Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Thomas Jefferson, Observations sur l’État de Virginie

Traduction, annotation et postface de François Specq, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2015, ISBN 978-267288-0519-8
Nathalie Caron
p. 347-349
Référence(s) :

JEFFERSON, THOMAS. — Observations sur l’État de Virginie. Traduction, annotation et postface de François Specq. Paris : Éditions Rue d’Ulm, 2015. 316 pp. ISBN 978-267288-0519-8.

Texte intégral

1François Specq propose ici une traduction essentielle, celle des Notes on the State of Virginia de Thomas Jefferson dont il n’existait jusque-là qu’une traduction française imparfaite, celle de l’abbé Morellet parue en 1786 à Paris, un an après la première publication du texte anglais, à Paris elle aussi. Jefferson en avait commencé la rédaction alors qu’il était gouverneur de Virginie et fait imprimer une version définitive alors qu’il était ambassadeur des États-Unis en France. Il est particulièrement étonnant – même s’il existe d’autres mystères de ce genre – qu’il ait fallu tant d’années pour que soit retraduit en français un ouvrage que l’on peut considérer comme « l’un des grands textes de l’histoire et des lettres américaines, sans cesse repris, développé et corrigé par son auteur » (247) ; qui plus est, un texte qui a tant à voir avec la France. En particulier, Jefferson rédigea l’ouvrage à partir d’une série de vingt-deux questions adressées au Congrès continental américain, en 1780 (donc trois ans avant la signature du Traité de Paris qui mit fin à la guerre d’indépendance), par le secrétaire de l’ambassade de France, François Marbois. Il s’agissait pour la France de mieux connaître les nouveaux États d’Amérique, dont elle avait reconnu la légitimité et dont elle était l’alliée dans la guerre contre l’Angleterre depuis 1778, c’est-à-dire d’en savoir plus sur les manufactures, sur les capacités des ports et sur les taux de change, « de manière à en tirer parti pour le commerce » (249). Si Jefferson respecta en grande partie les exigences du questionnaire, son entreprise dépassa de loin l’intention de Marbois et il prit certaines libertés. Il bouleversa l’ordre des questions de manière à ce que les « questions institutionnelles et constitutionnelles fassent suite à l’histoire naturelle » (251) et en scinda certaines de manière à aborder des sujets non envisagés par Marbois, tels que le climat, les Indiens et la longue comparaison entre la taille des animaux dans l’Ancien Monde et dans le Nouveau Monde, en réponse à la théorie de la dégénérescence du naturaliste français Buffon, rencontré à Paris en 1786. Le livre auquel Jefferson aboutit, composé de vingt-trois réponses, est d’importance : c’est un ouvrage dans lequel se manifeste toute l’ambivalence du principal auteur de la Déclaration d’Indépendance et futur troisième président des États-Unis, qui laisse là exploser un racisme profond, mais où s’affirment aussi sa volonté d’émanciper les esclaves, sa passion pour l’éducation et son attachement à la liberté de conscience. Les Observations sur l’Etat de Virginie constituent aussi un texte programmatique, fondateur du nationalisme américain, une manière pour un Père fondateur tel que Jefferson de signer une « seconde déclaration d’Indépendance par rapport à la tyrannie non plus politique mais scientifique de l’Europe » (258) et de positionner son pays sur l’échiquier atlantique, cela notamment en contribuant aux débats scientifiques de son temps. Le processus révolutionnaire en cours est en effet perceptible dans le texte – les allusions à la guerre se répètent alors même que les combats ont cessé en février 1782 –, dans lequel s’affichent aussi la francophilie de Jefferson et sa défiance vis-à-vis de l’Angleterre. Comme le rappelle François Specq, Jefferson espérait que ses Notes puissent peser sur la révision de Constitution fédérale, envisagée à partir de la fin 1786.

2François Specq est un traducteur remarquable, qui ne signe pas là sa première traduction ; il a traduit Frederick Douglass, Henry David Thoreau, Mary Austin et Margaret Fuller. Le texte traduit est celui que Jefferson fit paraître en 1787, après révisions, chez l’imprimeur londonien John Stockdale. La traduction fait en outre apparaître, au moyen de notes, certaines annotations portées ensuite par Jefferson dans son exemplaire personnel.

3L’appareil critique fourni par François Specq est très complet. Il comprend vingt-cinq pages de notes du traducteur, qui toutes apportent des précisions indispensables à la compréhension du contexte et de nombreuses références, auxquelles succède la postface, véritable essai critique de plus de cinquante pages. Une brève biographie et une bibliographie, mise à jour et incluant avec bonheur des sources secondaires publiées en France, concluent l’ouvrage. L’ensemble est agrémenté de quelques illustrations, dont une reproduction de la statue de Jefferson par Jean Cardot située sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor à Paris.

4Le titre de l’essai, « La mesure de l’ombre. Thomas Jefferson et la représentation de l’Amérique », renvoie à une lettre au cartographe John Melish datée de 1814, dans laquelle l’auteur des Observations explique en ces termes pourquoi il renonce à publier une nouvelle édition du texte : « Ce livre n’est à vrai dire en lui-même guère plus que la mesure d’une ombre, laquelle n’est jamais fixe mais s’allonge à mesure que le soleil se déplace et nécessite d’être mesurée de nouveau d’heure en heure » (247). Le choix de traduction de l’expression employée, « measure of a shadow », permet à François Specq de mettre en évidence non seulement l’ambivalence de Jefferson et plus généralement de la période de création nationale, mais aussi la dimension à la fois contingente et pérenne des Observations. Celles-ci, nous dit-il, doivent être lues comme « une vaste exploration intellectuelle de sa Virginie natale, alors bien plus étendue qu’aujourd’hui » ; elles ont aussi une valeur métonymique (220) : « C’était là prendre intellectuellement possession du pays, souligner sa spécificité par rapport à l’Ancien Monde, mettre en évidence sa place dans l’ordre de la création et défendre les promesses de l’indépendance » (275). Mais François Specq ne mâche pas ses mots lorsqu’il analyse les propos « violemment raciste[s] » de Jefferson sur les Noirs et met le doigt sur les incohérences du raisonnement jeffersonien dans ce passage de la « Question XIV. Lois » où celui qui se targuait d’être un homme éclairé et méthodique ne fait rien de moins qu’assimiler les Noirs à des animaux. François Specq perçoit dans le texte un moment de bascule, celui où Jefferson « s’abandonne aux sensations et aux sentiments que lui inspire la nature », autrement dit, « Jefferson le rationnel sombre dans l’irrationnel dès lors qu’il est question des esclaves » (269).

5Il manque à l’essai un développement sur la démarche du traducteur et sur certains choix tels que, parfois, « Noirs » quand Jefferson utilise « negroes  » (80, 91), ou encore « théorie de la dégénérescence » (77) quand Jefferson dit « hypothesis ». Cela dit, il ne fait aucun doute que cette nouvelle traduction des Notes, tant élégante que rigoureuse, aurait été du goût de l’auteur traduit, lui-même traducteur de Volney (Ruines ; ou Méditation sur les Révolutions des Empires, avec Joel Barlow) et de Destutt de Tracy (Commentaires sur l’Esprit des Lois de Montesquieu). Excellent traducteur, Jefferson était conscient, d’une part, de la nécessité de respecter la précision des idées comme le choix des mots de l’auteur (lettre à l’éditeur William Duane, datée du 25 octobre 1810) ; ainsi que, d’autre part, de la nécessité de se débarrasser des archaïsmes et d’actualiser le texte. Ces qualités, nous les retrouvons chez François Specq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Caron, « Thomas Jefferson, Observations sur l’État de Virginie », XVII-XVIII, 72 | 2015, 347-349.

Référence électronique

Nathalie Caron, « Thomas Jefferson, Observations sur l’État de Virginie », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://1718.revues.org/339

Haut de page

Auteur

Nathalie Caron

Université Paris-Sorbonne

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org