Navigation – Plan du site
Aurea mediocritas

La « médiocrité dorée » dans l’œuvre austenienne : des « middle ranks » à l’émergence de la « middle class » ?

Marie-Laure Massei-Chamayou
p. 151-170

Résumés

Composée à une époque où s’opère le glissement paradigmatique du concept de « rank » à celui de « class », l’œuvre romanesque de Jane Austen (1775-1817) met subtilement en scène les mutations sociales inhérentes à l’avènement d’un nouvel ordre économique et financier, en dehors des relations traditionnelles de déférence ou de patronage. Les notions de « médiocrité dorée » et de « classes moyennes », associées à l’idée de « vertu », soulèvent ainsi de nombreuses questions de définition et de représentation dans ses romans. Si, dans Emma, l’on perçoit les frémissements des « middling classes of society », voire d’une « middle class » dans le rapport des personnages à la consommation et à la sociabilité, dans leurs stratégies afin de gagner en visibilité ou de s’approprier certaines prérogatives de la gentry, c’est dans Persuasion que le concept de « rank » devient un signifiant creux, sauf au sein de la marine, dont les représentants apparaissent forts de leurs victoires décisives et conscients de la légitimité de leur pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pride and Prejudice, écrit en 1796-97 sous le titre de « First Impressions », fut proposé à l’édit (...)
  • 2  Penelope Corfield analyse le lent déclin, au cours des xviie et xviiie siècles, des concepts de ra (...)

1Les concepts de « médiocrité dorée » et de « classes moyennes », associés à l’idée de « vertu », soulèvent de nombreuses questions de définition et de représentation dans l’œuvre de Jane Austen (1775-1817), composée à une période charnière : ses trois premiers romans – Northanger Abbey, Sense and Sensibility et Pride and Prejudice – ont, en effet, été ébauchés à la toute fin du xviiie siècle,1 mais publiés au début du xixe siècle, respectivement en 1818, 1811 et 1813, tandis que Mansfield Park (1814), Emma (1816) et Persuasion (1818) font référence à des débats idéologiques, des réalités sociales ou des changements historiques plus caractéristiques de la deuxième décennie du xixe siècle. Dans le sillage des bouleversements économiques et des révolutions politiques, les années 1790-1817 virent également s’accélérer le glissement paradigmatique de la notion de « rank » à celle de « class », donc de « middle ranks » à celle de « middle class », comme l’a montré Penelope J. Corfield.2

  • 3  Dans la classification qu’il établit en 1803, Patrick Colquhoun utilise cette terminologie : « I- (...)
  • 4  Certains auteurs du xviiie siècle semblaient, d’ailleurs, privilégier la terminologie de « middlin (...)

2L’émergence de nouveaux concepts pour tenter de désigner ou de classer des catégories sociales dont le foisonnement et les nouvelles prérogatives venaient défier les tenants de l’ancienne hiérarchie fondée sur le rang et le statut, s’inscrivait dans une dynamique plus large : « It was a period of expanding vocabulary, experimentation in usage and fluidity of style and expression. […] In such a context, it is not surprising to find that linguistic fluidity interacted creatively with social changes, both promoting a new vocabulary and conceptual framework for the analysis and interpretation of society itself » (Corfield 39). Une telle fluidité, propre à une période de transition, est manifeste lorsqu’on juxtapose les multiples expressions en vigueur à l’époque : « the middle state », « the middle ranks »,3 « the middle stations », « the middling sorts,4 « middling orders », « the middling class(es ) » (où le suffixe indique justement un processus de transition), « the middle classes » ou encore la catégorie plus moderne de « middle class », dont l’historien Harold Perkin situe l’émergence après Waterloo, en 1815, à l’instar des « working classes » (17, 209).

3Si Jane Austen n’emploie guère de telles expressions dans ses romans, qui se focalisent, pourtant, sur les tensions entre les membres de l’élite foncière et les nouvelles fortunes, en quête de statut et de reconnaissance sociale, voici en quels termes le romancier et critique littéraire Walter Scott analysait le microcosme foisonnant d’Emma, en 1815 :

We bestow no mean compliment upon the author of Emma when we say that, keeping close to common incidents, and to such characters as occupy the ordinary walks of life, she has produced sketches of such spirit and originality, that we never miss the excitation which depends upon a narrative of uncommon events, arising from the consideration of minds, manners, and sentiments, greatly above our own. […] the author of Emma confines herself chiefly to the middling classes of society; her most distinguished characters do not rise greatly above well-bred country gentlemen and ladies; and those which are sketched with most originality and precision, belong to a class rather below that standard. (193)

  • 5  Comme l’explique Dror Wahrman, le concept de « middle ranks » avait des connotations beaucoup plus (...)

4L’étiquette « middling classes of society » est pertinente car elle suggère un microcosme en évolution, tandis que le pluriel sous-entend à la fois une multiplicité de personnages aux occupations diverses et une absence d’homogénéité5 : or, jusqu’à Persuasion, Jane Austen dépeint, en effet, moins une classe dans son ensemble que des situations individuelles.

5Il s’agit donc de comprendre comment caractériser ce « middle », cette « strate médiane » au sein d’une œuvre littéraire – qui implique, à l’évidence, une représentation partielle, une reconstruction romanesque indissociable d’influences génériques, d’une modulation des points de vue et d’un recours à la symbolique – composée par une romancière dont la position sociale et le statut doivent d’abord être précisés. Parmi les personnages les plus emblématiques des middle ranks, dont la diversité des revenus et des statuts mérite d’être analysée, seul Mr Weston, dans Emma, incarne l’état de « médiocrité dorée », synonyme de vertu.

6Enfin, si chaque roman met en miroir des personnages en compétition dans leur quête de statut, l’évolution de l’œuvre austenienne permet d’entrevoir ce glissement d’une hiérarchie fondée sur le rang et la déférence sociale, à un nouvel ordre prenant appui sur le critère économique : la représentation de la gentry et des groupes qui se situaient sur ses marges évolue radicalement dans Persuasion, qui manifeste une ligne de fracture, avec la faillite financière et morale de l’élite foncière, compensée par l’ascension des officiers de marine.

*

  • 6  « They had lived since their marriage at the rate of 18,000 £ a year, of which Mr Cecil’s estate b (...)

7Dans ses œuvres de jeunesse composées entre 1787 et 1793, Jane Austen choisit d’esquisser des personnages extrêmement riches, tels Henry et Eliza Cecil avec leurs 18 000 livres de rente annuelle,6 ou alors plongés dans les affres de la pauvreté, comme la très vulnérable Louisa Leslie, dans une situation désespérée : « to be married would be the only chance she would have of not being starved » (« Lesley Castle », Catharine 114).

  • 7  L’entrée théâtrale de Charles Bingley dans le microcosme de Longbourn, « in a chaise and four […] (...)

8Or, par opposition à ces Juvenilia, par ailleurs caractérisées par une esthétique de l’excès, sans doute inhérente à ces années d’apprentissage, de réaction à la lecture de romans sentimentaux ou gothiques et de formation de l’esprit critique, Jane Austen se détourne de telles représentations dans ses six romans de la maturité pour se concentrer sur les bouleversements, mais aussi sur la dynamique, suscités par l’essor des middle ranks, tels les négociants, commerçants, membres des professions libérales, hommes de loi, pasteurs, soldats ou marins, si l’on suit la classification établie par Patrick Colquhoun en 1803 (Perkin 2021). Détenteurs d’argent liquide, ayant amassé un capital (ce qui les distingue des lower orders) ou ayant fait fortune par leur travail, leur industrie, leur courage, ces personnages ne sont en rien les héritiers d’une fortune familiale ; au contraire, ils sont représentés dans leur accession à un nouveau statut, à une visibilité accrue dans l’espace public, tel Charles Bingley,7 qui possède une voiture, signe de richesse et de mobilité, et parvient à la propriété foncière, couronnement de sa réussite (Pride and Prejudice 3.19.247-48).

  • 8  Cependant, comme le rappelle le dialogue suivant entre Charles Bingley et Darcy, Pemberley reste u (...)

9La place grandissante occupée par les middle ranks met en tension deux hiérarchies, bien distinctes dans l’œuvre austenienne : l’une fondée sur le statut, aux marqueurs multiples, tels le rang, l’ancienneté et la pureté de la lignée (blood), le patronyme (name), le lien à la terre – par le biais d’un domaine foncier (estate) –, l’influence au sein d’une communauté (consequence), les relations (connections), enfin l’éducation et la culture ; l’autre s’appuyant sur le critère économique, donc sur l’argent gagné, fruit d’une activité et non pas d’une vie oisive. Or, la référence en termes de statut et d’idéal de vie restait la gentry terrienne et ses domaines opulents, grâce à la rente foncière, parfois accessibles du fait de la porosité caractéristique de la société anglaise de l’époque. Le domaine inestimable de Pemberley, dont l’espace se prête aisément à une lecture symbolique, en est la représentation la plus aboutie, qui incarne l’équilibre ancestral entre nature et culture, éthique et esthétique, ainsi que les liens organiques entre passé et présent.8

  • 9  « Anne was ashamed. Had Lady Dalrymple and her daughter even been very agreeable, she would still (...)

10Si les romans austeniens ne comptent, par conséquent, que quelques représentants du milieu très prospère et très fermé de l’aristocratie, comme la redoutable et hiératique Lady Catherine de Bourgh dans Pride and Prejudice, ou, dans Persuasion, les très insignifiantes Lady Dalrymple et Miss Carteret9 – si ce n’est eu égard à leur titre et à leur rang –, c’est sans doute parce que la romancière préférait peindre ce qu’elle connaissait le mieux et qui l’intéressait le plus, à savoir ce milieu majoritairement rural des petits propriétaires terriens – dont l’existence était ponctuée de séjours à Londres ou à Bath pendant la saison d’hiver.

  • 10  Comme l’explique Park Honan dans la biographie qu’il consacre à Jane Austen, « Jane Austen herself (...)
  • 11  C’est, d’ailleurs, par l’expression pejorative « a spinster of the middle class » que William H. A (...)

11Par son histoire familiale, Jane Austen se situait elle-même sur les franges de la gentry, mais au sein d’une fratrie dynamique, en quête d’ascension sociale : son père, George Austen, était un pasteur cultivé, mais peu fortuné, puisque le bénéfice ecclésiastique de Steventon, dans le Hampshire, ne rapportait qu’entre trois cents et six cents livres par an, au mieux, ce qui permettait tout juste à cette famille nombreuse d’avoir un train de vie confortable. Et Jane ne profita guère des liens de sa mère Cassandra Leigh avec l’aristocratie.10 L’impécuniosité relative des Austen et la très faible dot de leurs filles expliquent en partie le célibat de Jane, autre position marginale à l’époque, la « spinster » signifiant un fardeau, une parente à charge pour les autres membres de la famille.11

  • 12  Edward avait été adopté vers l’âge de dix ans par des cousins de George Austen, Mr et Mrs Knight, (...)

12En revanche, l’accession de son frère Edward12 au statut de riche propriétaire terrien, grâce à son adoption par des cousins fortunés, les Knight, permit à Jane Austen d’être gracieusement logée dans le manoir de Chawton à partir de 1809, donc d’avoir le loisir de réviser ses romans en vue de leur publication. Enfin, notons que deux de ses frères, Frank et Charles, faisaient de brillantes carrières dans la marine, alors vecteur d’ascension sociale, et que Jane désirait, elle aussi, s’insérer dans cette dynamique professionnelle, ne cachant pas sa satisfaction et sa fierté devant les profits qu’elle avait enfin réalisés grâce à la publication de Sense and Sensibility en 1811 :

You will be glad to hear that every Copy of S&S is sold & that it has brought me £ 140 – besides the Copyright, if that shd ever be of any value. I have now therefore written myself into £ 250 – which only makes me long for more. I have something in hand – which I hope on the credit of P&P will sell well, tho’ not half so entertaining. (Letters 86.217)

13Si, par ses origines, son éducation, sa culture et ses relations, la romancière avait un statut comparable aux membres de la gentry, sa situation financière la plaçait dans une classe inférieure. La « médiocrité dorée » représentait donc incontestablement un idéal pour Jane Austen, femme célibataire constamment dépendante de son père, jusqu’à la mort de ce dernier, en 1805, puis de ses frères, pour ses dépenses quotidiennes ou son accès à la consommation.

14Ainsi, par son entourage immédiat, Jane Austen se trouvait à la frontière de plusieurs groupes sociaux et de plusieurs visions de l’argent, inhérentes aux différentes sources de richesse : la haute gentry foncière par Edward Knight et le monde des professions, aux intérêts divers, mais qui procuraient un salaire en échange de compétences. C’est à ce groupe-là qu’elle appartenait par son état de romancière. La famille Austen montre bien les liens étroits et la porosité entre gentry et middle ranks, sans qu’il n’existât d’opposition nette entre ces catégories, dans la mesure où leurs représentants étaient unis par le désir et par la même conscience de participer à la prospérité nationale.

  • 13  La géométrie sociale de Highbury, verticale et pyramidale, est faite de seuils et d’échelons déter (...)
  • 14  Dans Emma, Harriet Smith est secourue in extremis par Frank Churchill alors qu’elle se retrouve ce (...)
  • 15  Voir entre autres, à ce sujet, l’article d’Edward Said, « Jane Austen and Empire » (Mansfield Park(...)

15Situer la romancière socialement permet ainsi non seulement de mieux comprendre ses angoisses par rapport aux questions d’argent, récurrentes dans les romans, mais aussi la perception aiguë qu’elle avait des différences sociales, des marqueurs de statut ou des possibles déchéances, comme dans Emma, avec le cas des dames Bates13 et de Jane Fairfax. Cela dit, la pauvreté et l’indigence, plus caractéristiques des « Lower Orders » restent cantonnées sur les marges de l’œuvre,14 tandis que l’esclavagisme, pratiqué par Sir Thomas Bertram dans ses plantations de canne à sucre à Antigua, n’est que très discrètement mentionné ; mais plusieurs critiques voient, dans cette allusion à des ‘absents’, une présence lourde de sens qui structure le roman Mansfield Park dans son intégralité.15

*

  • 16  François-Joseph Ruggiu explique que « les substituts possibles du terme ‘classe moyenne’, comme ’g (...)

16Divers critères permettent de cerner les représentants les plus emblématiques de cette strate médiane dans les romans. Au-delà des étiquettes, comme le souligne François-Joseph Ruggiu, il faut comprendre « quelle place occupaient dans l’espace social les individus qui n’appartenaient ni aux élites foncières (nobility et gentry) ni aux masses de journaliers agricoles et d’ouvriers urbains, deux ensembles facilement identifiables en termes de revenus et de statuts ».16

17Précisons cette définition en examinant les caractéristiques avancées par Joel Mokyr :

Eighteenth-century Britain was no longer a « traditional economy » in that it had a substantial number of people who might, with some license, be called « middle class », or in the language of the time, « the middling sort ». Historians have defined this group as yeomen and farmers who had managed to augment their holdings, merchants and craftsmen who had benefited from the spread of a commercial economy and some professionals. One important thing about these people was that they lived above the level of subsistence and provided the main source of the surge in demand for middle-class consumer goods that appeared as luxuries to contemporaries. (15)

  • 17  Concernant la définition de seuils économiques, Ruggiu estime que ces catégories intermédiaires di (...)

18Toutes les catégories citées par Mokyr figurent dans les romans d’Austen, par l’intermédiaire d’au moins un personnage. Si plusieurs facteurs ont favorisé leur essor – transformations économiques et culturelles, émergence d’une culture du travail ou d’un nouveau rapport au profit –, le critère distinctif est moins le montant de leurs revenus, susceptible de varier considérablement d’une profession à une autre, que leur nature.17 Dans Emma, dont l’intrigue se focalise sur les tensions grandissantes entre classe et statut, le lien entre temps, travail et salaire est souligné au sujet de Mr Perry, l’apothicaire :

If Jane does not get well soon, we will call in Mr Perry. The expense shall not be thought of; and though he is so liberal, and so fond of Jane that I dare say he would not mean to charge anything for attendance, we could not suffer it to be so, you know. He has a wife and family to maintain, and is not to be giving away his time. (2.1.139)

  • 18  Il en est de même avec Mrs Clay, fille du régisseur de Kellynch-hall, dont le mépris pour les prof (...)

19De même, les nouveaux rapports entre argent, travail et savoir-faire au sein des professions sont brièvement évoqués lors d’une discussion entre John Knightley et Jane Fairfax, sur le fonctionnement efficace de la poste : « ‘The clerks grow expert from habit. If you want any further explanation’, continued he, smiling, ‘they are paid for it. That is the key to a great deal of capacity. The public pays and must be served well’«  (2.16.239). Ces exemples soulignent non seulement la place grandissante de l’argent en tant que monnaie et moyen de paiement en échange de services – voire d’un talent – dans l’économie romanesque et, plus largement, dans l’économie de référence, mais aussi en tant que rouage principal des mutations sociales, donc facteur de décloisonnement. Des résistances sont, néanmoins, constamment réaffirmées, y compris par les membres des professions, comme le servile pasteur Collins au sujet de sa bienfaitrice Lady Catherine : « She likes to have the distinction of rank preserved » (Pride and Prejudice 2.6.105).18

  • 19  Les commentaires d’Edward Ferrars au sujet des préjugés de sa mère, la très ambitieuse Mrs Ferrars (...)
  • 20  Voir à ce sujet « Entail et primogeniture : Origines, but et fonctionnement », Massei-Chamayou 242 (...)

20La catégorie des middle ranks ne formait donc pas un groupe homogène, et les membres des professions tenaient également à se distinguer du soupçon pesant toujours sur les activités commerciales, moins prestigieuses en termes de statut. En outre, certaines professions – l’Église, l’armée, le droit, la marine, parfois la médecine19 –, étaient souvent choisies par les fils cadets de la gentry foncière, exclus de tout accès à l’héritage du fait des règles de primogéniture et de l’entail,20 ce qui expliquait aussi la porosité des frontières de classe. Ainsi, dans Sense and Sensibility, le colonel Brandon choisit de s’engager dans l’armée pour échapper à son aîné, dépensier impénitent aux mœurs dissolues. Après la mort de ce dernier, le colonel devient héritier du domaine de Delaford et des prérogatives qui lui sont attachées, tel le droit de patronage, grâce auquel il propose le bénéfice ecclésiastique à Edward Ferrars, injustement privé d’héritage et transformé en fils cadet par les foudres maternelles. Également spolié par son frère aîné, le héros de Mansfield Park, Edmund Bertram, défend dignement sa vocation religieuse face au mépris de la très matérialiste Mary Crawford, ce qui permet à la romancière de mettre à l’honneur la profession de son père et de souligner la logique édifiante du roman :

I cannot call that situation nothing, which has the charge of all that is of the first importance to mankind, individually or collectively considered, temporally and eternally – which has the guardianship of religion and morals, and consequently of the manners which result from their influence. (1.9.66)

21Au sein d’une même profession, il existait aussi des nuances de statut : John Knightley, dans Emma, est représenté comme un avocat respectable, établi à Londres, tandis que Mr Philips, dans Pride and Prejudice, n’exerce qu’à Meryton. Les demoiselles Bennet, pourtant membres de la gentry foncière, voient donc leurs chances bien diminuées sur le marché matrimonial, du fait de leurs relations familiales, de basse extraction :

‘I have an excessive regard for Jane Bennet and I wish with all my heart she were well settled. But with such a father and mother, and such low connections, I am afraid there is no chance of it.’
‘I think I have heard you say, that their uncle is an attorney in Meryton.’
‘Yes; and they have another, who lives somewhere near Cheapside.’ (Pride and Prejudice 1.8.25)

22Or l’ironie de ce dialogue provient de ce qu’il traduit le point de vue méprisant des sœurs de Charles Bingley, qui cherchent à tout prix à masquer leurs origines sociales :

They were in fact very fine ladies; but proud and conceited. They […] had a fortune of twenty thousand pounds, were in the habit of spending more than they ought, and of associating with people of rank; and were therefore in every respect entitled to think well of themselves and meanly of others. (1.4.11)

23Les demoiselles Bingley font partie des parvenues qui ont réussi leur ascension sociale – « crossing lines » ; or, elles se montrent aussi virulentes que les membres de l’aristocratie, telle Lady Catherine, lorsqu’il s’agit de renforcer les barrières de classe – « closing ranks » : « Are the shades of Pemberley to be thus polluted ? », s’indigne cette dernière (3.14.229). Même si la gentry dans son ensemble gardait une certaine déférence pour l’argent, le critère financier n’était pas tout, notamment les fortunes liquides issues du commerce. Comme le rappelle avec humour Juliet McMaster, un certain laps de temps était nécessaire dans le processus d’intégration : « Trade represents new money, and money, like wine, isn’t considered quite respectable until it has aged a little » (23).

24La crainte de la souillure et la peur de devoir se compromettre avec un « nobody » sont récurrentes, d’Emma à Persuasion, révélant l’angoisse fondamentale inhérente à toute transmission ou filiation : par opposition à la famille de Mr Knightley – « untainted in blood and understanding » (Emma 3.6.286-87) –, celle de Harriet Smith est plus problématique sur le plan moral et social : « the stain of illegitimacy, unbleached by nobility or wealth, would have been a stain indeed » (3.19.379).

  • 21  En effet, bien que les références à l’argent contribuent à « l’effet de réel », les sommes mention (...)

25C’est, d’ailleurs, dans Emma qu’est le plus subtilement représentée une lutte pour le statut social, initiée par l’héroïne elle-même, dans la mesure où ses prérogatives risquent de lui échapper du fait de l’ascension de quelques personnages. « Highbury […] afforded her no equals. The Woodhouses were first in consequence there. All looked up to them (1.1.25) : tandis que le premier volume insiste sur l’architecture sociale statique du microcosme, mêlant, non sans ironie, le point de vue du narrateur omniscient à celui de l’héroïne, la dynamique économique qui caractérise le deuxième volume participe, ironiquement, à la déconstruction de sa vision. Différents personnages font ainsi évoluer les catégories préalablement définies dans la narration, tels Mr et Mrs Cole, couple de négociants, le franc-tenancier Mr Martin, l’apothicaire, Mr Perry, ou Mrs Elton. Leurs revenus ne sont pas toujours précisés,21 mais d’autres indices parsèment les textes, comme leur inscription dans l’espace social ou leur rapport à la consommation. La validation de leur statut par l’élite qu’ils tentent d’intégrer est avant tout fonction de la reconnaissance sociale qu’ils parviennent à susciter, par leurs manières, leur culture ou leur éducation. Or, comme le souligne justement Paul Delany, « status groups form cultures of stability, exclusion and distinction, and place great value on sheer length of tenure » (Emma 509). Ces trois termes sont particulièrement pertinents dans le cas de Mr et Mrs Cole, dont le statut semblait stabilisé: « The Coles had been settled some years in Highbury, and were very good sort of people. On their first coming into the country, they had lived in proportion to their income, quietly, keeping little company and that little unexpensively » (2.7.173). Leur installation relativement récente à Highbury, où ils cherchent à ancrer leur statut, prouve un détachement « sain » par rapport à leurs activités commerciales à Londres, théâtre de leur réussite économique. Cette compartimentation des espaces témoigne de la conscience respectueuse qu’ils ont de leur place au sein de la hiérarchie pré-établie. Cependant, leur nouvelle prospérité bouleverse le statu quo initial:

But the last year or two had brought them a considerable increase of means — the house in town had yielded greater profits, and fortune in general had smiled on them. With their wealth, their views increased; their want of a larger house, their inclination for more company. They added to their house, to their number of servants, to their expenses of every sort. (2.7.173)

26La fortune liquide, synonyme de déstabilisation, ouvre une brèche dans l’économie locale ; les Cole changent de catégorie sociale, menaçant les prérogatives de l’héroïne : « By this time, [they] were, in fortune and style of living, second only to the family at Hartfield » (2.7.173). Les remarques condescendantes d’Emma sur leur statut social refont donc surface: « On the other hand, they were of low origin, in trade and only moderately genteel » (2.7.173).

27Or ces réflexions sur l’ascension sociale des Cole surgissent au sujet de l’invitation qu’ils ont eu l’audace de lancer à la bonne société de Highbury: « The Coles were very respectable in their way, but they ought to be taught that it was not for them to arrange the terms on which the superior families would visit them » (2.7.173). Par la décision d’Emma de se rendre chez eux, qui revient à légitimer leur accession à un nouveau statut, Jane Austen suggère qu’il était devenu impossible de nier les mutations économiques et sociales, car l’exclusion menaçait ceux qui refusaient de les accepter.

28De même, l’idéologie conservatrice est bouleversée par la prospérité grandissante de Mr Martin, dont les investissements dans son exploitation agricole en pleine expansion reflètent l’enrichissement des yeomen au début du xixe siècle ; par celle de Mr Perry, dont le désir d’investir dans une voiture sous l’influence de son épouse fait l’objet de spéculations, entremêlant plusieurs économies. Enfin, dans le cas de Mrs Elton, son insistance sur ses moyens, ses relations, sa voiture et sa prétendue culture la conduisent à vouloir s’arroger le statut de « Lady Patroness », jusque-là apanage de l’héroïne : « Emma found herself obliged to consent to an arrangement which would probably expose her even to the degradation of being said to be of Mrs Elton’s party ! » (3.6.282). La focalisation interne associée à une syntaxe passive qui réifie l’héroïne dans les discours des commères de Highbury trahissent l’effroi ressenti face à la perte de pouvoir. Or, la vraie victime est moins Emma, dont la fortune est assurée, que l’impécunieuse Jane Fairfax, dont Mrs Elton veut accentuer la dépendance en l’enfermant dans le système de la dette : « A most desirable situation was in question […] Delightful, charming, superior, first circles, spheres, lines, ranks, every thing » (3.6.287). Le pluriel emphatique couplé aux entorses à la syntaxe – mimétiques des entorses à la morale – métaphorise l’auto-glorification comique de cette parvenue, qui sera exclue du happy end final, condamnée à demeurer spectatrice, en marge d’une société régénérée.

  • 22  Au-delà du concept de « médiocrité dorée », il y a, par ailleurs, dans l’œuvre austenienne des per (...)

29Seul Mr Weston incarne, en fin de compte, l’état de « médiocrité dorée », cher à Horace, synonyme à la fois de respectabilité et de vertu:22 « Mr Weston was a native of Highbury, and born of a respectable family, which for the last two or three generations had been rising into gentility and property » (1.2.30). L’accession de ce personnage à la propriété n’est ni soudaine, ni brutale et respecte les règles tacites d’une progression sur plusieurs générations. Bien qu’il ait quitté Highbury afin de faire fortune, Mr Weston ne renie ni son mode de vie, ni ses origines: « He engaged in trade, having brothers already established in a good way in London, which afforded him a favourable opening. It was a concern which brought just employment enough. He had still a small house in Highbury, where most of his leisure days were spent » (1.2.31). Son acceptation incontestée par les membres du premier cercle tient à ses manières affables et à son attitude détachée envers le commerce et l’argent. Le substantif « leisure » prépare la reconversion du commerçant en vrai « gentleman » : sa propriété de Randalls, symbole de statut et de pouvoir, devient un lieu de sociabilité, en harmonie avec le mode de vie de la gentry. Jane Austen défend Mr Weston, car il incarne un negotium cum dignitate, pour reprendre en l’inversant la formule de Cicéron, otium cum dignitate (De Oratore 1.1.8) : dans le système de valeurs défendu par les romans, le négoce n’est pas incompatible avec la notion de gentility, dans la mesure où il s’accompagne d’un comportement honnête et permet, à celui qui le pratique, d’être utile à la communauté.

30On remarque ainsi, à travers ces différents exemples, que Jane Austen esquisse ou dépeint des personnages en pleine ascension sociale, dont la réussite économique vient dynamiter l’ancienne organisation statique de la société, représentée à travers le point de vue de ses membres les plus conservateurs par les concepts de « rank », de « circle » ou de « sphère » (Pride and Prejudice 3.14.229). C’est dans Emma que l’on perçoit les frémissements d’une « middle class » dans le sens le plus neutre du terme, dont les intérêts sont parfois clairement défendus par le narrateur, comme dans le cas de Mr Martin. Le changement de paradigme s’opère subtilement dans le rapport des personnages à la consommation, dans leurs stratégies afin de gagner en visibilité ou de s’approprier certaines prérogatives de la gentry, comme le pouvoir de lancer des invitations et d’être au centre d’une nouvelle sociabilité. Néanmoins, c’est dans Persuasion que le concept de « rank » perd toute légitimité – sauf au sein de la marine – et qu’un nouveau groupe émerge, fort de ses victoires et conscient de sa légitimité.

*

31Persuasion est d’abord le roman des mutations de la gentry, mais le narrateur s’abstient prudemment de toute interprétation dans le cas des Musgrove : « The Musgroves, like their houses, were in a state of alteration, perhaps of improvement » (5.27-28). C’est aussi le roman des chutes, telle celle de Louisa Musgrove sur la jetée de Lyme Regis (12.74), des fractures et des cassures, à mettre en relation avec la faillite comportementale de l’ancienne élite foncière incarnée par le vaniteux Sir Walter Elliot : prisonnier du récit dynastique refermé sur des exploits passés, celui d’une famille dont l’histoire arrive au point mort faute d’accepter d’intégrer les représentants d’un nouvel ordre social, Sir Walter dénigre la profession de marin en ce qu’elle ouvre des perspectives sociales indues aux hommes de basse extraction. Or, l’ascension à la fortune et à la reconnaissance des capitaines Benwick, Wentworth (au patronyme ironiquement évocateur de la noblesse anglaise) ou de l’Amiral Croft, permet à Austen de faire l’apologie, sinon de la « middle class » dans son ensemble, du moins d’une profession utile à laquelle appartenaient deux de ses frères, et d’insister sur le rôle essentiel joué par ses représentants dans le triomphe maritime et politique de l’Angleterre.

32Les marins gagnent aussi en visibilité parce qu’ils prennent littéralement la place de l’ancienne élite foncière, ruinée et en déclin : au sein même du domaine, transformé par l’amiral Croft, et au cœur de l’intrigue, puisqu’après Darcy et Knightley, héros issus de la gentry foncière, le capitaine Wentworth offre un autre modèle d’héroïsme, national, qui brille par son courage et ses prises de guerre. Dans ce roman, les marins ne doivent plus rien à la hiérarchie foncière : ils ne lui doivent même plus le respect, dans la mesure où elle n’en est plus digne, coupée de ses racines, de sa verticalité, de toute transcendance, le Baronetage ayant remplacé la Bible.

33Quant au concept de rank, martelé par les tenants de l’ordre ancien comme pour tenter de conjurer son inanité, il ne reflète plus que vide et vanité, comme les nombreux miroirs qui tapissaient Kellynch-hall, et ne renvoie plus aux obligations autrefois caractéristiques de la gentry foncière. Le point de vue de la romancière sur cette nouvelle classe transparaît à travers celui de l’héroïne :

The navy, I think, who have done so much for us, have at least an equal claim with any other set of men, for all the comforts and all the privileges which any home can give. Sailors work hard enough for their comforts we must allow. (3.14)

34C’est vraiment dans Persuasion que l’idée de « class » affleure, pour plusieurs raisons : à la fois du fait du réel pouvoir économique des marins, qui leur confère une visibilité accrue ; par la conscience qu’ils ont de leur rôle sur le plan national alors même que la gentry titrée a abdiqué toute éthique ; par la représentation de leurs codes, de leurs valeurs et de leurs aspirations partagés, étroitement liés à leur métier ; enfin, parce que la marine se fait vecteur d’ascension sociale et de promotion au mérite.

35On note enfin, dans ce roman, un changement spectaculaire concernant le rôle et la place des femmes de la classe moyenne : qu’il s’agisse de Mrs Smith et de ses créations artisanales qui la maintiennent dans le circuit de l’échange, de Nurse Rooke qui, à défaut d’avoir des fonds, possède d’autres ressources – « a fund of good sense and observation (17.103) –, ou de Mrs Croft qui occupe l’espace public en accompagnant son mari en mer ou en négociant d’égal à égal avec le baronnet pour la location du domaine, les femmes se qualifient elles-mêmes de « rational créatures » (8.47), faisant écho au discours radical d’une Mary Wollstonecraft. Une telle représentation conduit au parallèle établi par Clara Tuite entre, d’une part, la volonté manifeste d’élever les personnages féminins dans la hiérarchie – mimétique du propre désir de reconnaissance sociale de la romancière – et, d’autre part, sa défense du roman en tant que capital culturel respectable : « Austen’s novels elevate the female-identified genre within the generic hierarchy and vindicate the upward social mobility of the lower-gentry or upper middle-class female within the marriage market » (10).

*

36Si Jane Austen reste prudente quant à la terminologie sociologique, il n’en demeure pas moins que ses romans mettent subtilement, mais efficacement, en scène certains changements économiques et sociaux dont elle fut le témoin. Le microcosme représenté n’est en rien rigide ou étanche, puisque l’ancienne hiérarchie se voit remise en question, voire subvertie, par les réalités financières, notamment l’afflux d’argent liquide issu du commerce ou des professions libérales, et par l’ascension sociale de nombreux personnages en dehors des relations de dépendance ou de patronage. La notion de « classe moyenne », donc de (juste) « milieu », devient pertinente dans Persuasion, dans la mesure où elle connote positivement l’unification d’un groupe, en lui donnant une position de centralité sur un axe social repensé, à cause d’une aristocratie décriée.

37Jane Austen a manifestement contribué, par l’écriture, par sa volonté de publier ses romans, par son analyse de la consommation, par son désir d’accession à cet état de « médiocrité dorée », à la représentation de cette middle class, le roman étant un site privilégié de formation de l’imaginaire pour la nation. Cette « médiocrité dorée » qui suggère une forme de stabilisation rassurante de la position sociale, apparaît d’autant plus pertinente en lien avec son œuvre que la romancière avait toujours mis en garde son lectorat contre certaines séductions – « the false glare of fortune and the deluding pomp of title » (« Love and Freindship », Catharine 79). Car Jane Austen appréciait l’équilibre et le juste milieu, comme l’a si bien résumé Denis Bonnecase : « Jane Austen est une romancière de la mesure bordée, mais jamais débordée, par la démesure » (4-5).

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Auden, Wystan H. Collected Poems. 1937. Ed. Edward Mendelson. New York: Random House, 1976.

Austen, Jane. Sense and Sensibility. 1811. Ed. Claudia L. Johnson. New York: Norton, 2002.

Austen, Jane. Pride and Prejudice. 1813. Ed. Donald Gray. New York: Norton, 1993.

Austen, Jane. Mansfield Park. 1814. Ed. Claudia L. Johnson. New York: Norton, 1998.

Austen, Jane. Emma. 1816. Ed. Alistair M. Duckworth. New York: Bedford, 2002.

Austen, Jane. Persuasion. 1818. Ed. Patricia Meyer Spacks. New York: Norton, 1995.

Austen, Jane. Catharine and Other Writings: Volume the First (1933), Volume the Second (1963), Volume the Third (1951). Ed. Margaret Anne Doody and Douglas Murray. Oxford: OUP, 1993.

Cicéron. De l’orateur. Éd. Edmond Courbaud. Paris : Les Belles Lettres, 1985.

Le Faye, Deirdre, ed. Jane Austen‘s Letters. Oxford: OUP, 1997.

Scott, Walter. « art. ix. Emma; a Novel », The Quarterly Review 14 (October 1815): 188-201.

Sources secondaires

Bonnecase, Denis. « Jane Austen, l’incarnation d’une mesure ». La Quinzaine Littéraire 16-30 novembre 2000: 4-5.

Corfield, Penelope J. « Class by Name and Number in Eighteenth-Century England ». History 72 (1987): 38-61.

Delany, Paul. « Intersections of Status and Class in Emma ». Emma. Éd. Alistair M. Duckworth. New York: Bedford, 2002. 508-23.

Honan, Park. Jane Austen: Her Life. London: Weidenfeld & Nicolson, 1987.

Massei-Chamayou, Marie-Laure. La Représentation de l’argent dans les romans de Jane Austen : L’Être et l’avoir. Paris: L’Harmattan, 2012.

McMaster, Juliet. « Class ». Edward Copeland et Juliet McMaster, eds. The Cambridge Companion to Jane Austen. Cambridge: CUP, 1997. 111-26.

Mokyr, Joel. The Enlightened Economy: An Economic History of Britain, 1700-1850. Yale: Yale UP, 2012.

Perkin, Harold. Origins of Modern English Society. London : Routledge, 1991.

Ruggiu, François-Joseph. « L’Historiographie anglo-saxonne et l’émergence de la middle class ». Histoires d’outre-Manche. Éds. François-Joseph Ruggiu, Frédérique Lachaud, Isabelle Lescent-Giles. Paris: PUPS, 2001. 165-88.

Tuite, Clara. Romantic Austen: Sexual Politics and the Literary Canon. Cambridge: CUP, 2002.

Wahrman, Dror. Imagining the Middle Class: The Political Repre-sentations of Class in Britain, 1780-1840. Cambridge : CUP, 1995.

Haut de page

Notes

1  Pride and Prejudice, écrit en 1796-97 sous le titre de « First Impressions », fut proposé à l’éditeur Cadell par le père de Jane, le révérend George Austen, mais le manuscrit lui fut retourné. La romancière travaillait alors déjà sur Sense and Sensibility. Northanger Abbey, commencé en 1798 et intitulé « Susan », fut acheté par l’éditeur londonien Richard Crosby & Co, en 1803, mais non publié. En 1809, utilisant le pseudonyme de Mrs Ashton Dennis (MAD), Jane Austen lui demanda des comptes, mais en vain ; ce n’est qu’en 1816, forte du succès de ses précédents romans, qu’elle racheta le manuscrit afin de le réviser en vue d’une publication ultérieure ; or, elle était déjà atteinte de la maladie d’Addison qui devait l’emporter en 1817.

2  Penelope Corfield analyse le lent déclin, au cours des xviie et xviiie siècles, des concepts de rank, order ou sort, qui supposaient une organisation verticale où toutes les créatures avaient une place fixée par Dieu dans la grande Chaîne des Êtres. La notion de class, en revanche, véhiculait une conception plus contrastée de la société, où les différences sociales renvoyaient à une définition économique des statuts, avec des caractéristiques homogènes perçues par leurs membres.

3  Dans la classification qu’il établit en 1803, Patrick Colquhoun utilise cette terminologie : « I- Aristocracy, II- Middle Ranks, III- Lower Orders » (Perkin 20-22).

4  Certains auteurs du xviiie siècle semblaient, d’ailleurs, privilégier la terminologie de « middling sort » : « As a conscious political entity, or even an organising concept of cultural identity, the middle class may well be a disputable category in 18th century Britain. But the eighteenth-century writers (such as Daniel Defoe and David Hume) who identified it knew of which they spoke when they referred to the « middling sort. » They viewed it as a segment of the population that followed certain common practices in production and consumption and that shared certain values and beliefs » (Mokyr 17).

5  Comme l’explique Dror Wahrman, le concept de « middle ranks » avait des connotations beaucoup plus politiques que celui de « class » entre 1780 et 1840 : « In referring to the language of ‘middle class’, the emphasis here is on ‘middle’ rather than on ‘class’. The more ‘modern’ term ‘middle class’, we have been told, was already part of a putative vision of a modern class society characterized by class struggle and social flux rather than by deference and immutability. In fact, however, even a rather superficial immersion in the sources makes it readily apparent that throughout the period these different formulations of a social ‘middle’ were by and large inter-changeable, and that ‘class’ had none of the loaded meanings and implications which came to be associated with it later. What constituted the bone of contention was the existence, the relevance and the consequences of a social middle, rather than the distinctions between ‘class’ or ‘rank’ or ‘order’. A closer look may turn the common wisdom on its head: since ‘class’ could refer to any group from Catholics to tax-gatherers to French émigrés, whereas ‘rank’ was more narrowly associated with positions within the social and political order, we may find some inclination to prefer ‘middle rank’ to ‘middle class’ in statements which had an overt and aggressive political agenda » (14-15).

6  « They had lived since their marriage at the rate of 18,000 £ a year, of which Mr Cecil’s estate being rather less than the twentieth part, they had been able to save but a trifle, having lived to the utmost extent of their income » (« Henry and Eliza », Catharine 34).

7  L’entrée théâtrale de Charles Bingley dans le microcosme de Longbourn, « in a chaise and four […] a single man of large fortune; four or five thousand a year! » (1.1.3) – suscite d’emblée l’émoi des familles de la gentry locale, désespérément en quête de maris pour leurs filles et donne naissance à ce que le narrateur qualifie de « splendid expectations » (Pride and Prejudice 1.3.9).

8  Cependant, comme le rappelle le dialogue suivant entre Charles Bingley et Darcy, Pemberley reste un espace idéal, dont l’esthétique est moins soumise au réalisme qu’aux codes de la romance et, à ce titre, préservé du circuit de l’échange et de toute pression économique : « ‘I will buy Pemberley itself if Darcy will sell it.’/ ‘I am talking of possibilities, Charles.’ » (Pride and Prejudice 1.8.26).

9  « Anne was ashamed. Had Lady Dalrymple and her daughter even been very agreeable, she would still have been ashamed of the agitation they created, but they were nothing. There was no superiority of manner, accomplishment or understanding. […] Miss Carteret, with still less to say, was so plain and so awkward that she would never have been tolerated in Camden-Place but for her birth » (Persuasion 16.99).

10  Comme l’explique Park Honan dans la biographie qu’il consacre à Jane Austen, « Jane Austen herself was not vain or foolish on the topic of ancestry but she was well aware of family. One may feel the smart of being portionless and a financial burden to others, very painfully in view of one’s knowledge of much richer, socially distinguished forebears; and the psychological attitude of the dispossessed can be a prime motive in creative work » (47-48).

11  C’est, d’ailleurs, par l’expression pejorative « a spinster of the middle class » que William H. Auden désigne Jane Austen dans ces quelques vers : « It makes me most uncomfortable to see / An English spinster of the middle class / Describe the amorous effects of ‘brass’ / Reveal so frankly and with such sobriety / The economic basis of society » (« Letter to Lord Byron » 79).

12  Edward avait été adopté vers l’âge de dix ans par des cousins de George Austen, Mr et Mrs Knight, riches propriétaires des domaines prestigieux de Godmersham, dans le Kent, et de Chawton, dans le Hampshire (Honan 25).

13  La géométrie sociale de Highbury, verticale et pyramidale, est faite de seuils et d’échelons déterminants, où une déchéance n’est jamais exclue, comme le symbolise l’escalier des dames Bates : « ‘Pray take care, Mrs Weston, there is a step at the turning’. ‘Pray take care, Miss Woodhouse, ours is rather a dark staircase – rather darker and narrower than one could wish’ » (Emma 2.9.197). Or, Miss Bates se trouve justement dans une situation précaire, avec une détérioration de son statut social, comme le rappelle Mr Knightley à une Emma mortifiée : « She is poor; she has sunk from the comforts she was born to; and, if she live to old age, must probably sink more. Her situation should secure your compassion » (3.7.300).

14  Dans Emma, Harriet Smith est secourue in extremis par Frank Churchill alors qu’elle se retrouve cernée par une bande de gitans menaçants (3.3.267). Dans Persuasion, le petit peuple de Bath n’est qu’esquissé, d’abord à travers le regard d’une aristocrate – « Lady Russell was entering Bath on a wet afternoon […] amidst the bawling of newsmen, muffin-men and milk-men, and the ceaseless clink of pattens » (14.89) – puis à la fin, dans la bien-nommée Union Street, qui voit les retrouvailles du couple de héros: « heedless of every group around them, seeing neither bustling house-keepers, flirting girls, nor nursery-maids and children » (23.160).

15  Voir entre autres, à ce sujet, l’article d’Edward Said, « Jane Austen and Empire » (Mansfield Park 490-93).

16  François-Joseph Ruggiu explique que « les substituts possibles du terme ‘classe moyenne’, comme ’groupes intermédiaires’ ou ‘couches médianes’ sont lourds ou dénués de sens ». L’expression de « classe moyenne » doit donc s’entendre dans le sens le plus neutre possible (166 [n.6]).

17  Concernant la définition de seuils économiques, Ruggiu estime que ces catégories intermédiaires disposaient d’un revenu annuel compris entre 50 et 2 000 livres (172).

18  Il en est de même avec Mrs Clay, fille du régisseur de Kellynch-hall, dont le mépris pour les professions en général tient uniquement au paraître: « Though every profession is necessary and honourable in its turn, it is only the lot of those who are not obliged to follow any, who can live in a regular way, in the country, choosing their own hours, following their own pursuits and living on their own property without the torment of trying for more; it is only their lot to hold the blessings of health and a good appearance to the utmost » (Persuasion 3.15).

19  Les commentaires d’Edward Ferrars au sujet des préjugés de sa mère, la très ambitieuse Mrs Ferrars, signalent qu’il existait une hiérarchie entre les professions, fondée, en partie, sur le prestige associé à certaines carrières : « I always preferred the church […]. But that was not smart enough for my family. They recommended the army. That was a great deal too smart for me. The law was allowed to be genteel enough. […] As for the navy, it had fashion on its side, but I was too old when the subject was first started to enter it » (Sense and Sensibility 1.19.75).

20  Voir à ce sujet « Entail et primogeniture : Origines, but et fonctionnement », Massei-Chamayou 242-76.

21  En effet, bien que les références à l’argent contribuent à « l’effet de réel », les sommes mentionnées – souvent dans le cas des prétendants ou des dots des jeunes filles sur le marché matrimonial – sont non seulement encodées socialement, mais restent largement subordonnées à une critique sociale. Ainsi, la dot et les « qualités » de Miss Hawkins sont-elles emphatiquement proclamées : « The charming Augusta Hawkins, in addition to all the usual advantages of perfect beauty and merit, was in possession of an independent fortune, of so many thousands as would always be called ten; a point of some dignity, as well as some convenience : the story told well; he had not thrown himself away – he had gained a woman of 10,000l. or thereabouts » [je souligne] (2.4.154).

22  Au-delà du concept de « médiocrité dorée », il y a, par ailleurs, dans l’œuvre austenienne des personnages que l’on pourrait décrire par métonymie comme des « médiocrités fortunées » pour reprendre l’expression de Goncourt – « médiocrités fortunées » d’ailleurs « comblées », car non-conscientes de leur état d’ignorance ou de leur manque de talents, tels Lady Bertram ou Mr Rushworth, dans Mansfield Park (Journal 1860, 724, cité dans http://www.cnrtl.fr/definition/médiocrité).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Massei-Chamayou, « La « médiocrité dorée » dans l’œuvre austenienne : des « middle ranks » à l’émergence de la « middle class » ? », XVII-XVIII, 72 | 2015, 151-170.

Référence électronique

Marie-Laure Massei-Chamayou, « La « médiocrité dorée » dans l’œuvre austenienne : des « middle ranks » à l’émergence de la « middle class » ? », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1718.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/1718.365

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Massei-Chamayou

Université Paris 1

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org