Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Aleksandra Kowalska, Entre affirmation et répression, la sexualité féminine d’Aphra Behn aux sœurs Brontë

Paris, Honoré Champion, 2015, ISBN 978-2745327260
Claire Boulard Jouslin
p. 333-336
Référence(s) :

KOWALSKA, ALEKSANDRA. — Entre affirmation et répression, la sexualité féminine d’Aphra Behn aux sœurs Brontë. Paris : Honoré Champion, 2015. 568 pp. ISBN 978-2745327260.

Texte intégral

1Comme l’indique le titre, cet ouvrage propose une étude de la représentation de la sexualité féminine dans le roman féminin anglais de la fin du xviie siècle au début du xixe siècle. L’auteur s’appuie sur le constat que la sexualité féminine est au cœur d’un paradoxe. Bien qu’elle soit un sujet tabou, associée au vice, aux passions, et à toutes sortes de désordres jugés incompatibles avec la féminité sur la période concernée, elle constitue néanmoins le thème principal du roman féminin, dont le propos majeur est la destinée sexuelle des héroïnes. Ainsi dans un contexte globalement répressif en matière de sexualité féminine, les femmes auteurs s’expriment sur ce sujet par le biais de la fiction. Le but de l’ouvrage est d’examiner ce paradoxe et d’évaluer quelle est la part de réalité et de cliché dans l’association de la répression à la sexualité féminine. Que révèlent les romans sur la manière dont les romancières conçoivent la sexualité, dont elles la représentent, dont elles s’accommodent des exigences sociales, morales qui sont imposées aux femmes et aux femmes auteurs en particulier ? Le but est de « démontrer l’évolution, pas forcément linéaire, de ces représentations et de mettre au jour […] les continuités entre les œuvres des romancières que l’on ne croit pas souvent proches » (28).

2L’ambition du livre est grande dans la mesure où l’auteur, qui entend le terme de sexualité au sens large, physiologique, psychologique, social et politique, combine l’analyse d’un vaste corpus d’ouvrages féminins publiés à des époques où les mentalités étaient très différentes, l’analyse littéraire (stratégies narratives, intrigues, interventions des narratrices etc.) et l’analyse sociale, morale et psychologique des comportements féminins et masculins.

3Aleksandra Kowalska choisit de diviser sa démonstration en trois parties thématiques claires. L’auteur présente d’abord le contexte. Elle rappelle la situation d’infériorité légale et économique des femmes et montre comment l’amélioration des connaissances médicales sur le corps féminin et sur la sexualité féminine prolonge sur l’ensemble de la période un discours patriarcal répressif et dominateur à l’encontre des femmes et de leur sexualité. Enfin, elle montre que la perception et la représentation de la sexualité féminine varient avec les classes sociales et évoluent au long du xviiie siècle avec la définition de la féminité. Selon que les femmes sont définies comme des êtres de passion, de sensibilité ou de raison, leur sexualité est représentée diabolisée ou exploitée, ou bien passée sous silence voire niée.

4La seconde partie de l‘ouvrage est consacrée à l’analyse de l’affirmation de la sexualité féminine dans les romans féminins de la Restauration à l’aube du xixe siècle. Aleksandra Kowalska distingue trois formes différentes d’affirmation de la sexualité : les scènes érotiques et joyeuses des romans d’Aphra Behn, de Mary Manley et d’Eliza Haywood, destinées à émoustiller le lectorat, où les héroïnes ont une certaine initiative ; les descriptions pragmatiques quasi anatomiques des romancières radicales Mary Hays et Mary Wollstonecraft, qui au contraire considèrent la sexualité féminine comme le symbole de l’oppression féminine ; enfin, et contre toute attente puisqu’on ne trouve nulle scène de sexe dans leurs romans, la revendication de la passion et de l’épanouissement personnel par l’accomplissement du désir dans les romans des sœurs Brontë.

5L’auteur montre en troisième partie comment entre les deux extrémités du xviiie siècle, les romancières du milieu du siècle, Haywood (dans sa deuxième période), Charlotte Lennox, Frances Sheridan, Frances Burney, puis Jane Austen et Maria Edgeworth, influencées et contraintes par l’idéologie domestique ont, en réaction aux romances de leurs prédécesseurs, transformé le roman sentimental et « le roman de mœurs et de sentiment » en une parenthèse répressive, où la vertu des héroïnes implique la négation de la sexualité féminine. Les romans gothiques d’Ann Radcliffe prolongent encore cet état de fait, les héroïnes se soumettant aux règles de la bienséance et de la vertu et n’affirmant aucunement leur sexualité.

6Le grand mérite de cette synthèse est tout d’abord de montrer d’une part qu’au delà du constat banal « de la limitation progressive de l’expression de la sexualité féminine au cours du temps », il est difficile de tracer une ligne claire dans la représentation de la sexualité féminine sur une période longue à cause de l’importance de l’interaction entre textes romanesques et contextes sociaux et idéologiques. D’autre part, Aleksandra Kowalska met en évidence la coexistence au sein de même textes de stratégies d’affirmation et de répression de la sexualité qui brouillent les discours : elle analyse notamment des stratégies telles que la présence de binômes d’héroïnes passive (vertueuse) et active (sexuellement) qui permettent tout à la fois de mettre en scène la norme sociale et la rébellion des femmes contre le contrôle social de la sexualité féminine ainsi que l’affirmation d’une libido. Il est ainsi difficile de faire la part de la prudence et de celle des préjugés.

7La présence dans cette étude de nombreuses analyses fines et précises de romans parfois assez peu connus tels que ceux de Mary Hays illustre encore la variété et la complexité des représentations, ainsi que le souci de l’auteur de ne pas tomber dans la schématisation.

8L’intérêt second de cette synthèse est d’opérer des rapprochements inédits et audacieux entre des textes romanesques très différents, notamment entre les romances d’Aphra Behn et les romans de Charlotte Brontë et d’inviter le lecteur à repenser aussi bien l’histoire littéraire que l’histoire des femmes en dehors des grandes catégories romanesques et de la périodisation. Aleksandra Kowalska offre ici des prolongements aux études désormais classiques comme celle de Ros Ballaster, qui pourront être utiles aux chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Boulard Jouslin, « Aleksandra Kowalska, Entre affirmation et répression, la sexualité féminine d’Aphra Behn aux sœurs Brontë », XVII-XVIII, 72 | 2015, 333-336.

Référence électronique

Claire Boulard Jouslin, « Aleksandra Kowalska, Entre affirmation et répression, la sexualité féminine d’Aphra Behn aux sœurs Brontë », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1718.revues.org/320

Haut de page

Auteur

Claire Boulard Jouslin

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org