Navigation – Plan du site

In memoriam : Marie-Claire Rouyer-Daney (1938-2015)

Marc Martinez

Texte intégral

1« J’aime que les choses soient bien faites », telles sont les paroles de Marie-Claire Rouyer-Daney prononcées à l’occasion d’une soirée entre amis et tel est le principe qu’elle n’a jamais trahi, que ce soit dans la rédaction d’un article, l’élaboration d’un cours ou encore la préparation de ses confitures, dont la recette était empruntée à Mrs Beeton. Ce souci d’exigence et de qualité a orienté le parcours remarquable d’une universitaire et marqué une carrière mise au service de ses étudiants, de ses collègues et de l’institution universitaire.

2Après une licence d’anglais obtenue en 1958, Marie-Claire Rouyer-Daney occupe un poste d’assistante dans le Yorkshire puis de lectrice à Bristol, l’année suivante. Reçue brillamment à l’agrégation, elle enseigne quelques années au lycée féminin de Périgueux puis au lycée Magendie de Bordeaux. Elle entre en 1967 comme Assistante à l’université de Bordeaux et rejoint ainsi le nombre encore limité de femmes qui y enseignent l’anglais. En 1979, année où elle soutient sa thèse d’État, « Samuel Foote, dramaturge satirique », à Paris 3, sous la direction du Professeur Jean Dulck, elle devient Maître de conférences puis Professeur en 1984 à l’université de Bordeaux, à laquelle elle restera fidèle jusqu’en 2000, date de son départ à la retraite.

3Spécialiste du théâtre satirique, elle publie de nombreux articles sur la comédie de la Restauration et du xviiie siècle ainsi qu’un ouvrage sur The Critic de Sheridan en collaboration avec Frédéric Ogée (1995). Elle élargit toutefois son champ de recherche et se tourne vers d’autres horizons liés à ses convictions. Les études féministes qu’elle conjugue à ses recherches théâtrales l’amènent à explorer le théâtre féministe en Grande-Bretagne (1979). Elle crée, par ailleurs, dans les années 1990, le Centre de Recherches Interdisciplinaires sur les Femmes dont les travaux, menés en Aquitaine mais aussi en collaboration avec l’université d’York à Toronto, sont axés sur le monde du travail et l’insertion sociale des femmes. Son intérêt pour les études dix-huitièmistes s’oriente alors dans une nouvelle direction, plus civilisa-tionniste : Marie-Claire Rouyer-Daney consacre une partie de sa recherche à la nourriture, la mode et les magazines féminins du xviiie siècle. A partir de 1995, elle dirige le Groupe d’Études et de Recherches Britanniques de Bordeaux 3, parvient à y fédérer l’ensemble des anglicistes de cette université et dirige des ouvrages comme notamment Le corps dans tous ses états (1995), Figures du souverain (1996), Food for Thought ou les avatars de la nourriture (1998).

4Chercheuse brillante et intègre, membre active d’une dizaine de sociétés savantes, c’est aussi une enseignante respectée, qui tenait à intervenir à tous les niveaux du cursus universitaire, de la première année, pour laquelle elle avait mis au point un système d’organisation des emplois du temps redoutablement efficace, à l’agrégation. Du début de sa carrière à son départ à la retraite, elle aura enseigné les auteurs au programme de ce concours « d’Everyman à Joyce », comme elle aimait à le rappeler, toujours avec le même souci de clarté et de perfection. Ayant assisté à ses cours, l’étudiant que j’étais se souvient encore de l’admiration qu’elle suscitait lorsqu’elle menait avec méthode et subtilité l’étude serrée et minutieuse des textes. Son esprit précis et rigoureux allié à une bienveillance et une attention constantes a attiré à elle nombre de doctorants qu’elle a accompagnés sur des sujets variés portant sur les études théâtrales ou la civilisation britannique.

5Marie-Claire Rouyer-Daney s’investit dans toutes les facettes du métier d’enseignant-chercheur, dans les instances locales et nationales. Faite Chevalier des Palmes académiques dès 1985, elle est membre du Conseil Scientifique de Bordeaux 3 et membre du Conseil de l’UFR des pays anglophones. En 1989, grâce à ses exceptionnelles qualités d’orga-nisatrice, elle monte de toutes pièces l’antenne d’Agen. Membre du Conseil National des Universités, elle sera également présidente du jury de l’agrégation externe d’anglais de 1992 à 1995, devenant ainsi la première femme à occuper un poste jusque-là masculin, comme le rappelle un article de L’Express consacré en 1997 aux « 100 femmes qui font bouger la France ».

6En 2000, vient le temps de la retraite et de l’éméritat. Retraitée active, membre du comité de rédaction de notre revue XVII-XVIII, elle poursuit ses activités universitaires, assiste régulièrement aux réunions et colloques et participe au jury du Prix AFEA / SAES de la recherche. Plus discrètement, elle s’implique dans la vie associative bordelaise, pour accompagner des femmes migrantes sur le plan social, professionnel et surtout culturel. C’est aussi le moment qu’elle choisit pour pratiquer, toujours avec la même application, un art, auquel elle avait consacré l’essentiel de sa recherche, l’art de la scène.

7Universitaire passionnée mais lucide qui a marqué et inspiré plusieurs générations d’étudiants, Marie-Claire Rouyer-Daney était aussi une hôtesse généreuse et gourmande qui, à l’issue d’un colloque ou d’une soutenance, prenait plaisir à inviter chez elle ses collègues et amis pour de copieux dîners. Ces repas, toujours bien faits, étaient l’occasion de raconter des aventures hilarantes, ponctuées de détails cocasses, avec cet esprit parfois caustique et toujours cette distance humoristique qui avaient été ses objets d’étude.

8Sa passion pour le théâtre satirique remontait, disait-elle, à 1958 lorsqu’elle avait suivi un cours du Professeur Jean Dulck sur The Beggar’s Opera. Peut-être aussi était-elle née lorsque, étudiante encore, elle avait joué dans The Importance of Being Earnest, une pièce qui doit tant à la comédie spirituelle de Sheridan. La mienne est née au contact de cette enseignante remarquable, lorsqu’elle me dirigea, jeune étudiant de deuxième année, dans une pièce de théâtre, non pas une comédie de mœurs, mais un drame irlandais, The Shadow of a Gunman de Sean O’Casey.

9Marie-Claire Rouyer-Daney, qui nous a quittés si soudainement, a offert à notre société sa dernière contribution académique au colloque « Autour du rire ». A cette occasion, j’ai eu le privilège de l’accompagner dans une communication à deux voix portant sur un domaine, le théâtre, et sur un sujet, le comique, qui nous fascinaient et nous avaient rapprochés. C’est l’image de cette universitaire, capable d’analyser brillamment les rouages du comique et de conserver, jusqu’à la fin, son sens de l’humour et sa générosité humaine, qui restera dans la mémoire de nombre d’entre nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Martinez, « In memoriam : Marie-Claire Rouyer-Daney (1938-2015) », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://1718.revues.org/278

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org