Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Anne F. Widmayer, Theatre and the Novel, from Behn to Fielding

Oxford, University Studies in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, 2015, ISSN 0435-2866
Guyonne Leduc
p. 330-333
Référence(s) :

Widmayer, Anne F.Theatre and the Novel, from Behn to Fielding. Oxford University Studies in the Enlightenment. Oxford: Voltaire Foundation, 2015. xii + 263 pp. ISSN 0435-2866

Texte intégral

1Cet ouvrage s’attache à démontrer que les récits en prose, de la Restauration jusqu’au milieu du xviiie siècle, sont influencés en profondeur par des techniques empruntées au théâtre, chez quatre dramaturges-romancier(e)s : Aphra Behn, Mary Delarivier Manley, William Congreve (dans une moindre mesure) et Henry Fielding, ayant tous rédigé des pièces de natures très diverses. La démonstration, qui se focalise sur la thématique du lectorat et de l’illusion de la réalité, s’articule, après l’introduction, en cinq chapitres (divisés, chacun, en deux ou trois parties visuellement distinctes), un par auteur sauf dans le cas de Fielding, écrivain particulièrement prolixe, à qui deux chapitres sont consacrés : l’un centré sur ses œuvres théâtrales, l’autre sur ses romans. Une synthèse-ouverture conclut sur la fluidité des frontières génériques entre théâtre et roman et sur l’hybridité du genre romanesque à cette période.

2L’« Introduction » (1-24) réalise un rapide état des lieux de la recherche quant aux influences détectables sur le roman anglais à ses débuts et constate l’impasse relative à l’incidence de l’écriture théâtrale sur l’écriture romanesque. Les critiques se bornent, selon Anne F. Widmayer, à souligner le nombre important de spectacles dramatiques vus par des personnages de romans et à noter que maints d’entre eux sont dépeints comme « jouant un rôle » en vue de condamner leur hypocrisie (terme à l’étymologie grecque dramatique bien connue). L’introduction rappelle aussi l’importance de la dimension métathéâtrale (« reflexive plays » [18], théâtre dans le théâtre, etc.) des pièces et de leur mise en scène (fondée sur la distribution précise de l’espace scénique avant les innovations introduites par David Garrick au milieu des années 1760 [5-6]), tant à la Restauration qu’au xviiie siècle. Au plan méthodologique, cette étude s’affiche, d’emblée, au croisement des études relatives à la pratique théâtrale et de la critique littéraire (17).

3Dans le chapitre 2, « Aphra Behn’s dramatic techniques in prose : credibility and female power » (25-71), la polygraphe, souligne l’auteur, use de techniques théâtrales dans Oroonoko ; or, The Royal Slave (1688) – adapté ensuite au théâtre par Southerne (1695-96) (Widmayer consacre quelques pages [29-40] à une étude comparée) – à diverses fins : d’une part, en vue de dissocier Oroonoko et la narratrice du reste des personnages (y compris des esclaves [26]), d’autre part, afin d’attirer l’attention sur des similitudes entre l’esclave royal et ladite narratrice (41-58) et, enfin, pour légitimer le point de vue de ses personnages féminins (59-70) ; Anne F. Widmayer analyse ici la réécriture d’une scène de The Rover ; or, The Banished Cavalier (1677) dans The Lucky Mistake (1689) et dans « The Dumb Virgin » (1700). Les autres récits en prose d’Aphra Behn que sont Love Letters between a Noble-man and His Sister (1684) et The Fair Jilt ; or, The History of Prince Tarquin and Miranda (1688) ne font l’objet que de mentions car, semble-t-il, ils ne se prêtent pas à la présente démonstration.

4À la différence d’Aphra Behn, qui composa des pièces, puis des romans, Mary Delarivier Manley, elle, écrivit tout au long de sa carrière dans les deux genres où elle recourt à des techniques identiques (qualifiées de « dramatic narrative techniques » par Anne F. Widmayer [73]), si bien que théâtre et romans s’influencent l’un l’autre – tel sera aussi le cas chez Congreve –, comme le note le chapitre 3, « Performed emotions in Delarivier Manley’s works : actors and voyeurs » (73-123), qui examine successivement les quatre pièces (The Lost Lover [1696], The Royal Mischief [1696], Almyna [1706/1707] et Lucius [1717]), puis la prose de l’auteur concernant l’expression des émotions. L’accent, en effet, placé sur la vue à travers des scènes de révélation (« discovery scenes »), dans ses pièces de théâtre, se traduit de façon croissante dans les romans / récits en prose par la description très visuelle des émotions ressenties par les personnages féminins, afin d’éveiller la sym-pathie du lectorat (essentiellement féminin). Plus que sur le célèbre récit The New Atalantis (1709), l’analyse se concentre sur les productions tardives que sont Memoirs of Europe (1710), sur The Adventures of Rivella (1714) et sur The Power of Love (1720), constitué de plusieurs histoires séparées. Le tableau synoptique (98) est fort bienvenu, qui visualise l’approfondissement de l’empreinte dramatique dans les divers récits en prose.

5Le cas de William Congreve, objet du chapitre 4 – « Hybrid dramatic-narrative techniques : William Congreve’s Incognita and The Old Batchelor » (125-66) –, est particulier dans la mesure où le roman Incognita ; or, Love and Duty Reconcil’d (1692) précéda la rédaction de sa première pièce, The Old Batchelor (1693). Le sens du transfert se ferait donc davantage du romanesque vers le théâtral : « Congreve has imported the hybrid dramatic-narrative techniques of focusing upon only two characters’ conversation and a satirical author-character into his dramatic writing » (142-43). Pourtant, le roman s’origine, en partie, dans la pièce The Assignation ; or, Love in a Nunnery (1672), signée de Dryden, influence analysée en détail, avant une autre comparaison précise, celle entre Incognita et ses deux autres sources avérées que sont « Les Deux Frères rivaux » et « L’Amante invisible », issues du Roman comique (1651) de Paul Scarron, dramaturge, lui aussi, il est vrai. Une comparaison pointue entre les deux œuvres de Congreve complète ce chapitre afin d’examiner leur hybridité. Le recours à l’étude de la francisante Catherine Ramond, Roman et théâtre au XVIIIe siècle : Le Dialogue des genres (SVEC 4 [2010]), qui accompagne l’ouvrage d’Anne F. Widmayer, est ici tout particulièrement bienvenu.

6À l’instar de Congreve, Fielding recourt volontiers à la figure du commentateur ou du personnage-auteur, technique dramatique chez le second, procédé narratif chez le premier. Anne F. Widmayer a jugé nécessaire de consacrer deux chapitres (aux titres parallèles et complémentaires) à l’abondante œuvre fieldingienne, avant et après le Licensing Act de 1737. Le chapitre 5 explore les « rehearsal plays » parmi la trentaine de pièces de l’auteur ; le suivant, ses romans. Le titre du chapitre 5, « Abandoning control over ‘reality’ : authors-characters in Henry Fielding’s plays » (167-91), résume le cœur de la démonstration, fondée sur l’essence métadramatique ou métafictionnelle des neuf œuvres envisagées. Luckless, dans The Author’s Farce (1730/1734), et Spatter, dans Eurydice Hiss’d (1737), sont très proches de leur créateur qui ne s’épargne pas l’autocritique. Aux côtés des travaux d’Anthony Hassal, de Robert D. Hume et de Thomas Lockwood, Anne F. Widmayer utilise l’ouvrage de Jean Ducrocq, Le Théâtre de Fielding : 1728-1737 et ses prolongements dans l’œuvre romanesque (1975) dans le chapitre suivant aussi, intitulé « Self-conscious anti-realism : readers as actors-authors in Henry Fielding’s prose » (193-230).

7Les personnages-auteurs des romans, tout comme ceux des pièces de théâtre, prennent pour cible satirique, non seulement le théâtre (dont ses procédés visant à bâtir l’illusion dramatique), les personnages, les auditeurs, mais aussi eux-mêmes, en recourant à des comparaisons et à des métaphores empruntées eu théâtre. Les récits de Wilson (Joseph Andrews [1742]) et de l’Homme de la colline (Tom Jones [1749]) témoignent de l’expérience de Fielding dramaturge. En outre, il revient aux lecteurs actifs des romans, de même qu’aux spectateurs sollicités par les pièces, de démonter le jeu théâtral, parfois empreint d’exagération (toujours proche de l’hypocrisie chez Fielding), qui informe les récits de personnages, tels que Mrs Fitzpatrick et Mrs Miller dans Tom Jones ou de Miss Matthews et de Mrs Bennet dans Amelia (1751), récits qui sont, ici, objets de micro-lectures. Fielding romancier instaure toujours une distance ironique face aux scènes pétries d’émotion.

8Résumant l’évolution mise en lumière entre les œuvres d’Aphra Behn et de Mary Delarivier Manley, d’un côté, et celles de Congreve et de Fielding, de l’autre, quant à la mise à nu des artifices impliqués dans les écritures dramatique et romanesque, la « Conclusion » (231-44) attire l’attention sur le rôle très actif, à l’époque, joué tant par le spectateur que par le lecteur, unis dans un même contrat qu’énonce la voix narrative de Jonathan Wild (1743) : « though they know the whole to be one entire Fiction, [they] nevertheless agree to be deceived » (204). Une bibliographie hiérarchisée (245-57) et un index à la fois nominum et rerum (259-63) clôturent cet ouvrage très bien étayé sur des sources primaires et secondaires pertinentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guyonne Leduc, « Anne F. Widmayer, Theatre and the Novel, from Behn to Fielding », XVII-XVIII, 72 | 2015, 330-333.

Référence électronique

Guyonne Leduc, « Anne F. Widmayer, Theatre and the Novel, from Behn to Fielding », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 23 janvier 2017. URL : http://1718.revues.org/317

Haut de page

Auteur

Guyonne Leduc

Université Charles de Gaulle – Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org