Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Marie-Madeleine Martinet et Liliane Gallet-Blanchard, dir., Georgian Cities: 18th century cities: London, Bath, Edinburgh...

Alain Kerhervé
p. 350-353
Référence(s) :

MARTINET, MARIE-MADELEINE et LILIANE GALLET-BLANCHARD, dir. — Georgian Cities – 18th century cities : London, Bath, Edinburgh..., Université Paris Sorbonne : Cultures, Sociétés et Technologies de l’Information, 2014. <http://www.18thc-cities.paris-sorbonne.fr>

Texte intégral

1Domicilié sur le serveur de Paris-Sorbonne, le site Georgian Cities1 est le fruit d’un travail collectif de longue date, co-dirigé par Liliane Gallet-Blanchard et par Marie-Madeleine Martinet, directrices du centre de recherche CSTI (Cultures, Société et Technologies de l’information) qui depuis 1985 explore le renouvellement de la recherche en histoire culturelle par les technologies de l’information. Une première étape d’importance en fut l’élaboration du CD-ROM Georgian Cities/ La Ville en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle en version anglaise (décembre 2000) et en version française (décembre 2002). Si le site Internet repose sur cette base, il la dépasse largement, par l’ampleur des éléments nouveaux qui le composent (pour un total de quelque 375 pages Internet, dont une comporte un index général), mais aussi par la multiplication de liens hypertextes aussi bien internes qu’externes qu’il propose, dans un constant souci de mise en valeur de sources primaires. Les documents qui figurent sur le site sont effectivement le fruit d’une collaboration avec de nombreuses institutions britanniques parmi lesquelles on peut citer : The National Gallery, The National Trust, The Royal Collection, Goodwood House, The National Galleries of Scotland, The Fashion Museum in Bath, The Department of Architecture of the University of Bath. La vaste bibliographie du site rend à la fois compte des sources primaires qui en sont issues mais aussi des sources secondaires utilisées.

2Fort bien référencé dans les moteurs de recherche où il apparaît toujours parmi les premiers résultats, d’ergonomie tout à fait convaincante, le site propose plusieurs types d’entrées dans l’univers des villes britanniques de l’époque géorgienne. Le visiteur peut choisir d’explorer les documents liés à l’une des trois grandes villes principales – Bath, Londres, Édimbourg – classés selon des rubriques semblables (cartographie, architecture, littérature, vie sociale et culturelle). Il peut souhaiter s’intéresser à d’autres centres urbains, classés dans la rubrique « Urban growth » en fonction de leurs principales caractéristiques (« spas », « university towns », « rising industrial centres » etc.). Il peut encore préférer une entrée thématique, rendue possible par le menu « Topics » qui propose une mise en contexte des villes autour des questions d’architecture, de société, d’art et de culture, de religion, de science et de technologie. Les pages sont étroitement liées entre elles par de nombreux liens, ce qui permet d’établir des passerelles entre des phénomènes spécifiques à plusieurs villes, des personnages célèbres, la littérature et la société, les mathématiques et l’architecture par exemple. Reprise dans la partie droite des pages, l’arborescence permet de ne pas s’égarer dans la multitude des contenus et de bien mesurer que chaque élément d’information est constitutif d’un ensemble très cohérent et organisé.

3Le site joint de véritables qualités esthétiques à cette richesse de contenu : sobre dans son ensemble, il propose de nombreuses illustrations (documents de l’époque géorgienne, photographies contem­poraines), il s’agrémente de fichiers sonores (depuis l’accueil jusqu’aux pages consacrées à la musique) et d’animations originales comme celles du langage de l’éventail, celle qui permet de suivre le circuit londonien de Moll Flanders sur le plan de Londres ou celle qui invite à comprendre l’utilisation du théodolite à Covent Garden. Les cartes de l’époque sont le plus souvent interactives et permettent d’avoir accès à des précisions et à des illustrations relatives aux lieux représentés sur surfaces planes. La variété s’allie à la qualité pour proposer un ensemble extrêmement vivant de la société citadine de l’époque.

4Ponctuellement, on peut regretter la difficulté à identifier la source de tel ou tel document : par exemple, sur la page qui concerne l’éducation, figure un texte critique intéressant, « Women’s education », télé-chargeable en format .pdf, dont l’origine n’est pas clairement identifiée, ce qui le rend difficilement réutilisable d’un point de vue scientifique. Mais cela demeure marginal. La fonction qui permet de rechercher des éléments internes au moyen d’une saisie personnelle est très efficace, ce qui n’est que trop rarement le cas.

5Le site Georgian Cities s’accompagne d’un blog2 qui permet de prolonger, dans l’actualité et dans le dialogue avec les concepteurs, l’expérience d’un site Internet évolutif et moderne, qu’il serait dommage de ne pas consulter pour y trouver des données, pour conseiller les étudiants, et pour ouvrir tablette ou téléphone mobile en visitant l’une des nombreuses villes concernées afin de mieux en comprendre les racines dix-huitiémistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Kerhervé, « Marie-Madeleine Martinet et Liliane Gallet-Blanchard, dir., Georgian Cities: 18th century cities: London, Bath, Edinburgh... », XVII-XVIII, 72 | 2015, 350-353.

Référence électronique

Alain Kerhervé, « Marie-Madeleine Martinet et Liliane Gallet-Blanchard, dir., Georgian Cities: 18th century cities: London, Bath, Edinburgh... », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://1718.revues.org/347

Haut de page

Auteur

Alain Kerhervé

Université de Bretagne occidentale – Brest

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org