Navigation – Plan du site

Les 40 ans de la Société xvii-xviii

Textes lus à l’assemblée générale du 16 janvier 2016
Robert Ellrodt et Pierre Arnaud

Texte intégral

Robert Ellrodt (†), président d’honneur de la Société

1La création de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles a été due à une heureuse initiative de Jean Dulck. Je m’y suis volontiers associé ainsi que Jean Béranger pour les études américaines et Pierre Arnaud fut parmi les fondateurs. L’initiative était ambitieuse : l’ampleur de la période historique pouvait paraître démesurée et l’association de la jeune littérature américaine à l’anglaise était inattendue. Les sociétés de spécialistes limitaient ordinairement leur champ à un auteur ou à un mouvement, à une brève époque, un siècle au plus. Cette ambition s’est confirmée et s’est justifiée dans les colloques et les publications de notre Société, encore que le décès prématuré de Jean Béranger ait d’abord freiné la participation des américanistes. Malgré l’entrée au Bureau de Jean-Pierre Martin, trop tôt disparu lui aussi, ceux-ci ont été longtemps peu nombreux parmi nous, ce qui était regrettable tant les liens sont étroits entre la jeune littérature américaine et l’anglaise, tant la rébellion des colonies et la proclamation d’idéaux républicains outre Atlantique ont eu d’écho et d’influence en Grande Bretagne. En Europe il est heureux que des seiziémistes et des spécialistes du romantisme nous aient rejoints car leur présence confirme le rôle particulier des fins de siècles : on y voit la tendance d’une époque s’épuiser et s’amorcer un courant qui deviendra dominant au siècle suivant. C’est dans le défi aux anciens interdits lancé par Marlowe et par le jeune John Donne, dans les libertés des comédies shakespeariennes et sans doute dans la fermentation encore silencieuse des idées de Bacon que s’est constitué l’esprit early modern, encore en conflit au siècle suivant avec les forces conservatrices ou les fanatismes. C’est vers la fin du xviie siècle que Locke publie son Essay Concerning Human Understanding qui modèlera la pensée classique dans la première moitié du xviiie siècle, mais ce rationalisme empirique bientôt miné par le scepticisme de Hume, cédera la place à un abandon aux délices faciles de la sentimentalité et de l’imaginaire gothique, soudain élevés à la fin du siècle au niveau de l’authentique imagination créatrice par les premiers grands romantiques Wordsworth et Coleridge, comme par Blake dans son sublime isolement. Ainsi se justifie l’étendue de notre champ de recherche qui parfois déborde sur la fin du xviie siècle ou sur le début du xixe.

2Je tiens à rendre hommage pour leur rôle essentiel aux présidentes et aux présidents de notre Société, aux rédactrices et aux rédacteurs successifs de notre Revue, à tous les membres compétents et dévoués du Bureau, aux auteurs des précieuses lettres d’actualité et d’utiles relevés, aux organisateurs de fécondes journées pour les jeunes chercheurs. Je renonce à citer tous les noms des collègues qui ont participé à ces activités de la Société sous les présidences de Pierre Arnaud, Louis Roux, Suzy Halimi, et s’y consacrent aujourd’hui sous celle de Guyonne Leduc. Je tiens toutefois à féliciter Anne Page qui a mené à bien des négociations délicates avec Manchester University Press. Grâce à l’accord définitif en vue sur une « collection thématique anglophone » les recherches de notre Société seront renforcées et mieux connues hors de France.

*

Pierre Arnaud, président d’honneur de la Société

3Je m’associe à l’hommage rendu par Robert Ellrodt à tous les membres compétents et dévoués du bureau, dont l’actuelle présidente, Guyonne Leduc, et je voudrais ajouter Robert Ellrodt lui-même, qui a joué un rôle essentiel depuis la création de notre Société, ainsi que les secrétaires qui se sont succédé dont, entre autres, Marie-Madeleine Martinet, Françoise Deconinck-Brossard, Pierre Dubois, Michèle Vignaux et, présentement, Pierre Degott. Mais c’est à Élisabeth Bourcier que je songe tout particulièrement, car c’est à elle qu’est revenue l’idée de créer une société groupant des représentants des xviie et xviiie siècles et c’est à elle que nous sommes redevables de la vigueur de notre Société, toujours aussi vivante dans notre troisième millénaire.

4Comme le faisait remarquer Jean Dulck, lors de la publication du troisième Bulletin, « notre Société a une originalité qui la distingue de nos centres et de la SAES, c’est d’abord la présence, côte à côte, des spécialistes de deux siècles et celle des américanistes, toute naturelle à une époque où la communauté ‘anglo-saxonne’ a pris conscience de son existence avant de se transformer profondément après 1776 ». L’Angleterre du siècle des Lumières plonge tout naturelle­ment ses racines dans le xviie siècle. Locke et Newton, ainsi que plus tard Hume, sont responsa­bles d’une véritable révolution scientifique et philosophique. De même, on considère généralement que la publication des Lyrical Ballads de Coleridge et de Wordsworth en 1798 marque le début du romantisme en Grande-Bretagne, qui prendra son essor au xixe siècle. Mais bien avant, on assiste à la naissance du sentiment de la nature en poésie et en peinture. À cette époque, la célèbre formule d’Horace Ut pictura poesis, si chère au xviiie siècle, est reprise par de nombreux écrivains : l’idée d’un rapport privilégié entre la poésie et la peinture s’impose à tous. Aux côtés de la peinture et de la poésie, la musique avait une place de choix dans la constellation des arts. Cette théorie fut concentrée dans l’Angleterre du xviiie siècle par l’expression « sister arts ».

5Aux jeunes chercheurs la Société offrait dès les premières années la possibilité de présenter les résultats de leurs travaux soit à l’occasion du colloque annuel, soit dans le Bulletin lancé dès le début. Les occasions de se faire publier n’étaient pas très nombreuses. En outre, paraissaient dans le Bulletin des articles sur les auteurs et les questions mis au programme des concours du CAPES et de l’agrégation d’anglais, prétextes à des réunions attirant un grand nombre d’étudiants, notamment dans la salle Liard à la Sorbonne où avaient lieu traditionnellement nos réunions annuelles. Au début, notre Société publiait deux bulletins par an, sans parler de numéros spéciaux. Que reste-t-il de tant d’années de réunions, de colloques et d’articles ? La consultation de tous ces Bulletins est impressionnante et réconfortante. L’ampleur du champ de recherche ne semble pas avoir rebuté nos sociétaires. Bien au contraire. L’extra-ordinaire richesse de tous ces articles donne raison à ceux qui se sont lancés dans cette aventure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Ellrodt et Pierre Arnaud, « Les 40 ans de la Société xvii-xviii », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://1718.revues.org/280

Haut de page

Auteurs

Robert Ellrodt

Président d’honneur de la Société (†)

Pierre Arnaud

Président d’honneur de la Société

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org