Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Alain Morvan, éd., Marc Porée, coll., Frankenstein et autres romans gothiques

Paris, Gallimard, 2014, ISBN 978-2-07-012430-5
Jean Viviès
p. 344-346
Référence(s) :

MORVAN, ALAIN, éd., avec la collaboration de Marc PORÉE. Frankenstein et autres romans gothiques. Paris : Gallimard, 2014. 1 371 pp. ISBN 978-2-07-012430-5.

Texte intégral

1Ce nouveau volume de la prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade » présente un choix de cinq romans sous l’étiquette générique de romans gothiques. Se succèdent ainsi de manière chronologique le Château d’Otrante (1764) de Horace Walpole, Vathek de William Beckford, Le Moine de Matthew Gregory Lewis, L’Italien, ou le Confessionnal des pénitents noirs d’Ann Radcliffe et Frankenstein de Mary Shelley (1818 et 1831). Le gothique est donc ici abordé à travers cinq de ses illustrations les plus brillantes, à partir d’une conception un peu plus large de ce corpus que ne l’entendait par exemple l’ouvrage fondateur de Maurice Lévy, Le Roman « gothique » anglais, 1764-1824 (1968). L’appareil critique est riche : une préface générale, une chrono­logie (qui va de 1717 à 1860) et une note générale sur l’édition, ainsi qu’un ensemble de notices, de notes bibliographiques sélectives et de notes pour chacun des textes, auquel s’ajoute une bibliographie générale, elle aussi sélective. Les textes sont présentés dans des traductions nouvelles et soignées dues à Alain Morvan et à Marc Porée (pour L’Italien), à l’exception de Vathek, puisqu’il a été écrit à l’origine en français par Beckford, qui avait également traduit les manuscrits arabes d’Edward Wortley Montagu directement en français. On suit ainsi l’évolution du gothique, en partant du château mis en histoire de Horace Walpole pour traverser ensuite l’Orient érudit et prodigieux de Beckford, la nuit ténébreuse, démoniaque et macabre du sulfureux Lewis, les mystères accumulés, mais toujours expliqués in fine, de Radcliffe – ici ceux de L’Italien préférés aux Mystères d’Udolphe –pour finir avec le saisissant Frankenstein (dans l’édition de 1831), puissante histoire de création et point de départ d’un mythe.

2Le gothique est une orientation, une forme particulière de sensibilité et de vision, relève d’emblée la préface, qui évoque certains romans des Brontë et de Dickens pour en signaler l’influence sur le xixe siècle. Etymologiquement l’adjectif renvoie aux « dark ages » du temps des Goths et l’on peut, avant l’apparition du roman gothique, en déceler des devanciers chez Shakespeare, ou chez Smollett chez qui il est remarquable de noter que le traitement de la terreur ne s’accompagne d’aucune distance ironique (dans Ferdinand Count Fathom, paru en 1753 et au titre plutôt gothique d’ailleurs). Le roman sentimental, avec ses vertueuses héroïnes en détresse, a aussi joué son rôle dans le surgissement du gothique en 1764.

3Ses traits principaux sont bien connus ; parmi ceux-ci l’importance de la violence, de la traque et de l’emprisonnement, la place de l’angoisse et l’effroi, les châteaux médiévaux et leurs sinistres souterrains, les temps sombres et reculés, ainsi que son rejet de la modernité. À l’optimisme des Lumières le gothique oppose en effet des leçons de ténèbres ; au « monde sans peur » que Barthes lisait dans le projet de l’Encyclopédie, il oppose la terreur et le frisson. On remarquera que Vathek est inclus ici dans le corpus des romans gothiques même s’il relève aussi d’autres affiliations génériques. Ce « conte arabe qui scelle l’alliance du rêve gothique et du cauchemar oriental » (1 273) doit beaucoup à l’orientalisme et moins sans doute à l’architecture du roman gothique qui, sous ses déguisements étrangers, italiens ou espagnols, exprime avec intensité une sensibilité toute anglaise, familière des ruines des abbayes et des châteaux détruits.

4Loin de se réduire à un phénomène historiquement daté (il l’est au départ), le gothique a essaimé et lancé ses prolongements jusqu’à nos jours, depuis les Romantiques, Coleridge et Byron, jusqu’au roman de détection et à la science-fiction en passant par Stevenson, Wilde, Poe, Hawthorne ou encore Maupassant en France. Balzac, on le sait moins, doit aussi une part de la noirceur de certains de ses textes à cette veine. Alain Morvan affirme avec conviction l’appartenance du gothique (terme que l’Université n’acceptait encore qu’avec des guillemets prudents et un peu distants à l’époque de la thèse de Maurice Lévy) à la littérature la plus noble et à la littérature universelle au-delà de son aire culturelle d’origine. Son lieu de naissance est en Angleterre à Otrante et son acte de naissance se trouve dans le lien profond qui s’y établit entre écriture et architecture. Son domaine est la passion, qu’il partage avec la tragédie, le dérèglement de l’imaginaire, le langage de l’abîme, bien plus que la simple émotion ou le sensationnalisme à bon marché auquel on a voulu un temps le réduire et pour lequel on l’a parfois moqué à travers ses lectrices (Northanger Abbey de Jane Austen). Le recours à l’histoire des formes littéraires, savoir toujours bien utile, permet d’éviter les emplois trop étendus d’un adjectif très largement galvaudé, tout en nous laissant mesurer sa contagieuse diffusion.

5En offrant en un seul volume un remarquable corpus à la fois inévitablement restreint par le nombre et élargi par l’interprétation assumée du gothique qui le sous-tend, cette édition réjouira, en les faisant délicieusement frissonner, les lecteurs qui souhaitent aborder ces cinq grands textes en français. Ils seront guidés par la sûre érudition de ses auteurs, qui permet de se repérer, et de s’égarer, dans les dédales obscurs de ces châteaux littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Viviès, « Alain Morvan, éd., Marc Porée, coll., Frankenstein et autres romans gothiques », XVII-XVIII, 72 | 2015, 344-346.

Référence électronique

Jean Viviès, « Alain Morvan, éd., Marc Porée, coll., Frankenstein et autres romans gothiques », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1718.revues.org/335

Haut de page

Auteur

Jean Viviès

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org