Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Patricia Howard, The Modern Castrato: Gaetano Guadagni and the Coming of a New Operatic Age

Oxford, Oxford UP, 2014, ISBN 978-0-19-936520-3
Pierre Degott
p. 341-343
Référence(s) :

HOWARD, PATRICIA. The Modern Castrato: Gaetano Guadagni and the Coming of a New Operatic Age. Oxford: Oxford UP, 2014. 246 pp. ISBN 978-0-19-936520-3.

Texte intégral

1Consacré à la vie et à la carrière d’un des plus grands chanteurs de la deuxième moitié du xviiie siècle, l’ouvrage de Patricia Howard constitue la première grande biographie du castrat alto Gaetano Guadagni (1728-92), artiste de légende resté à la postérité pour avoir créé à Vienne le rôle-titre de l’Orfeo ed Euridice de Gluck (1762). Le fil conducteur de ce volume vise essentiellement à démontrer et à analyser tous les aspects de la modernité d’un artiste associé, par sa collaboration avec les plus grands créateurs de l’époque, à la Réforme de l’opera seria telle que cette dernière fut souhaitée et orchestrée par le théoricien Francesco Algarotti, le librettiste Ranieri de’ Calzabigi et des compositeurs comme Gluck, Traetta, Piccinni, Jommelli, Bertoni, Jean-Chrétien Bach et bien d’autres encore. Les chapitres consacrés aux grandes tranches de la carrière de Guadagni – Londres, Vienne, l’Italie – se lisent ainsi comme un passionnant panorama de la vie musicale en Europe, que ce dernier fasse état de manifestations proposées dans un cadre public ou dans la sphère du privé ou du semi-privé. De même, l’ouvrage de Patricia Howard donne une idée juste et précise de ce qui faisait le quotidien d’une catégorie de musiciens au parcours personnel et artistique forcément atypique, et qui dépendaient pour leur survie de leurs relations avec les individus ou les institutions susceptibles de s’attacher leurs services.

2Le lecteur angliciste s’intéressera plus particulièrement aux sept années anglaises (1748-55) du grand chanteur italien, lesquelles couvrent un bon quart de sa longue carrière. Trois chapitres sont ainsi consacrés aux premiers pas du jeune artiste sur la scène du King’s Theatre, lorsque le tout jeune Guadagni débarqua à Londres comme membre inexpérimenté d’une compagnie italienne d’opera buffa, puis à la collaboration de Guadagni avec Haendel et d’autre compositeurs anglais (John Christopher Smith, Thomas Augustine Arne, plus tard Samuel Arnold). Le lecteur goûtera tout particulièrement le chapitre où sont analysés le jeu ainsi que l’expression faciale et corporelle d’un chanteur généralement loué pour ses talents d’acteur, plutôt que pour ses dons de vocaliste. Un chapitre sur le retour de Guadagni à Londres lors des saisons 1769-70 et 1770-71 fait le point non seulement sur les célèbres frasques londoniennes du chanteur, mais également sur son honnêteté et son intégrité artistiques. Son refus – longuement commenté du vivant de l’artiste, mais sans doute pas pour les bonnes raisons – de saluer le public et de bisser ses airs est ainsi analysé à l’aune du débat sur la vraisemblance dramatique et sur le naturalisme au théâtre qu’appelaient de leur vœux les grands dramaturges de l’époque.

  • 1  Voir Donald Burrows et Rosemary Dunhill, eds., Music and Theatre in Handel’s World : The Family Pa (...)

3Si l’ouvrage de Patricia Howard fait état de sources inédites pour la partie italienne de la carrière du grand castrat, la période anglaise repose sur une documentation essentiellement connue. Reconnaissons toutefois que la publication des « Harris Papers », relativement récente, demeure encore assez peu connue du grand public.1 L’intérêt majeur de la contribution scientifique de Patricia Howard consiste en fait, outre la compilation méticuleuse de toutes les sources connues, en la révision et en la remise en question de certaines des affirmations perpétuées depuis des siècles, notamment suite à la publication des écrits de Charles Burney, dont l’autorité n’avait jusqu’à présent jamais mise en cause. Il est ainsi rappelé, et à plusieurs reprises, que rien n’atteste le fait assez peu probable qu’à la suite de ses sept années passées en Grande-Bretagne le chanteur ait effectivement suivi à Lisbonne l’enseignement du castrat Gioacchino Conti, dit Il Gizziello. Howard, sans doute à juste titre, minimise également dans le chapitre « Guadagni the Actor » le rôle joué par Garrick dans la formation du chanteur, arguant que la fréquentation par ce dernier des célèbres acteurs italiens Filippo Laschi et Pietro Pertici, et cela pendant plusieurs saisons, a sans doute joué un rôle plus important que les quelques semaines passées en compagnie du grand comédien anglais. On se souvient en effet que les deux hommes s’étaient rencontrés sur la préparation de l’opéra de John Christopher Smith The Fairies (1755), l’ouvrage dont le livret avait été réécrit par Garrick à partir du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare.

4On appréciera tout particulièrement les chapitres 4, 9 et 12, lesquels font le point sur les qualités d’acteur, de compositeur et de chanteur d’un artiste visiblement innovant dans tous les domaines. Là aussi, l’auteur de l’ouvrage n’hésite pas à malmener certaines prises de position récentes, notamment quand elle contredit le musicologue Daniel Heartz dans ses analyses fort critiques des compositions musicales de Guadagni. On pourra regretter que l’insertion de ces chapitres, qui alternent avec ceux portant sur les tranches chronologiques de la vie du chanteur, conduise à d’inévitables redites. De même, on trouvera que certains passages, notamment ceux sur l’évolution des rôles de castrat au début du xxe siècle, revêtent un caractère quelque peu digressif. Notons enfin que cet appréciable ouvrage est complété d’un site internet, qui permet d’accéder à la partition des trois airs composés par Guadagni dans le but d’être insérés, selon la tradition alors en vigueur de l’aria di baula (air-bagage), dans les ouvrages qu’il était chargé d’interpréter : <www.oup.com/us/moderncastrato>. On signalera également l’existence du CD du contreténor Iestyn Davies Arias for Guadagni (Hyperion CDA 67924), destiné lui aussi à illustrer le propos tenu dans l’ouvrage.

5En somme, l’ouvrage de Patricia Howard redonne toute sa place à l’une des personnalités artistiques les plus accomplies de la seconde moitié du xviiie siècle à une époque où, en Grande-Bretagne comme ailleurs, le castrat avait depuis longtemps cessé d’être un objet de mépris, de satire et de ridicule.

Haut de page

Notes

1  Voir Donald Burrows et Rosemary Dunhill, eds., Music and Theatre in Handel’s World : The Family Papers of James Harris, 1732-1780, Oxford : OUP, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Degott, « Patricia Howard, The Modern Castrato: Gaetano Guadagni and the Coming of a New Operatic Age », XVII-XVIII, 72 | 2015, 341-343.

Référence électronique

Pierre Degott, « Patricia Howard, The Modern Castrato: Gaetano Guadagni and the Coming of a New Operatic Age », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1718.revues.org/329

Haut de page

Auteur

Pierre Degott

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org