Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Giuliana Di Biase, La morale di Locke. Fra prudenza e mediocritas

Rome, Carocci Editore, 2012, ISBN 978-8843066155
Raffaella Santi
p. 326-327
Référence(s) :

DI BIASE, GIULIANA. — La morale di Locke. Fra prudenza e mediocritas. Rome : Carocci Editore, 2012. 325 pp. ISBN 978-8843066155.

Texte intégral

1Original dans son contenu comme dans la méthode, ce volume de Giuliana Di Biase donne de John Locke l’image d’un homme-philosophe, consubstantiel avec sa philosophie et, notamment, avec sa conception morale – mais cette dernière se croise avec sa vision politique et religieuse et, pour certaines raisons, également avec sa position épistémologique. Les concepts principaux, comme il est indiqué dans le sous-titre, sont ceux de mediocritas et de prudence ; le premier ressort de l’analyse des écrits et surtout de la correspondance de Locke, comme la caractéristique essentielle de la nature humaine, alors que le second se présente comme un instrument important de la conversation civile entre les hommes.

2S’orientant avec agilité et savoir au sein des huit volumes de la correspondance de Locke, la chercheuse reconstruit la pensée morale du philosophe anglais comme une pensée-en-action, c’est-à-dire comme une réflexion qui – comme pour démontrer la thèse socratique et platonique selon laquelle la dialectique et l’impulsion de la dynamique question-réponse dans le dialogue ont un rôle clé et irremplaçable pour la connaissance – naît de l’enrichissante confrontation avec les intellectuels de l’époque : Benjamin Furly, William Molyneux, Philipp van Limborch, Damaris Cudworth, James Tyrrel et d’autres.

3Au fil des pages du livre – structuré en quatre parties : « Langage et prudence » ; « Tolérance et mediocritas » ; « La pensée politique » et « La pensée morale » – prend forme la philosophie prudente d’un homme prudent, prêt à éviter les excès, et à se taire, lorsqu’il le faut. La prudence ne doit être confondue ni avec la phronesis aristotélicienne, la vertu dianoétique qui règle l’agir, ni avec la recta ratio agibilium de la tradition thomiste, car les deux ont pour finalité de relier la volonté et l’intellect dans la formulation du jugement moral. En 1703, en réponse à une lettre du Révérend Richard King, Locke écrit : « Every imprudent action does not make a man culpable ‘in foro conscientiæ.’ The business of morality I look upon to be the avoiding of crimes ; of prudence, inconveniencies, the foundation whereof lies in knowing men and manners. »

4La prudence, qui ne se structure pas comme un devoir (officium), effectue donc une tâche différente de celle de la morale, tâche moins « forte », mais pour autant non moins importante pour la société humaine et pour la vie civile. C’est ainsi que l’on peut justement soutenir que « l’importance attribuée à la sobriété verbale éclaircit de l’intérieur la pensée morale de Locke, pensée dans laquelle l’interprétation stoïque et thomiste et celle néo-épicurienne de l’enseignement chrétien, le pessimisme d’origine augustinienne et la confiance en la capacité de la raison semblent parfois difficiles à concilier ; toutefois, les tensions qui surgissent à la surface deviennent, au fur et à mesure que l’on avance en profondeur, moins discordantes. L’élément unifiant de l’intérieur repose en la vision d’une humanité corrompue par l’orgueil, véritable obstacle à tout progrès moral, scientifique, social et politique, une humanité qui, même si elle a reçu de Dieu des dons suffisants pour le connaître et l’aimer, s’obstine à poursuivre des chemins tortueux » (16).

5En reprenant une maxime de Juvénal (Satires, X, 365), dans la lettre à Edward Clarke de 1686 Locke écrit : « Nullum numen abest si sit prudentia » ; et dans les pages de son Journal il explique que, pour bien vivre, « a prudent conduct and self-rule is necessary in the various circumstances of this life ». Même dans ses écrits, Locke revient à plusieurs reprises sur le thème de la prudence, souvent dans le cadre de nombreuses tentatives de classification des domaines du savoir, qui sont ponctuellement reconstruits dans leur évolution historique. Mais, comme nous le montre Giuliana Di Biase, c’est la correspondance qui recèle les idées les plus enthousiasmantes, en nous offrant une piste métho­dologique qui permet de reconstituer la pensée (morale, mais pas uniquement) d’autres philosophes. Ce volume s’adresse à un lectorat italophone, mais l’auteur a signé plusieurs articles en anglais consacrés à la pensée de Locke accessibles à l’adresse suivante : <https://unich-it.academia.edu/​GiulianaDiBiase>.1

Haut de page

Notes

1 Voir aussi l’article dans ce volume (http://1718.revues.org/355).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raffaella Santi, « Giuliana Di Biase, La morale di Locke. Fra prudenza e mediocritas », XVII-XVIII, 72 | 2015, 326-327.

Référence électronique

Raffaella Santi, « Giuliana Di Biase, La morale di Locke. Fra prudenza e mediocritas », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://1718.revues.org/309

Haut de page

Auteur

Raffaella Santi

Università Degli Studi Di Urbino « Carlo Bo »

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org