Navigation – Plan du site
Varia

L’engagement paradoxal scottien, ou comment réconcilier l’irréconciliable

Céline Sabiron
p. 249-268

Résumés

Walter Scott est par nature un homme de l’entre-deux, un médiateur comme le reconnaît David Daiches dans son article « Scott and Scotland » paru en 1973. Son esprit conciliateur, fruit de son tempérament, mais aussi de son éducation calviniste et de son époque, façonne toute sa création littéraire. Est-ce que choisir de ne pas choisir est une forme d’engagement ? Cet article cherche à comprendre l’engagement presque obsessionnel de Scott pour la cause du juste milieu à travers une analyse de ses origines. Il s’efforce de définir cette philosophie du milieu propre à Scott, et ainsi qualifiée de scottienne, pour en analyser ses forces et ses limites. Cette position médiane est en effet très précaire et elle ne trouve son plein épanouissement que dans l’esthétique du désengagement adoptée par l’auteur. Cette dernière consiste en fait en un engagement farouche pour la pluralité et la tolérance.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article issu d’une communication présentée dans l’atelier « XVIIIe siècle » au congrès de la SAES 2015 sur « L’engagement ».

Texte intégral

  • 1  En 1811, Scott achète, dans les Borders, une vieille ferme qu’il rebaptise Abbotsford et transform (...)

1Walter Scott, tant par ses convictions d’ordre politique, économique, social, que par ses goûts personnels, est l’écrivain des engagements contraires, voire contradictoires. Son incapacité à s’engager pour une cause unique, ou plutôt sa facilité à embrasser toutes les causes, des plus réalistes, des plus pragmatiques – comme lorsqu’il se positionne contre l’esclavagisme et en faveur du progrès – aux plus farfelues et rocambolesques1 explique sans doute sa double vocation d’avocat (writer to the signet), capable de défendre tous les procès, et de romancier, capable d’inventer toutes les scènes à la fois présentes et passées, de réécrire l’Histoire dans ses histoires de kilts et de poignards.

  • 2  Cette adhésion inflexible à la voie moyenne, préférée à toute forme d’extrême, nécessairement immo (...)

2Dans une lettre devenue célèbre adressée à Margaret Douglas-Maclean-Clephane en juillet 1813, il écrit: « I am very glad I did not live in 1745, for though as a lawyer I could not have pleaded Charles’ right, and as a clergyman I could not have prayed for him, yet as a soldier I would, I am sure, against the conviction of my better reason, have fought for him even to the bottom of the gallows » (Scott, Familiar Letters 3: 302). De tempérament passionné et patriotique, Scott a toujours été fasciné par la guerre. Il aurait sans doute choisi une carrière militaire et participé à l’effort colonial en Inde, comme beaucoup de ses compatriotes, si son infirmité, une paralysie de la jambe droite peut-être due à une poliomyélite contractée à l’âge de dix-huit mois, ne l’en avait empêché, le condamnant à une infirmité irréversible. Son engagement vis-à-vis de l’Écosse, son souhait de la promouvoir et de la faire connaître par la fiction à sa voisine méridionale est en parti le fruit de son incapacité à s’engager mili-tairement. Son investissement littéraire provient aussi de son esprit romantique, son goût pour l’imaginaire aiguisé très jeune grâce aux histoires traditionnelles racontées par sa grand-mère paternelle, Barbara Scott, et sa tante favorite Jenny. Ne pouvant être soldat, il a pris d’autres armes, la plume et le sceau. Jacobite de cœur, Hanovrien de raison, comme il l’explique à plusieurs reprises, Scott, héritier des Lumières, a souvent été défini comme l’initiateur d’un mode de pensée combinatoire (Bonafous-Murat 14), un « classicisme romantique », au carrefour de deux courants littéraires, le néoclassicisme et le romantisme. Ses racines familiales, son éducation calviniste2 et enfin son ancrage historique n’ont fait que complexifier sa tendance naturelle aux engagements paradoxaux.

3Est-ce que choisir de tout embrasser, et donc choisir de ne pas choisir, n’est pas une forme d’engagement ? Pour répondre à cette question, nous nous intéresserons à l’engagement presque obsessionnel de Scott pour la cause du juste milieu, un engagement typique du xviiie siècle et pourtant difficile à tenir sur le long terme. Nous essaierons de comprendre les origines, les fondements et les aboutissants de cette philosophie du milieu que Scott s’approprie et que nous qualifierons donc de scottienne en examinant sa position paradoxale dans l’héritage des Lumières écossaises, entre la philosophie humienne et celle du sens commun formulée par Thomas Reid et ses disciples. Nous nous interrogerons enfin sur ce qu’on pourrait appeler son esthétique du désengagement ou plutôt son engagement farouche pour la pluralité.

*

  • 3  » There are enow of zealots on both sides who kindle up the passions of their partizans, and under (...)
  • 4  Cet article propose les abréviations suivantes pour les romans écossais de Scott: W pour Waverley, (...)
  • 5  James Beattie est d’ailleurs l’un des soixante poètes et écrivains écossais à avoir son buste scul (...)

4Face aux extrêmes et aux abus de la Révolution française incarnés par le régime de la Terreur, Walter Scott prône une juste mesure politique et morale au nom de la tolérance, de la vertu et du bonheur, des valeurs fondamentales au xviiie siècle et caractéristiques de l’esprit des Lumières, notamment écossaises. Dans ses romans qui sont autant historiques qu’idéologiques, Scott s’inspire de divers courants philo-sophiques favorables à la doctrine du juste milieu. Il s’appuie d’abord sur la modération sceptique de David Hume,3 véritable maître à penser pour l’écrivain : « [l]oin d’être une forme de mollesse, d’indécision ou de désengagement – marque de ce que l’on qualifie trop vite de ‘conservatisme’ – la modération humienne procède d’une véritable méthode, dont les règles consistent à prendre le parti de ne pas prendre parti » (Robel 171). L’engagement de Scott s’exprime ainsi par le choix du personnage type de l’indécis, selon le sens étymo­logique du juste milieu qui renvoie à la « médiocrité ». Célèbre archétype du genre, Waverley est une sorte d’antihéros caractérisé par son indécision, son vacillement constant (Waver-ley). Représentant d’une humanité moyenne, le personnage de l’indécis est une figure littéraire récurrente et déclinée sous différentes formes, à travers Henry Bertram (GM)4 ou encore Lovel (A). Malmené, ballotté par les flots de l’histoire/Histoire, il est animé par la passion et un excès d’imagination ; il est mû par un désir d’évasion et d’errance. Il « symbolise l’individu, d’abord emporté par la tourmente, mais qui apprend par l’expérience à comprendre et à accepter la réalité du monde » (Morère, « Le xviiie siècle dans Waverley » 103). Suivant les principes de John Locke décrits dans Essay Concerning Human Understanding, l’indécis scottien doit passer par différentes étapes de développement et d’acquisition de la connaissance pour apprendre à équilibrer enthousiasme et raison, à contrebalancer son imagination idéalisatrice par une appréhension raisonnée du réel : « [e]ntre les extrêmes du purement subjectif et du strict rationnel, il emprunte la voie médiane du sens commun, fruit de l’expérience, et qui garantit la cohérence de sa personnalité dans le récit » (Morère, « Le xviiie siècle dans Waverley » 105). Cette voie médiane, source d’équilibre, de paix et de sérénité, est atteinte dans Waverley à travers l’union harmonieuse – car respectueuse des origines et des religions de chacun, possible depuis l’Acte de Tolérance de 1712 – entre l’Anglais anglican, Edward Waverley, et l’Écossaise presby­térienne, Rose Bradwardine. Les passionnés et dogmatiques, c’est-à dire ceux animés par des opinions extrêmes, sont écartés de l’histoire, punis de mort, comme Fergus, ou exclus du territoire, telle Flora recluse dans un couvent français. Le parcours d’Edward Waverley n’est pas sans rappeler celui d’Edwin dans le poème didactique The Minstrel ; or, the Progress of Genius (1771) du poète-philosophe écossais James Beattie5 qui retrace la construction du ménestrel en devenir, alors que ce dernier tente d’équilibrer les pouvoirs de l’imaginaire et de la raison. Cette quête de l’équilibre par l’expérience individuelle est une marque distinctive des Lumières écossaises et en particulier de l’éthique du sens commun que Scott connaissait bien. Fondée à Aberdeen dans la deuxième moitié du xviiie siècle par Thomas Reid et ses disciples dont Beattie, elle lui a été enseignée par Dugald Stewart, un des protégés de Reid, son professeur de philosophie morale à l’université d’Édimbourg de 1789 à 1790. C’est une école de philosophie morale paradoxale en elle-même érigée contre le scepticisme humien. Elle n’adhère pas au principe de l’obscurantisme populaire, mais souhaite au contraire, dans l’esprit des Lumières, universaliser le savoir et le rendre plus simple et accessible à tous. « [O]n peut voir dans ce paradoxe une tentative de réconciliation des deux pôles irréductibles qui organisent l’expérience humaine en pratique et théorie, c’est-à-dire un essai un peu naïf d’incorporation de la sagesse populaire, élément central de la culture et de l’expérience de tous les hommes, au sein de la science » (Chézaud 123). La figure du personnage moyen doté de sens commun qui tente, par l’expérience, de surmonter les excès de son imagination par le pouvoir de la raison, a été inspirée par les principes de cette école. Au-delà de l’indécis, l’autre personne type scottien est celui du médiateur paradoxalement incarné par un insolent et fervent jacobite.

5« I hoped that some middle way might be found, and it shall – and must » (R 3 : 10, 362), lance, comme en signe de défi, Scott par le truchement d’un de ses personnages les moins modérés, Hughes Redgauntlet. Le choix d’un tel porte-parole est significatif de la primauté du sens commun et de sa prépondérance sur toute forme d’extrémisme dans les romans écossais. L’équiprobabilité objective de trouver une solution de compromis est portée par le modal épistémique may, employé ici au prétérit (might). Cependant, elle est aussitôt remplacée par la détermination subjective du protagoniste exprimée par le modal shall, puis par l’obligation avec must, aux doubles sens comminatoire et combinatoire puisqu’elle lie Redgauntlet et son interlocuteur, le prince exilé Charles Edouard Stuart, dans un pacte de compromis. La voie du milieu, ici défendue avec un optimisme déterminé par le Laird écossais, se découvre à la faveur d’une mise en tension des extrêmes. « Scott, en écho aux philosophes écossais du sens commun, se fait l’avocat d’un juste milieu, condition nécessaire à la poursuite du bonheur, où se conjuguent les valeurs positives des adversaires d’hier » (Morère « Le xviiie siècle dans Waverley » 101).

  • 6  Montesquieu s’appuie sur le modèle de la Constitution anglaise qu’il qualifie de « beau système » (...)
  • 7  Whig, abréviation de Whiggamores, est le nom d’abord donné, au xviie siècle, aux insurgés sectaire (...)

6Outre ces influences écossaises très profondes, Scott s’inspire aussi des principes plus généraux des Lumières européennes pour défendre le juste milieu. Farouche opposant à l’absolutisme et à tout pouvoir exercé sans limite, il est partisan de la doctrine du libéralisme politique. Il reconnaît les mérites de Montesquieu6 – avec qui John Gilbert Lockhart le compare d’ailleurs en partie – qu’il juge comme l’un des plus grands écrivains français doués de talents et de modération (Scott, The Life of Napoleon Buonaparte 49, 558). Il connaît bien son œuvre, en particulier De l’Esprit des Lois (1748) en faveur d’un équilibre du pouvoir gouvernemental, partagé entre trois corps étatiques (roi, lords et communes), et d’une séparation des trois pouvoirs, l’exécutif, le législatif et le judiciaire au nom du système de checks and balances (Montesquieu 9 : 6, 130). L’auteur des romans écossais juge ce système de contrepoids des pouvoirs essentiel au maintien de la liberté (« other checks, balances, and controls, essential to the permanence of a free country », 130), comme il le rappelle dans sa biographie de Napoléon Bonaparte. Cependant, Scott regrette l’immoralité licencieuse et la tonalité beaucoup trop générale de l’œuvre de Montesquieu, à qui il préfère Edmund Burke, théoricien d’une position médiane, équilibrée, d’une troisième voie qui dépasse la bipolarisation du conflit idéologique : « [t]he rights of men are in a sort of middle, incapable of definition, but not impossible to be discerned. The rights of men in governments are their advantages ; and these are often in balances between differences of good, in compromises sometimes between good and evil, and sometimes between evil and evil » (Burke 92). Tory modéré, Scott partage pourtant l’opinion de Burke, l’un des principaux chefs de file des Whigs7 car, au xviiie siècle, la modération est défendue par les propagandistes politiques de toute sensibilité : « [l]’opposition binaire entre whigs et tories au sujet de la modération et du centrisme n’a guère de pertinence à cette époque » (Griffiths 126).

  • 8  » Le juste milieu d’Aristote n’est pas forcément le point médian d’un segment, mais plutôt une mét (...)

7Son engagement pour une voie moyenne est aussi et enfin alimentée par ses lectures et son admiration pour des auteurs de l’Antiquité classique comme Aristote dont la théorie du juste milieu est développée dans Éthique à Nicomaque (II.7.2-7.3.1106b-1107a, 113-17). Le juste milieu n’est pas une moyenne8 au sens d’un compromis mou et stérile, fruit d’une pensée médiocre incapable d’assumer une position déterminée et forte, mais il définit au contraire la perfection, ce à quoi l’on ne peut rien ôter ni ajouter au risque de perturber cet équilibre parfait. Loin d’être une norme commune, c’est un sommet entre manque et excès, une ligne de crête. « Cette moyenne est une excellence », titre le paragraphe d’Aristote (II.7.2.4, 115). Scott a une connaissance très approfondie des œuvres d’Aristote, qu’il qualifie de génie grec (« that gifted genius », « Essay on the Drama » 375) et dont il reconnaît les mérites, même s’il lui préfère Horace, le philosophe latin du juste milieu, héritier de la théorie aristotélicienne, et modèle de la pensée philosophique antique pour l’un de ses personnages, Jonathan Oldbuck. Ainsi, la devise familiale des Oldbuck, forgée par son aïeul, imprimeur lors la Réformation protestante au xvie siècle, a été inspirée par les recommandations d’Horace dans ses Odes, notamment celle intitulée « On Steadiness and Integrity » (III.3.1) qui, dès son premier vers, incite à la constance et à l’intégrité : « Justum ac tenacem propositi virum » (« L’homme juste et ferme en son dessein »).

8Cette référence hypertrophique à l’auteur latin du juste milieu – le sellier Bartoline Saddletree va même jusqu’à mentionner Horace à tort lorsqu’il lui attribue deux vers d’une pièce de théâtre de la Renaissance « Viva Rex, / Currat Lex, as the poet has it, in whilk of Horace’s odes I know not » (HM 3 : 2 , 242) – souligne à quel point les romans écossais sont imprégnés des théories horatiennes, et surtout de la moyenne dorée (aurea mediocritas) vantée par Horace. Cependant, elle montre aussi à quel point elle tourne à vide. Jeanie Deans représente l’image la plus aboutie de la vertu dans les romans écossais sans toutefois atteindre ce stade suprême puisqu’elle n’éprouve une empathie envers Madge Wildfire que trop tard, cette dernière périssant sans pouvoir être sauvée (HM 4 : 3, 363). La fin de Jeanie est d’une quiétude discrète sans la félicité parfaite d’un conte de fée, comme pour servir d’illustration aux morales antiques, et notamment aristotélicienne, ensuite reprises par les Lumières, qui prônent un bonheur paisible, modéré et durable. Scott trace ainsi le portrait de personnages qui trouvent la paix intérieure dans la voie du juste milieu. Cet état d’entre-deux, très recherché et prisé par l’auteur, puis par les Victoriens, est aussi un état d’instabilité, de déséquilibre psychique constant pour des personnages tiraillés par des sentiments contradictoires. Le compromis, qu’il soit moral ou politique, est très difficile à tenir sur le long terme.

*

9Malgré le souhait de promouvoir le bon sens, la raison commune, partagée par l’humanité toute entière, la réconciliation des contraires reste très artificielle dans la philosophie du sens commun. Peu sincère au final, elle se sert souvent du peuple sans tirer les enseignements de l’expérience et de la culture populaires. Les limites de cette attitude réconciliatrice et modératrice se font aussi entendre, chez Scott, dans son roman Redgauntlet où l’histoire est figée, bloquée en stase. Les deux côtés restent campés sur leurs positions, sans solution intermédiaire : « you should have told me that no compromise would have any effect » (R 3 : 10, 362), reproche Charles Edouard Stuart avec amertume. Cet échec du compromis s’illustre aussi à travers les discours incohérents des personnages – comme le Major Highlander Galbraith, ardent jacobite au service du roi régnant George I – qui essaient de concilier l’inconciliable :

I shall say naething against King George, Captain, because, as it happens, my commission may rin in his name – but one commission being good, sir, does not make another bad – and some think that James may be just as guid a name as George. […] I say, an honest man may and should be loyal to the both, Captain. – But I am of the Lord-Lieutenant’s opinion for the time, as it becomes a militia officer and a depute-lieutenant, – (RR 3: 3, 242).

10Le caractère contradictoire, car exclusif, des deux allégeances est mis en valeur par Peter Pattieson, le narrateur des Tales of my Landlord, lorsqu’il décrit le farouche jacobite et tout aussi farouche partisan du roi George, le sergent More MacAlpin: « [h]e was a steady jacobite, […] but he was a no less steady adherent of King George […]; so that you were in equal danger to displease him, in terming Prince Charles, the Pretender, or by saying anything derogatory to the dignity of King George » (LM 3: Introduction, 6).

11La frontière politique n’apparaît peut-être plus dans le langage qui se veut conciliateur, mais elle est intériorisée. Ne sachant plus à quel roi se vouer – Under Which King ? s’intitule l’ouvrage critique de Robert Gordon –, les personnages de Scott sont en proie à une profonde crise intérieure. Membre temporaire de l’armée du gouvernement hanovrien, Edward Waverley remet en cause son non-engagement au côté du jeune prétendant au trône, le prince Charles Édouard Stuart, alors soutenu par son oncle, Sir Everard Waverley, et surtout par le chef de clan Fergus Mac-Ivor :

‘Why did not I,’ said he to himself, ‘like other men of honour, take the earliest opportunity to welcome to Britain the descendant of her ancient kings, and lineal heir of her throne? Why did not I
Unthread the rude eye of rebellion,
And welcome home again discarded faith,
Seek out Prince Charles, and fall before his feet?’ (W 2 : 10, 176)

12Ce monologue intérieur fait ressortir le dilemme d’Edward face à la question lancinante de sa position dans le schisme idéologique qui divise le pays : « [w]hy did not I » répète le personnage éponyme, s’interrogeant par là même sur son statut problématique de sujet. L’inversion agrammaticale de la négation pleine « not » a pour effet de nier le sujet métaphysique, devenu schizophrène, et désigné par le pronom personnel « I ».

  • 9  Burke souligne cette position dans une série de quatre lettres sur une paix régicide (Letters on a (...)

13Sans aller jusqu’à adopter la position d’Edmund Burke9 qui fait volte-face à la fin de sa vie et fulmine contre toute politique de compromis, Scott constate et regrette l’échec de la réconciliation entre les deux partis et la persistance de fortes frontières politiques qui sont certes de moins en moins exprimées, mais qui ne disparaissent pas pour autant, bien au contraire, puisqu’elles sont intériorisées. Son espoir d’une attitude au moins tolérante à l’égard de chacun des deux camps politiques est exprimé par le biais de l’un de ses doubles fictifs, le maire M. Crosbie : « one may love the King, and yet not be cramming him eternally down the throat of the unhappy folks that may chance to like another King better » (RR 2 : 12, 229). Cet espoir est cependant déçu, si bien qu’à la fin de sa vie, en 1826, Scott écrit dans son Journal :

So the Tories and Whigs may go be damnd together as names that have distracted Old Scotland and torn asunder the most kindly feelings since the first day they were invented. Yet d—n them they are spells to rouse all our angry passions [...] but I cannot permit […] those waters of bitterness which poison all mutual love and confidence betwixt the well disposed on each side, and prevent them if need were from making mutual concessions and balancing the constitution against the Ultras of both parties. The good man seems something broken by these afflictions. (Anderson 75)

14Après avoir essayé de réconcilier l’irréconciliable, Scott ne peut que constater son échec partiel : la frontière persiste, de plus en plus fourbe et insidieuse puisqu’elle est de moins en moins visible, cachée par le langage unificateur, et intériorisée par les personnages. Dans Du Texte à l’action, Paul Ricœur considère l’action humaine comme un quasi-texte. Pour lui « elle est extériorisée d’une manière comparable à la fixation caractéristique de l’écriture » (28). C’est donc tout naturellement en passant par ce stade de réflexivité, c’est-à-dire par un engagement poétique, que Scott essaie de compenser son échec à trouver une médiation humaine concrète.

*

15Son obsession du compromis ne trouve son plein épanouissement qu’à travers une écriture délibérément inclusive et plurielle. Pour cela, il adopte une nouvelle démarche fondée sur l’instauration d’une frontière ouverte entre deux genres auparavant perçus comme antinomiques :

Unstable and blurred, the boundary between history and fiction has been aptly termed an ‘open boundary’ by Suzanne Gearhart in that the domains separated by the boundary continually cross over it. Both genres, she argues, depend on the open boundary even as both generally attempt to close it, to secure the borders. History and Fiction require each other because the identity of each depends on its difference from the other; but each seeks either independence (a mutually agreed upon boundary) or dominance (an extension of boundary). (Ferris 139)

  • 10  » Romance reproduces itself as the figure of mediation and synthesis by turning contradiction into (...)
  • 11  » It is not our purpose to indicate the exact local boundaries of the two contending clans, especi (...)

16Le roman historique, genre hybride et donc paradoxal par excellence, relève de l’oxymore, voire de « l’aporie » selon Morère (« Histoire et Récit » 25). Le donjon de la Tour de Tillietudlem (OM) renferme le secret de fabrication des romans écossais tant son architecture peut être lue comme une métaphore de leur structure générique: « it is not more than two stories beneath ground, so it cannot be unwholesome, especially as I believe there is an opening to the outer air » (OM 2: 9, 79-80), affirme Lady Margaret. L’œuvre architecturale, composée de deux étages, selon le sens américain du mot stories, est à l’image de l’œuvre littéraire scottienne faite de deux types d’histoires, ou stories, à la fois fictives et historiques. Le motif imaginaire de la Tour est d’ailleurs systématiquement rattaché à un épisode pseudo-historique : le roi Charles II aurait pris son petit déjeuner dans cette bâtisse en faisant route vers le cœur de l’Angleterre où ses troupes seront anéanties par Cromwell au cours de la bataille de Worcester en 1651. La fiction de Scott relève à la fois du roman, ou novel – défini comme un récit inscrit dans les limites du réel et du présent qui prend appui sur la réalité sociale du monde contemporain – et de la romance, genre de l’entre-deux ou plus précisément de la médiation et de la synthèse10 qui s’exprime par l’évocation romancée d’époques révolues, d’un passé semi-fictif ou par les inventions fabuleuses d’un univers fantastique. L’Histoire, toujours appréhendée de manière oblique et anamorphique est ainsi réécrite en histoire par Scott qui s’appuie sur un vide historique11 avant de finalement revenir à l’Histoire, qui sert de trame, c’est-à-dire de points de départ et d’arrivée, à ses récits fictifs : « [w]hat followed is matter of history » (FMP 3 : 12, 382), annonce le narrateur à la fin du roman historique. Les romans de Scott sont le lieu d’une expérience narrative au cours de laquelle les frontières de l’Histoire et de la fiction sont constamment traversées.

17Cette poétique de la pluralité générique se double d’une pluralité narrative, signe d’une esthétique du désengagement chez Scott. « The King is but like a mirror, which, having no light in itself reflects back with equal readiness any which is placed near to it for the time » (FMP 3: 2, 271), déclare le maire de la ville de Perth, Patrick Charteris. Cette phrase est également autoréférentielle, puisque le « nous » pluriel (« we »), symbole d’une identité multiple, est aussi le « nous » royal, signe d’une autorité suprême. Or, par un dernier tour d’écrou qui fait se dissoudre toutes les frontières identitaires, Scott avoue lui-même que l’auteur n’est qu’un miroir aux alouettes, un fantôme tout aussi spectral que les créations qu’il a convoquées : « the present author, himself a phantom » (LM 4 : 15, 183), annonce-t-il avant de clore sa série des Tales of My Landlord. Cette remarque capitale, pourtant placée en incise, reste énigmatique, et l’auteur tire ainsi le rideau de sa pièce dont toute l’architecture narrative et auctoriale s’écroule sans donner davantage d’explication au lecteur déstabilisé. L’auteur n’est en effet qu’un fantôme car il choisit de publier ses premiers romans écossais de façon anonyme : il cache son patronyme derrière différents noms de plume parfois concurrents dans la mesure où certaines de ses créations littéraires sont publiées simultanément, mais sous des noms d’auteurs distincts. The Antiquary (1816) a été écrit par « The Author of Waverley », tandis que The Black Dwarf (1816) ou Old Mortality (1816) sont parus sous le nom de Jedidiah Cleishbotham, parfois seulement désigné par ces initiales, « J. C. », deux lettres qui peuvent aussi être investies de toutes autres significations, comme Jesus Christ.

  • 12  La voix de l’auteur ne se fait entendre que brièvement avant de laisser place aux multiples voix n (...)

18Dépourvu de voix auctoriale stable,12 le texte scottien est composé d’une multitude de voix narratives qui se superposent et se chevauchent. Il est comme le rhizome, « un système acentré, non hiérarchique et non signifiant, sans Général, sans mémoire organisatrice ou automate central, uniquement défini par une circulation d’états » (Deleuze et Guattari 32). Si Scott empêche toute fixation de l’autorité narrative pour privilégier un mélange polyphonique de voix à tous les niveaux diégétiques, c’est par volonté d’ouvrir le sens du texte que chaque voix contribue à l’enrichir sans le fixer. Portée par de multiples voix, la narration ne suit souvent pas une trajectoire linéaire, mais elle est faite de va-et-vient entre les histoires de Brown et de Guy Mannering (GM), du capitaine Dalgetty et du comte de Montrose (LM 4 : 7, 121) ou encore celles des membres du peuple et de la royauté de Perth (« [w]e must now leave the lower parties in our historical drama, to attend to the incidents which took place among those of a higher rank and greater importance », FMP 2 : 1, 129) pour donner l’illusion de la simultanéité. Le narrateur brise ainsi la linéarité de la narration afin de suivre plusieurs fils à la fois (« [w]e must take up another thread, which is also to be woven into the adventures of this remarkable day », GM 3: 8, 283) ou de reprendre un fil abandonné plus tôt: « I must take up the thread of my story, my dearest Mathilda, where I broke off yesterday » (GM 2: 10, 166), déclare Julia Mannering dans sa lettre à son amie.

19À ces brouillages du tracé de la narration s’ajoutent des jeux de confusions sémantiques. Loin de fixer le sens du récit, le narrateur contribue au contraire à le déstabiliser à l’aide d’épanorthoses : « [d]ry stone walls […] fenced, or seemed to fence, (for they were solely breached) these hanging gardens of Tully-Veolan » (W 1 : 8, 36). L’image d’une limite étanche est ainsi fissurée par le biais de la modulation, encore renforcée par le commentaire entre parenthèses qui convoque l’image inverse d’une frontière très poreuse. Le narrateur a aussi recourt à de nombreuses alternatives ou corrélations qui permettent de présenter en même temps deux ou plusieurs possibilités concurrentes sans qu’aucune ne soit privilégiée : « [i]t is not known whether he was acting under the influence and instigation of the Cameronians, or whether he was merely impelled by his own agitated imagination » (OM 4 : 1, 250), hésite le narrateur, pourtant omniscient, à propos du révérend Peter Poundtext.

20Cet état d’entre-deux sémantique est caractéristique de la narration des romans écossais qui prônent l’incertitude : « ‘[t]he end of uncertainty,’ he [Mr Hardie] concluded, ‘is the death of interest ; and hence it happens that no one now reads novels’«  (HM 1 : 1, 15), affirme Scott à travers la voix de son personnage d’avocat. Loin de fermer le champ des possibles, l’incertitude l’ouvre au contraire en ne fixant aucune limite. Alors que la fin des romans devrait être conclusive et apporter des certitudes, elle se caractérise au contraire par son ouverture interprétative maximale sous forme d’un triomphe de l’hypothétique et du conjectural, comme dans A Legend of the Wars of Montrose (4 : 15 , 181), The Fair Maid of Perth (FMP 3 : 13, 385-86) ou encore « The Highland Widow » dont toutes les fins suivent exactement le même schéma d’ouverture herméneutique. Loin de conclure, la « conclusion » clôt le texte sans en clore le sens, car Scott cherche l’infini des interprétations dans le fini du texte.

21Les romans écossais sont un espace de circulation et de glissement perpétuels du sens grâce à des jeux de polysémie qui abolissent toute frontière sémantique : « you have been reading Geneva print this morning already » (OM 2 :11, 94), remarque avec ironie le vétéran major Miles Bellenden à l’encontre d’un des domestiques de sa belle-sœur. L’expression « Geneva print » fait aussi bien référence au texte de la Bible, imprimée en petits caractères à Genève, centre du calvinisme, qu’à l’eau-de-vie, le gin (Geneva Gin), proche de son ancêtre le genièvre (jenever). Ces jeux de mots s’accompagnent de variations de son et donc de sens avec des doublets, tels que « viewing and reviewing » (OM 3 :12, 197), « glided » et « gilded » (FMP 1 : 12, 123). Les lettres se déplacent au sein du texte pour former de nouveaux assemblages porteurs d’un autre sens. Scott adopte également un style très oxymoronique qui fait fusionner les contraires sémantiques (« waking dreams », W 1 : 3, 15 ; « [t]he cool, and yet mild air of the summer night », W 1 : 17, 84) afin qu’émerge une pluralité de sens.

22L’esthétique du désengagement se manifeste enfin dans le pacte que Scott propose, dans l’indécision, au lecteur dont l’horizon d’attente est nécessairement subverti. « Les indices génériques ou autres engagent l’auteur […]. La perception générique, on le sait, oriente et détermine dans une large mesure l’ ‘horizon d’attente’ du lecteur, et donc de la réception de l’œuvre » (Genette 10,12). Refusant de se limiter à toute forme générique, Scott développe ce que le théoricien Hans Robert Jauss appelle « l’écart esthétique » : « c’est donc dans le domaine de l’idéologie que la relation narrateur/ lecteur [ mais aussi auteur/ lecteur] trouvera son point d’équilibre, relation de couplage où vient s’inscrire la dialectique du mythe historique et de sa réception non seulement par le lecteur contemporain de Scott, mais aussi par celui des générations ultérieures » (Morère, « Histoire et Récit » 32). La clef de lecture des romans écossais prend davantage la forme d’un mot de passe énigmatique que l’auteur transmet à son lecteur, comme dans ce passage à résonance métafictionnelle qui met en scène l’acte d’échange entre les deux acteurs de l’œuvre romanesque et qui problématise à lui seul la position et le rôle du lecteur :

‘– where does the passage lead to?’
‘To my private apartment behind the tapestry,’ answered the prostrate nobleman.
‘From thence how shall I reach the gateway?’
‘Through the grand gallery, the anti-room, the lackey’s waiting-hall, the grand guard-room’ –
‘All crowded with soldiers, factionaries, and attendants […] – have you no secret passage to the gate, as you have to your dungeons?
[…]’
‘There is a passage through the chapel,’ said the Marquis, ‘opening from my apartment.’
‘And what is the pass-word at the gate?’
‘The sword of Levi,’ replied the Marquis; ‘but if you will receive my pledge of honour, I will go with you, escort you through every guard, and set you at full liberty with a passport.’ (LM 4 : 5, 107)

  • 13  » [T]wo of the sons of Jacob, Simoneon and Levi, Dinah’s brethren, took each man his sword, and ca (...)
  • 14  L’arche d’alliance est le coffre objet de culte qui, dans la Bible, contient les tables de la Loi (...)

23Le marquis, propriétaire de l’édifice labyrinthique, est un double fictif de l’auteur qui, telle Ariane, conduit le lecteur théséen, incarné par le conquérant capitaine Dalgetty, à travers les dédales de son œuvre ponctuée de pièges sémiotiques (« through every guard »), comme le signale l’énumération de barrières (« [t]hrough the grand gallery, the anti-room, the lackey’s waiting-hall, the grand guard-room »). Le pacte de lecture, qui engage l’auteur (« if you will receive my pledge of honour ») et le lecteur, est ici détourné et ironiquement transformé en un échange de mot de passe (« pass-word ») délivré à l’entrée (« at the gate ») des romans écossais, à la frontière péritextuelle. Ce message codé, à caractère énigmatique, est une perversion du code de lecture censé orienter le lecteur dans une perspective d’intelligibilité : il s’agit d’ordinaire d’une aide personnalisée destinée à faciliter le déchiffrage et la compréhension du texte. Le message crypté instaure aussi une complicité entre auteur et lecteur, seuls possesseurs du mot de passe à valeur hautement symbolique : « sword » est l’anagramme directe du mot « words », tandis que le nom propre Lévi fait référence au troisième fils de Jacob, figure biblique double, à la fois transgresseur et redresseur de tort. Accompagné de son frère Simoneon, il a massacré les habitants de Sichem en représailles du viol de sa sœur Dinah par le prince de cette ville.13 Ses descendants forment la tribu des Lévites, nommée en son nom, une communauté sans terre dont la vie est dédiée au service du Temple de Jérusalem construit par les Israélites (en particulier Salomon), pour abriter l’arche d’alliance.14 Cette communauté religieuse est le symbole parodique de la communauté des lecteurs pour reprendre l’expression de Stanley Fish (« interpretive communities » 15), liés entre eux par une même lecture herméneutique du texte scottien qui doit non pas faire l’objet d’un culte, mais d’une vaste entreprise de déconstruction en vue d’ouvrir son sens et de repousser ses limites. C’est à cette communauté britannique, souvent associée dans les romans au peuple israélite que Scott s’adresse derrière la figure du capitaine Dalgetty, image du Lecteur Modèle défini par Umberto Eco, ou du lecteur implicite (« implied reader ») de Wolfgang Iser. L’auteur (« go with you, escort you ») entraîne ainsi son lecteur, complice, dans un exercice de transgression puisqu’il l’invite à traverser la frontière du texte, symbolisé par la tapisserie (« behind the tapestry ») et à pénétrer dans l’intimité de son corps, dans le secret de sa création (« to my private apartment » ; « opening from my apartment »). Après avoir éduqué son lecteur à la lecture interprétative, l’écrivain lui remet le passeport (« set you at liberty with a passport ») l’autorisant à voyager librement et en toute autonomie à traverser la frontière narrative et auctoriale. D’abord contraint à l’intérieur de limites strictes imposées par l’auteur, le lecteur s’émancipe pour devenir herméneute, voire relayer Scott en tant que narrateur et auteur. Par ce jeu d’intersubjectivité dont parle Ricœur (Du Texte à l’action 228-29), il est invité à prendre part à une forme « d’introspection collective » (Suhamy 99), à se pencher sur son passé, sur son histoire et sur son identité pour se les approprier. « Autant le récit est le lieutenant de l’Histoire recréée, autant le lecteur trouve dans l’espace du texte des itinéraires hypothétiques auxquels il lui est possible de s’identifier » (Morère, « Histoire et Récit » 31).

*

24Toute l’œuvre écossaise de Scott est ainsi tournée vers cette quête du milieu (middle way) qui peut être vue comme une forme d’engagement. Héritier du Classicisme marqué par la quête d’une résolution des conflits grâce au triomphe de l’harmonie et de l’ordre, mais aussi héritier des Lumières notamment écossaise à travers la croyance en la modération humienne et la théorie du sens commun de Reid, influencé par une éducation calviniste, et très affecté par l’ébranlement politique de son époque, Scott pointe du doigt la nécessité bienfaisante d’un état de compromis et de conciliation, mais il en montre aussi les limites. Dans un sens abstrait et métaphorique, le milieu est ainsi défini comme une position modérée, où l’un et l’autre se réunissent et fusionnent, entre deux extrémités. Son état d’équilibre statique est cependant très précaire car l’équilibre doit être dynamique : c’est marcher sans tomber, et non rester immuable. Nul ne peut être l’un et l’autre à la fois, simultanément, mais seulement alternativement. Qu’il s’agisse des frontières abstraites politiques, sociales, morales, culturelles ou encore plus psychologiques, l’état de médiation est passager, éphémère car source de schizophrénie.

25Ce n’est que dans l’écriture que la pensée plurielle, voire prismatique de Scott trouve son plein sens et son épanouissement. L’esthétique de l’écart, mise en valeur par Scott à travers le pacte qu’il propose, dans l’indécision, au lecteur, est symptomatique de la société et de toute la littérature écossaises jusqu’à sa renaissance autour de la seconde guerre mondiale. Cet esprit de synthèse hors du commun, il a su le mettre à profit dans ses histoires mais aussi pour l’Histoire. Lui seul pouvait écrire le scénario de la visite du roi George IV, habillé d’un kilt et armé d’un poignard, à Édimbourg en 1822. Cette mise en scène orchestrée à la perfection était le fait d’un coup de maître, d’un auteur profondément engagé pour la voie du milieu.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Les œuvres du corpus ont été étudiées dans The Edinburgh Edition of the Waverley Novels, abrégée EEWN)

Scott, Walter. Waverley. 1814. Ed. Peter D. Garside. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 2007.

Scott, Walter. Guy Mannering. 1815. Ed. Peter D. Garside. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 1999.

Scott, Walter. The Antiquary. 1816. Ed. J.H. Alexander. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 2012.

Scott, Walter. The Black Dwarf. 1816. Ed. Peter D. Garside. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 1993.

Scott, Walter. The Tale of Old Mortality. 1816. Ed Douglas S. Mack. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 1993.

Scott, Walter. Rob Roy. 1817. Ed. David Hewitt. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 2008.

Scott, Walter. The Heart of Mid-Lothian. 1818. Ed. Alison Lumsden. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 2004.

Scott, Walter. The Bride of Lammermoor. 1819. Ed. J.H. Alexander. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 1996.

Scott, Walter. A Legend of the Wars of Montrose. 1819. Ed. J.H. Alexander. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 1996.

Scott, Walter. The Pirate. 1821. Ed. Mark Weinstein and Alison Lumsden. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 2001.

Scott, Walter. Redgauntlet. 1824. Ed. G.A.M. Wood. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 1997.

Scott, Walter. Chronicles of the Canongate. 1827. Ed. Claire Lamont. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 2001.

Scott, Walter. The Fair Maid of Perth. 1828. Ed. Andrew Hook and D. MacKenzie. EEWN. Edinburgh : Edinburgh UP, 1999.

Scott, Walter. » Essay on the Drama ». The Miscellaneous Prose Works of Sir Walter Scott. vol. 20. Edinburgh : Cadell and Co., 1834-71.

Scott, Walter. The Letters of Sir Walter Scott. 1932–37. Ed. H. J. C. Grierson. 12 vols. New York : AMS, 1971.

Sources secondaires

Anderson, E.K. ed. The Journal of Sir Walter Scott, 1825-32. Edinburgh : Canongate, 1998.

Aristote. Éthique à Nicomaque. Trad. Richard Bodéüs. Paris : Flammarion, 2004.

Bonafous-Murat, Hélène. « De l’idéal à l’organique : la représentation de l’Histoire dans les romans écossais de Walter Scott ». Thèse. Université Sorbonne-Paris III, 1996.

Berton, Jean. « Le réalisme linguistique dans Waverley ». Waverley : Sir Walter Scott. Éd. Henri Suhamy. Paris : Ellipses, 1998. 103-30.

Burke, Edmund. Reflections on the Revolution in France and on the Proceedings in certain Societies in London relative to that Event. London : J. Dodsley, 1790.

ChÉzaud, Patrick. « Sens commun et culture populaire ». Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 46 (1998) : 122-33.

Deleuze, Gilles et Félix Guattari. Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille Plateaux. [1980] Paris: Minuit, 2009.

Duncan, Ian. Modern Romance and Transformations of the Novel: The Gothic, Scott, Dickens. 1992 Cambridge: CUP, 2005.

Eco, Umberto. Lector in fabula. 1979. Paris: Grasset, 1985.

Ferris, Ina. The Achievement of Literary Authority: Gender, History and the Waverley Novels. Ithaca: Cornwell UP, 1991.

Fish, Stanley Eugene. Is There a Text in this Class?: The Authority of Interpretive Communities. Cambridge, Mass. : Harvard UP, 1980.

Genette, Gérard. Palimpsestes : la littérature au second degré. 1982. Paris: Seuil, 1992.

Gordon, Robert C. Under Which King? A Study of the Scottish Waverley Novels. Edinburgh : Oliver and Boyd, 1969.

Griffiths, Robert Howell. « Modération et centrisme politique en Angleterre de 1660 à 1800 ». Annales historiques de la Révolution française 3.357 (2009) : 119-42.

Hume, David. « That Politics May Be Reduced to a Science ». 1758. Essays, Moral, Political, and Literary. I.3. London : Longmans, 1875.

Iser, Wolfgang. L’acte de lecture : théorie de l’effet esthétique. 1976]. Trad. Evelyne Sznycer. Bruxelles : P. Mardaga, 1985.

Jauss, Hans Robert. Pour une esthétique de la réception. Ed. Jean Starobinski. Trad. Claude Maillard. Paris : Gallimard, 1972.

Lamoine, Georges, éd. Lecture d’une œuvre : Waverley de Sir Walter Scott. Paris : Édition du Temps, 1998.

Lejeune, Philippe. Le pacte autobiographique. Paris: Seuil, 1975.

Lockhart, John Gibson. Memoirs of the Life of Sir Walter Scott 1837-38. Edinburgh : Robert Cadell and Co., 1850.

Montesquieu, De l’Esprit des lois. 1748. Paris : Firmin Didot, 1862.

Morère, Pierre, éd. Écosse des Lumières : le XVIIIe siècle autrement. Grenoble : ELLUG, 1997.

Morère, Pierre, éd. « Le xviiie siècle dans Waverley : héritage et perspectives ». Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 47 (1998) : 101-12.

Morère, Pierre, éd. « Histoire et récit dans Redgauntlet de Walter Scott ». Le Roman historique. Caliban 28 (1991) : 25-35.

Naugrette, Jean-Pierre. Walter Scott : Waverley. Paris : Didier Érudition, 1998.

Pittock, Murray, ed. The Reception of Sir Walter Scott in Europe. London : Continuum, 2006.

Ricœur, Paul. Histoire et vérité. 1955. Paris : Seuil, 2001.

Ricœur, Paul. Temps et récit : L’intrigue et le récit historique. 1983. Paris : Seuil, 1991.

Ricœur, Paul. Du Texte à l’action : essais d’herméneutique. Paris : Seuil, 1986.

Robel, Gilles. « David Hume, John Bull, et Sister Peg ». Écosse des Lumières : le xviiie siècle autrement. Éd. Pierre Morère. Grenoble : Ellug, 1997.

Suhamy, Henri, ed. Waverley. Paris : Ellipses, 1998.

Suhamy, Henri, ed. « Waverley ou le voyage dans le passé ». Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 42 (1996) : 99-110.

Suhamy, Henri, ed. Sir Walter Scott. Paris: Fallois, 1993.

Haut de page

Notes

1  En 1811, Scott achète, dans les Borders, une vieille ferme qu’il rebaptise Abbotsford et transforme, au terme de dix ans de travaux quasi-pharaoniques, en un somptueux manoir, un petit château féodal crénelé au style néo-gothique. Cette très riche propriété frontalière laisse transparaître un certain goût, sans doute refoulé chez Scott, de l’excès et de la démesure. Abbotsford, symbole de sa folie des grandeurs, finit d’ailleurs par le ruiner en 1825.

2  Cette adhésion inflexible à la voie moyenne, préférée à toute forme d’extrême, nécessairement immodérée et donc dangereuse, Scott la tient aussi en partie de sa stricte éducation calviniste comme l’explique son gendre, John Gibson Lockhart, dans sa biographie de l’écrivain (« his inflexible adherence to the cause of virtue », Lockhart 30). La nécessité impérieuse, et parfois difficile à tenir, d’une voie vertueuse est héritée de la doctrine religieuse puritaine, notamment presbytérienne dans sa version écossaise, dont Scott a été bercé toute sa jeunesse.

3  » There are enow of zealots on both sides who kindle up the passions of their partizans, and under pretence of public good, pursue the interests and ends of their particular faction. For my part, I shall always be more fond of promoting moderation than zeal ; though perhaps the surest way of producing moderation in every party is to increase our zeal for the public. Let us therefore try, if it be possible, from the foregoing doctrine, to draw a lesson of moderation with regard to the parties, into which our country is at present divided ; at the same time, that we allow not this moderation to abate the industry and passion, with which every individual is bound to pursue the good of his country » (Hume 107). Scott a aussi suivi les cours de droit du neveu du philosophe, aussi appelé David Hume, alors qu’il était étudiant à l’université d’Édimbourg.

4  Cet article propose les abréviations suivantes pour les romans écossais de Scott: W pour Waverley, GM pour Guy Mannering, OM pour The Tale of Old Mortality, RR pour Rob Roy, HM pour The Heart of Mid-Lothian, LM pour A Legend of the Wars of Montrose, R pour Redgauntlet, HW pour la nouvelle « The Highland Widow », FMP pour The Fair Maid of Perth.

5  James Beattie est d’ailleurs l’un des soixante poètes et écrivains écossais à avoir son buste sculpté sur le monument dédié à Walter Scott et situé sur Princes Street à Édimbourg. Scott connaissait très bien l’œuvre de Beattie, puisque l’unique exemplaire encore en circulation de The Grotesquiad, un long poème en quatre volumes, a été retrouvé dans la bibliothèque personnelle de Walter Scott à Abbotsford en 2011.

6  Montesquieu s’appuie sur le modèle de la Constitution anglaise qu’il qualifie de « beau système » (Montesquieu 138). Il est dans la nature du pouvoir de ne pas contenir en lui-même ses propres limites, « il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir » (128). À la fois magistrat (président à mortier du parlement de Bordeaux dont il hérite la charge) et écrivain, Montesquieu sert d’ailleurs de modèle à Walter Scott qui tente aussi de cumuler tâches judiciaires et littéraires : « I don’t see any sufficient reason why Lord President Scott should not be a famous poet (in the vacation time), when we have seen a President Montesquieu step so nobly beyond the trammels in the Esprit des Lois » (Lockhart 87).

7  Whig, abréviation de Whiggamores, est le nom d’abord donné, au xviie siècle, aux insurgés sectaires de l’ouest de l’Écosse qui s’assemblaient dans les champs et ne buvaient presque pas d’autre liqueur que du lait aigre. Ensuite, il s’est étendu à ceux qui ne reconnaissaient pas l’Église anglicane. Plus tard, il désigne les membres du parti britannique opposés aux jacobites, qui soutiennent les droits du Parlement et des sectes protestantes contre l’autorité monarchique et les privilèges de l’anglicanisme.

8  » Le juste milieu d’Aristote n’est pas forcément le point médian d’un segment, mais plutôt une métaphore pour qualifier un comportement tempéré, évitant les extrêmes des deux bords » (Griffiths 171).

9  Burke souligne cette position dans une série de quatre lettres sur une paix régicide (Letters on a Regicide Peace) écrites entre 1790 et 1796 pour s’opposer aux actions du Premier Ministre William Pitt qui s’efforçait de faire la paix avec le Directoire révolutionnaire français.

10  » Romance reproduces itself as the figure of mediation and synthesis by turning contradiction into ambiguity, which provides a vital margin of refuge between fatal historical fact and extravagant spiritual impossibility » (Duncan 15).

11  » It is not our purpose to indicate the exact local boundaries of the two contending clans, especially since they are not clearly pointed out by the historians who have transmitted accounts of this memorable feud » (FMP 3: 4, 278).

12  La voix de l’auteur ne se fait entendre que brièvement avant de laisser place aux multiples voix narratives : « si le jeu permet des libertés, il a aussi ses règles, et, comme pour prévenir toute identification erronée, Scott, l’auteur, intervient en introduction avant de laisser la parole aux divers narrateurs du récit » (Morère « Histoire et Récit » 32).

13  » [T]wo of the sons of Jacob, Simoneon and Levi, Dinah’s brethren, took each man his sword, and came upon the city boldly, and slew all the males » (Genesis 34.25).

14  L’arche d’alliance est le coffre objet de culte qui, dans la Bible, contient les tables de la Loi (les Dix Commandements) données à Moïse sur le mont Sinaï et marque les étapes de la marche vers la Terre promise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Sabiron, « L’engagement paradoxal scottien, ou comment réconcilier l’irréconciliable », XVII-XVIII, 72 | 2015, 249-268.

Référence électronique

Céline Sabiron, « L’engagement paradoxal scottien, ou comment réconcilier l’irréconciliable », XVII-XVIII [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1718.revues.org/375 ; DOI : 10.4000/1718.375

Haut de page

Auteur

Céline Sabiron

Université de Lorraine, Université d’Oxford

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org