et internationales les plus cotées ! Parmi les auteurs anglais qui retiennent son attention, on relève les noms de Donne bien sûr, Spenser, Milton, Shakespeare, mais aussi de Keats, Shelley, De Quincey, Gerald Manley Hopkins, Thomas Hardy. Il participe à des éditions de pièces du théâtre de la Renaissance : Le Roi Lear (2002) de Shakespeare, Le Docteur Faust de Christopher Marlowe (2009), Dommage qu’elle soit une putain de John Ford (2009), en collaboration avec Jean-Michel Desprats et Gisèle Venet, Michel Grivelet et Gilles Montsarrat, François Laroque et Jean-Marie Maguin.

4Ce littéraire est aussi un philosophe et c’est bien là le fil rouge qui se retrouve à travers les multiples publications qui ponctuent son chemin. Quelques exemples, à défaut d’être exhaustive : « De Platon à Traherne : l’intuition de l’instant chez les poètes métaphysiques anglais » (1972), « Divination et esprit métaphysique au xviie siècle anglais » (1986), etc. Ce qu’il essaie d’analyser, c’est la conscience de soi dans la création littéraire, comme le montre le titre d’une de ses dernières publications, Montaigne et Shakespeare, l’émergence de la conscience moderne (2011), ouvrage qu’il a lui-même traduit en anglais et dont une édition de luxe vient de paraître (2015). Cette conscience de soi, il l’étudie aussi dans la traduction du Paradis Perdu de Milton par Chateaubriand, en l’accompagnant d’une présentation et de notes personnelles.

5Chez les poètes anciens ou contemporains, il a voulu comprendre l’origine de l’inspiration poétique, souffle divin, comme chez ce barde peint par John Martin, jouant de la harpe au bord d’un précipice, au cœur d’un paysage sublime à souhait (The Bard, 1817), ou source personnelle puisée au fond de l’âme humaine, de la conscience même du créateur. C’est cette quête qui lui dicte une admirable analyse du « Kubla Khan » de Coleridge, à travers des approches psychanalytiques empruntées à Freud, Jung ou Lacan (2000) ; mais aussi « Miracles et nature de saint Augustin à la poésie métaphysique anglaise » (1975), ou également « Angels and the Poetic imagination » (1980). Cette liste pourrait être bien plus longue. Ces poètes qu’il a tant aimés, étudiés, il les a aussi traduits en français ; car Robert Ellrodt est également un éminent traducteur. Ses éditions bilingues de Keats et de Shelley en sont d’admirables exemples.

6On peut se demander comment, au milieu de cette riche et féconde activité de chercheur, Robert Ellrodt a trouvé le temps d’assumer des responsabilités administratives. Car on l’a maintes fois sollicité, pour son efficacité, son sens de la mesure, le respect qu’il inspire par son honnêteté intellectuelle, sa faculté d’écoute. Pétri d’un sens profond, authentique du service public, il a été avec le même bonheur, Doyen de faculté à Nice, Président d’université à la Sorbonne Nouvelle, Président du jury d’agrégation d’anglais, membre du CNU, du CNESER, Président d’honneur de la SAES, de notre Société d’Études Anglo-américaines des xviie et xviiie siècles. Et dans les heures tourmentées de l’Université, il a fondé l’AUPEL (Association Universitaire pour l’Entente et la Liberté), où se retrouvent ceux qui, comme lui, avec lui, refusent les extrémismes de tout bord et essaient de réfléchir et d’œuvrer avec mesure et objectivité à l’avenir de nos institutions d’enseignement supérieur.

7Les plus hautes distinctions sont naturellement venues couronner cette carrière hors du commun : Officier de la Légion d’honneur, Commandeur des Palmes Académiques, Commandeur de l’Ordre de l’Empire Britannique.

*

8Cet hommage, d’autres l’ont rendu, d’autres le rendront encore à Robert Ellrodt. Qu’il me soit permis d’ajouter à présent quelques témoignages personnels. Mon premier contact avec lui a été au sein du jury d’agrégation qu’il présidait et où j’ai pu apprécier au quotidien sa rigueur, son exigence de qualité et aussi son sens profond de l’humain. À la fin des épreuves, lors du cocktail offert aux membres du jury, ô surprise, un électrophone, des disques… et notre Président mettant un point d’honneur à faire danser toutes les dames de son jury ! Soirée inoubliable ! Et puis, au fil du temps, nous avons appris à mieux nous connaître, lorsque j’ai vu arriver ses filles Isabelle, puis Geneviève dans mes cours ; j’ai fait aussi la connaissance de Suzanne et, nous évoquions, devant une tasse de thé, cette Algérie qui nous était chère et dont nous conservions tous un souvenir ensoleillé.

9Et comment ne pas vous remercier, cher Robert, pour le rôle que vous avez joué dans ma carrière. C’est vous qui m’avez guidée vers la présidence de notre Université quand s’est achevé votre mandat : me mettre dans vos pas, vous demander conseil, poursuivre l’œuvre que vous aviez amorcée, discuter avec vous de projets nouveaux et surtout sauvegarder et renforcer cet « esprit maison », ce sentiment d’appar-tenance de tous les usagers à une cause commune, sans lequel il n’est pas d’enthousiasme pour un avenir viable : tout cela a fait de mon mandat une expérience riche, lumineuse, inoubliable, au service de notre Sorbonne Nouvelle, une université brillante, dynamique, généreuse, attachante.

10Quelques années plus tard, c’est encore vous qui avez souhaité me voir assumer la présidence de notre Société d’Études Anglo-Américaines des xviie et xviiie siècles, que vous aviez contribué à fonder avec Pierre Arnaud, Jean Béranger, Jean Dulck et Olivier Lutaud. Notre Société est aujourd’hui florissante ; les membres de son Conseil d’administration s’y emploient avec cœur, d’éminentes personnalités étrangères acceptent nos invitations, de jeunes chercheurs viennent y communiquer le fruit de leurs travaux et, insigne reconnaissance, Manchester University Press vient d’accueillir une nouvelle collection de nos publications. Merci encore pour cette autre expérience inoubliable !

11« Qu’as-tu fait de tes talents », nous demandera-t-on un jour ! Cher Robert, vous avez fait pleinement fructifier les vôtres, toujours avec modestie, avec ce regard indulgent et ce sourire dont nous garderons tous le souvenir. Je confierai à Shelley le soin de vous dire adieu de notre part à tous, dans ce poème à Wordsworth que vous avez si bien traduit :

Poet of Nature, thou hast wept to know
That things depart which never may return:
[ … ]
Thou were’t as a lone star, whose light did shine
On some frail bark in winter’s midnight roar!
[ … ] Thy voice did weave
Songs consecrate to truth and liberty,‒
Deserting these, thou leavest me to grieve,
Thus having been, that thou shouldst cease to be

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzy Halimi, « In memoriam : Robert Ellrodt (1922-2015) », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1718.revues.org/276

Haut de page

Auteur

Suzy Halimi

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org