Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Emmanuel Dupraz et Claire Gheeraert-Graffeuille, dir., La Guerre civile : Représentations, idéalisations, identifications | Emmanuel Dupraz, Claire Gheeraert-Graffeuille et Esther Martin, dir., La Guerre civile : Idéalisations et réconciliations

Cahiers de l’ERIAC n°6, 2014, ISBN 978-2-87775-597-9 | Cahiers de l’ERIAC n°7, 2015, ISBN 979-10-240-0337-5
Cyril Selzner
p. 322-325
Référence(s) :

DUPRAZ, EMMANUEL et CLAIRE GHEERAERT-GRAFFEUILLE, dir. — La Guerre civile : Représentations, idéalisations, identifications. Cahiers de l’ERIAC n°6, série « Cultures sans frontières ». Mont-Saint-Aignan : PU de Rouen et du Havre, 2014. 172 pp. ISBN 978-2-87775-597-9.

DUPRAZ, EMMANUEL, CLAIRE GHEERAERT-GRAFFEUILLE et ESTHER MARTIN, dir. — La Guerre civile : Idéalisations et réconciliations. Cahiers de l’ERIAC n°7, série « Cultures sans frontières ». Mont-Saint-Aignan : PU de Rouen et du Havre, 2015. 154 pp. ISBN 979-10-240-0337-5.

Texte intégral

1Ces deux livraisons, issues d’un séminaire de l’Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles (ERIAC) de l’université de Rouen conclu par deux journées d’études en 2010 et en 2012, proposent un diptyque consacré à la guerre civile. Ces ouvrages collectifs rassemblent des contributions aux contours chronologiques et géographiques très divers, des guerres civiles de l’antiquité romaine à la Syrie actuelle, des troubles britanniques du xviie siècle à l’Afrique du Sud post-Apartheid, en passant par la guerre d’Espagne. Même si, par nécessité, cette recension s’attachera surtout aux articles relatifs aux mondes anglophones des xviie et xviiie siècles, on ne saurait manquer l’occasion de saluer une entreprise d’emblée conçue comme pluri-disciplinaire dans un contexte universitaire qui la rend malaisée. En dépit de cette difficulté reconnue par les maîtres d’œuvre qui proposent non une synthèse, mais « un bilan délibérément fragmenté » de l’apport des différents champs et disciplines, le jeu d’échos et de contrastes produit par la juxtaposition et par la confrontation des points de vue contribue à éclairer un objet commun – la guerre civile – qui semble particulièrement bien choisi en raison de sa nature même pour illustrer les écueils de la totalisation et la nécessaire pluralisation des perspectives.

2L’actualité dramatique et la permanence apparente de la guerre civile, couplées à l’historicité pourtant profonde de la notion elle-même, en font un lieu de rencontre possible entre chercheurs venus de tous horizons, de l’histoire à la psychiatrie en passant par la littérature et la philosophie. Le voisinage naturel avec la définition aristotélicienne du tragique comme « surgissement du conflit au sein des alliances » – opportunément rappelée par Tony Gheeraert dans une méditation girardienne sur Corneille qui clôt le second volume – convoque immédiatement la problématique de sa représentation, fréquemment lestée d’arrière-plans mythiques et anthropologiques qui expliquent en partie l’omniprésence du langage de la parenté, du fratricide ou du parricide dès qu’il s’agit d’en rendre compte. La nature scandaleuse d’un conflit qui oppose ceux qui devraient être organiquement unis par le lien civique – que l’on conçoive celui-ci sur le mode de l’amitié, de la famille ou comme une relation politique sui generis – est en effet propre à susciter la réflexion et l’intérêt, autant que le désir de l’occulter, de le travestir ou de le surmonter.

3Le premier volume s’attache à explorer les représentations et les « idéalisations » par lesquelles les contemporains engagés dans le conflit (ou leurs héritiers) tentent de le penser en élaborant un cadre conceptuel, narratif et terminologique propice à leur cause et qui puisse en conjurer le scandale. Le second volume, tout en poursuivant en partie la thématique du premier, se concentre sur les cicatrices laissées par la crise et par les tentatives de réconciliation (avec soi, avec l’autre) par lesquelles on tente de réparer l’irréparable. On a souvent remarqué que les guerres civiles stimulaient la réflexion sur le langage, comme si le deuil de l’unité politique perdue était contemporain d’une autre perte, celle du sol de la langue commune laissant place à l’abîme de l’équivocité et à la guerre des mots. Hobbes n’insiste-t-il pas pour faire du Léviathan, destiné à conjurer le spectre de la dissension, le maître absolu des significations ? La question du langage traverse ainsi la plupart des contributions présentées, qu’il soit production d’un voile de mots recouvrant une insupportable réalité, instrument de mobilisation identifiant les parties en présence, champ de bataille idéologique, ou encore lieu d’une réconciliation possible avec l’ennemi – ou avec son propre passé.

4Les contributions intéressant la modernité anglophone portent en majorité – comme cela paraît naturel – sur les troubles civils qui ont déchiré les îles Britanniques au cœur du xviie siècle. Dans le premier volume, Claire Gheeraert-Graffeuille propose une étude stimulante sur l’historiographie de la période, centrée sur les problématiques de l’histoire immédiate – celles des contemporains des guerres civiles des années 1640. Convoquant un grand nombre de figures d’historiens au-delà des plus connues comme les frères ennemis Thomas May et Edward Hyde (Clarendon) – c’est l’un des intérêts de sa contribution –, elle restitue les dilemmes qui ont accompagné les premiers historiens de ces temps de drame, pris entre des modèles antiques emprunts d’une rhétorique d’impartialité et d’objectivité et leur propre engagement partisan – aggravé par les lacunes avouées de leur documentation. Claire Gheeraert-Graffeuille soutient après d’autres – même si elle nuance la thèse par moments – que cette écriture de l’histoire aux prises avec la guerre civile a été le lieu d’une révolution historiographique. On pourrait poursuivre le débat en l’élargissant – en déplorant par exemple que le Béhémoth de Hobbes n’ait pas été intégré à l’analyse – et en avançant l’hypothèse que c’est peut-être ailleurs que dans le genre historique proprement dit (chez Harrington par exemple) que les révolutions historiographiques à venir se préparaient de loin.

5Jean-Pierre Cléro revient également sur la question, chez un historien écossais des guerres civiles anglaises mieux connu en sa qualité de philosophe majeur, David Hume, en montrant comment, si le philo-sophe a informé l’historien par son analyse de la sympathie et des passions notamment, la pratique de l’histoire a suscité chez lui des analyses nouvelles, qui envisagent l’histoire comme espace et comme scène et qui s’écartent du psychologisme par leur attention au sym­bolique et au jeu à la fois mécanique et fatal des signifiants. Poursuivant au-delà des limites de l’historien et du Tory Hume dans ce qui pourrait être un résumé de son propre parcours philosophique, Jean-Pierre Cléro conclut son intervention sur la vision benthamienne de la guerre civile, contrastée avec celle de Hume.

6Carine Lounissi rappelle dans « ‘This unnatural controversy in which Britons fight Britons’ ? » que la guerre d’indépendance américaine a pu être doublement perçue comme une guerre civile, entre concitoyens britanniques d’abord, mais aussi en raison de la persistance du « loyalisme » dans les colonies, dont l’existence a longtemps été effacée au profit du grand récit national américain. Inscrivant son intervention dans les vifs débats historiographiques autour de « l’américanité » des colons en lutte, elle suit les cheminements complexes des notions de parenté originelle et de guerre civile chez certains des pères fondateurs comme Jefferson et Dickinson, puis offre une analyse comparative éclairante des positions respectives de Paine (le premier – lui l’Anglais – qui ait choisi de rompre avec la métaphore filiale) et d’Hector Saint John de Crèvecœur, deux figures considérées rétrospectivement comme fondatrices de l’identité américaine, mais dont le contraste illustre la complexité mouvante des allégeances et des identifications (« qui est l’ennemi ? ») entre 1774 et 1783.

7Signalons également, en clôture du premier volume, la contribution de Sylvaine Bataille sur l’adaptation cinématographique du Jules César de Shakespeare par Mankiewicz en 1953, qui ne nous concerne qu’obliquement mais qui contient des réflexions passionnantes sur la traduction et sur l’adaptation de l’histoire des guerres civiles romaines, ainsi que sur sa circulation entre les contextes historiques et les modalités fictionnelles, de Plutarque à Hollywood en passant par le théâtre élisabéthain.

8Dans le second volume, Stéphane Jettot propose une étude des stratégies généalogiques des familles jacobites irlandaises exilées aux xviie et xviiie siècles. Si sa portée paraît a priori plus étroite que les précédentes, cette contribution a le mérite d’entrouvrir des fenêtres sur les dilemmes et les stratégies identitaires de ces familles nobles déracinées qui tentent de survivre dans le monde de l’exil (en Espagne ou en France notamment) en faisant péniblement établir leur gentilité auprès de hérauts d’armes dont tout dépend. Tout en dressant des « monuments de papier » contre l’effacement des liens qui rattachent les émigrés à leurs origines, ces entreprises généalogiques peuvent témoigner d’une continuelle réinvention de soi, leurs variations subtiles devenant le sismographe des tribulations de communautés jacobites confrontées à la menace de l’extinction.

9Les deux volumes auraient sans doute gagné en cohérence à être réunis en un seul – si cela avait été possible – tant les chevauchements sont nombreux et les parties déséquilibrées. L’agencement parfois discutable des contributions témoigne sans doute de la difficulté à construire une thématique authentiquement pluridisciplinaire. La tonalité psychologisante donnée par l’intervention liminaire du psychiatre Jean-Claude Métraux sur les deuils collectifs, qui pourrait presque jouer le rôle d’une introduction et qui confère une unité plus grande en apparence au second volume au prix d’une certaine réduction de perspective, montre a contrario qu’une unification prématurée sous l’égide d’un discours dominant – ici thérapeutique – n’est peut-être pas souhaitable. Les lecteurs spécialistes de la première modernité anglophone auraient tort cependant de s’en tenir aux seuls articles qui les concernent au premier chef et ainsi de se priver d’une ouverture bienvenue : s’il n’est pas besoin de rappeler la rémanence de l’antiquité dans l’approche de la guerre civile aux xviie et xviiie siècles (d’où l’intérêt immédiat des présentations d’Esther Martin, de Dominique Briquel et de Philippe Torrens), l’apport comparatiste des autres contributions est bien réel dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Selzner, « Emmanuel Dupraz et Claire Gheeraert-Graffeuille, dir., La Guerre civile : Représentations, idéalisations, identifications | Emmanuel Dupraz, Claire Gheeraert-Graffeuille et Esther Martin, dir., La Guerre civile : Idéalisations et réconciliations », XVII-XVIII, 72 | 2015, 322-325.

Référence électronique

Cyril Selzner, « Emmanuel Dupraz et Claire Gheeraert-Graffeuille, dir., La Guerre civile : Représentations, idéalisations, identifications | Emmanuel Dupraz, Claire Gheeraert-Graffeuille et Esther Martin, dir., La Guerre civile : Idéalisations et réconciliations », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://1718.revues.org/304

Haut de page

Auteur

Cyril Selzner

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org