Navigation – Plan du site
Varia

« The Progress of Man » et « The Loves of the Triangles » de l’Anti-Jacobin, entre parodie politique de poésie didactique et Nonsense avant l’heure

Pierre Labrune
p. 267-284

Résumés

Cet article s’intéresse à deux parodies de poésie didactique publiées dans l’Anti-Jacobin au cours de la session parlementaire 1797-1798. L’étude de ces textes permet de voir comment les débats politiques et esthétiques s’articulent dans le contexte plus large de la controverse révolutionnaire. Les parodies, du fait de la virtuosité formelle qui y est mise en œuvre, peuvent être considérées comme faisant pleinement partie d’une tradition de satire lettrée inspirée par les scriblériens et qui annonce le Nonsense victorien. L’excès satirique de didactisme et d’érudition mal à propos donne lieu à un discours fou censé révéler la véritable inanité de la langue révolutionnaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « The Progress of Man » donne ainsi lieu à des publications dans les numéros xv, xvi et xxi du pér (...)
  • 2  L’identité des rédacteurs de l’Anti-Jacobin, dissimulée lors de la publication originale, est préc (...)

1The Anti-Jacobin, or, Weekly Examiner est un périodique publié entre novembre 1797 et juillet 1798 directement financé par le gouvernement tory de William Pitt. Ses principaux contributeurs, bien que la publication, comme tous les journaux de l’époque, soit anonyme, sont George Canning, alors sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, l’un de ses amis les plus proches, John Hookham Frere, et William Gifford, qui s’est fait une réputation de satiriste grâce à sa Baviad (1791) et à sa Maeviad (1795), qui sont respectivement des imitations de Perse et d’Horace. Le titre même du périodique indique assez bien la tonalité d’ensemble des articles : il s’agit de s’attaquer tant aux révolutionnaires français, et plus particulièrement aux trois directeurs qui viennent d’organiser le coup d’État du 18 fructidor, an V, qu’aux sympathisants britanniques de la cause de la Révolution française. Deux éléments contribuent à la popularité du périodique : les gravures de James Gillray qui viennent l’illustrer et la dernière section du périodique où sont publiés, dès le premier numéro, des poèmes. Cette section connaît un franc succès puisque Gifford, dès 1799, recueille tous les textes qui y ont paru et publie une compilation intitulée The Poetry of the Anti-Jacobin qui en est déjà à sa quatrième édition en 1801. La compilation, organisée selon l’ordre chronologique des publications, alterne textes en prose visant à consolider le dispositif satirique, grandes odes patriotiques, imitations des poètes latins et, ce qui en fait le principal intérêt de nos jours, parodies. Cet article va traiter tout particulièrement de deux parodies, publiées au long de plusieurs numéros de la revue, à savoir « The Progress of Man » et « The Loves of the Triangles ».1 Ces deux textes sont essentiellement écrits par Frere, bien que Canning ait écrit quelques vers.2

2Les deux poèmes ont un objectif politique bien précis. Il s’agit, par le biais de la parodie, de ridiculiser la pensée « jacobine » et d’en montrer l’inanité. Les cibles principales sont connues : il s’agit de William Godwin, d’Erasmus Darwin, de Thomas Payne Knight et de Joseph Priestley qui, aux yeux des rédacteurs de l’Anti-Jacobin, cumulent les torts de ne pas rejeter en bloc la Révolution française, de montrer un intérêt certain pour la science expérimentale et de s’éloigner de l’orthodoxie anglicane pour se rapprocher des dissenters voire de l’athéisme. Dans cette perspective, s’attaquer à la poésie didactique fait d’autant plus sens au vu de l’importance accordée à l’enseignement tant par les Jacobins que par les dissenters dans leurs académies. Il semble cependant que la machine satirique tourne parfois à l’excès. De plus, la parodie, comme procédé rhétorique, ne manque pas de poser problème, surtout dans un cas comme celui-ci où les textes seconds sont désormais plus connus et plus lus que les textes sources. Il est possible aujourd’hui de lire les premiers comme de purs déchargements comiques. Les vers d’une platitude extrême s’additionnent ainsi que les notes d’érudition absconses et l’objectif politique initial se trouve donc quelque peu relégué au second plan.

3Ces deux parodies permettent de mieux comprendre l’articulation d’une position politique – l’antijacobinisme virulent – et d’une pratique poétique – la parodie satirique – dans le contexte de débats plus larges, à la toute fin du xviiie siècle, au sujet des conséquences politiques des divers usages de la langue. Cette étude tâchera donc, dans un premier temps, de montrer que ces deux poèmes, par excès de satire, deviennent hybrides et mettent en évidence l’aspect fondamentalement conventionnel des valeurs qu’ils sont censés affirmer. Il ne s’agit donc pas simplement de poèmes de circonstance contre les soutiens britanniques de la Révolution française. Nous essayerons ensuite de rendre compte de ce mouvement presque fou de la parodie conservatrice en tâchant de voir si l’on peut voir en elle un phénomène annonciateur du nonsense qui se constitue en véritable genre littéraire un demi-siècle plus tard, avec Edward Lear et Lewis Carroll.

De la parodie ponctuelle à l’attaque d’un système

4L’Anti-Jacobin a publié de nombreuses parodies, notamment dans son premier numéro où l’original, de Robert Southey, est mis en regard du texte produit afin de renforcer l’effet produit. On trouve une intention similaire dans « The Progress of Man » et « The Loves of the Triangles ». Le titre même des deux poèmes permet l’identification des cibles, ainsi que la dédicace moqueuse du « Progress of Man » à « R. P. Knight, Esq. » (Gifford 80). Les premiers vers des deux textes donnent de plus lieu à des notes renvoyant à des passages bien précis des textes sources et ce, afin de renforcer un pacte de lecture proprement parodique. Dans « The Progress of Man », l’universalité de la pulsion amoureuse donne lieu à la description suivante des amours des bêtes : « How Lybian tigers’ chawdrons love assails,/ And warms, midst seas of ice, the melting whales » (Gifford 82, v. 26-27). Ces deux vers grotesques sont accompagnés d’une note précisant que la mention des fauves libyens et des baleines est directement tirée de The Progress of Civil Society de Richard Payne Knight. De même, dans les trente premiers vers de « The Loves of the Plants », on trouve deux parodies très détaillées d’Erasmus Darwin dont la source est indiquée en note (Gifford 124-25). Cependant, une fois que le lien entre texte source et texte cible a été ainsi clairement établi, les rapports se font plus lâches et les poèmes, qui courent sur plusieurs centaines de vers, s’attaquent bien plus à des caractéristiques structurelles qu’à des points précis des textes sources.

5Le choix de s’attaquer au poème de Richard Payne Knight peut même sembler étrange, dans un premier temps, puisque ce dernier, bien conscient des polémiques que la publication de son œuvre a pu susciter, se défend explicitement de sympathiser avec les révolutionnaires français. Ainsi renvoie-t-il dos à dos ses critiques conservateurs et les Jacobins dans la préface de son ouvrage :

As for infidelity, it is a vague term of general accusation, which every hypocrite or fanatic applies to those who appear to be less hypocritical or fanatical than himself; and has a near resemblance to that of incivism, which in France, every factious or wrong-headed republican applies to those who appear to be less factious or wrong-headed than himself. (Knight xvii)

6De plus, dans le corps même du poème, notamment dans le livre VI, consacré aux affaires politiques, il compare la terreur à une hydre, évoque « l’atroce Robespierre » (Knight 135, v. 253), et rappelle les massacres de l’automne 1793 à Lyon (Knight 136-37, v. 294-315). Cependant, on comprend mieux que Knight ait été pris pour cible immédiate si l’on garde à l’esprit qu’il remet en cause l’indissolubilité du mariage dans le troisième livre du poème didactique (55, v. 160-165 et note) – ce qui ne peut que déplaire aux rédacteurs ultra-tory de la revue qui défendent bec et ongles l’Église établie – et qu’il affirme explicitement, dans la préface, vouloir développer l’Essay on Man de Pope qui souffre selon lui d’un excès de concision (Knight vi-vii). La conclusion du poème, en dépit des nombreuses précautions prises pour se démarquer des révolutionnaires français, peut également se comprendre comme une justification de la Révolution. Elle est comparée à l’ouragan qui, détruisant les navires, permet cependant à l’océan de ne pas pourrir par excès de stagnation, et peut donc apparaître comme un mal nécessaire (Knight 155, v. 691-704).

7Le poème d’Erasmus Darwin, The Loves of the Plants, directement visé par « The Loves of the Triangles » ne comporte que peu d’allusions politiques directes. Il fut de plus publié pour la première fois en 1789, avant que la controverse révolutionnaire ne prenne véritablement au Royaume-Uni. On remarque cependant une légère incursion dan le domaine politique dans le deuxième chant, puisqu’on y trouve une apostrophe à la philanthropie et à John Howard (Darwin 110, v. 439-46), mais cela n’est toutefois pas extrêmement subversif. Cependant, l’enthousiasme d’Erasmus Darwin, qui évoluait de surcroît dans le cercle de Joseph Priestley, pour la Révolution française était connu, ce qui ne pouvait qu’irriter les satiristes de l’Anti-Jacobin.

8On le voit, bien que John Hookham Frere et George Canning aient pu trouver matière à critique dans la lettre des deux poèmes, leur attitude parodique est bien plus large. Darwin et Knight servent d’ancrage, ils permettent d’établir un pacte de lecture parodique. Ils sont toutefois considérés avant tout non comme des auteurs singuliers mais plutôt comme les représentants d’une certaine école esthétique qui, selon les auteurs de l’Anti-Jacobin, va toujours de pair avec une sympathie jacobine. Le didactisme en poésie est suspect du fait de son emphase. En effet, il s’agit, selon Roland Barthes, d’une des caractéristiques du style révolutionnaire : « cette écriture, qui a tous les signes de l’inflation, fut une écriture exacte : jamais langage ne fut plus invraisemblable et moins imposteur » (23). L’invention d’un auteur fictif pour les deux faux poèmes didactiques vient renforcer ce processus de condensation parodique par lequel le poème prétendument jacobin vient représenter l’absurdité tant des thèses politiques des francophiles que des thèses esthétiques des poètes didactiques et rationalistes.

9En effet, afin de renforcer la portée de la parodie et de décupler son effet comique, les auteurs de l’Anti-Jacobin créent, au fur et à mesure de la publication périodique, une persona auctoriale pour leurs deux grandes parodies de poème didactique. Ainsi, dans le numéro xxi du 2 Avril 1798, où il est particulièrement question de l’indissolubilité du mariage, l’auteur fictif est-il enfin nommé : il s’agit de « Mr. Higgins, of St. Mary-Axe » (Gifford 108), et sa personnalité se trouve davantage développée deux semaines plus tard, dans le numéro xxiii, où la transition entre les deux poèmes se fait par l’intermédiaire d’une lettre fictive adressée à la rédaction. Cette lettre, outre qu’elle complique encore davantage la situation d’énonciation afin d’ouvrir le champ le plus large possible au jeu de l’ironie et de la parodie, explicite la cible visée derrière la persona de Mr Higgins :

If I have selected your Paper as the channel for conveying my labours to the Public, it was not because I was unaware of the hostility of your principles to mine, of the bigotry of your attachment to things as they are: – but because, I will fairly own, I found some sort of cover and disguise necessary for securing the favourable reception of my sentiments; the usual pretexts of humanity and philanthropy, and fine feeling, by which we have for some time obtained a passport to the hearts and understandings of men, being now worn out, or exploded. I could not choose but smile at my success in the first instance, in inducing you to adopt my Poem as your own. (Gifford 119)

La parodie, ainsi dédoublée, puisque l’auteur fictif est censé avoir pris à leur propre jeu les auteurs de l’Anti-Jacobin alors que le piège parodique se referme sur lui, dévoile donc sa véritable cible, à savoir William Godwin, considéré, après la publication de Political Justice, comme un héraut du jacobinisme au Royaume-Uni. La formule « things as they are » est une allusion directe à Caleb Williams, et le nom de St-Mary-Axe se comprend alors rétrospectivement comme une référence à l’épouse de Godwin, Mary Wollstonecraft, cible privilégiée des attaques de la presse conservatrice, et au supposé amour de la guillotine des partisans anglais de la Révolution.

  • 3  Les premiers vers de la deuxième épître de l’Essay on Man offre un parfait résumé de cette positio (...)

10La querelle à laquelle participe l’Anti-Jacobin se fait donc plus générale et plus philosophique. Il s’agit, par la parodie, de montrer l’inanité de l’esprit de système et du rationalisme de Godwin. Comme l’a bien montré Sarah Peyroux-Roblin, la satire s’appuie notamment sur tout un faisceau d’allusions à Pope, l’auteur fictif, Higgins, étant dépeint comme une sorte de « Pope au petit pied » (257), incapable, en dépit de ses protestations que tout peut être enseigné par le biais de la poésie didactique, de parvenir à la profondeur philosophique du poète. En effet, alors que Pope part, dans une optique toute horatienne, de la médiocrité humaine pour déterminer quel doit être le champ approprié de la connaissance et en conclut qu’il s’agit de la connaissance de soi-même,3 Higgins, quant à lui, part du postulat que l’homme est infiniment perfectible pour en conclure logiquement que toute la science peut être systématiquement mise en vers, en suivant l’ordre du dictionnaire :

These several Sciences will be the subjects of the several auxiliary Didactic Poems which I have now in hand (one of which, entitled the Loves of the Triangles, I herewith transmit to you), and for the better arrangement and execution of which, I beseech you to direct your Bookseller to furnish me with a handsome Chambers’s Dictionary; in order that I may be enabled to go through the several articles alphabetically, beginning with Abracadabra, under the first letter, and going down to Zodiac, which is to be found under the last. (Gifford 121)

  • 4  « I argue in each case that satire is problematic, open-ended, essayistic, ambiguous in its relati (...)

11La transition entre les deux poèmes clarifie donc l’objet de la satire. Il ne s’agit pas tant d’affirmer les valeurs d’une Angleterre éternelle que de montrer, par la satire et par l’exagération, l’absurdité d’un système philosophique reconstruit pour les bienfaits de la démonstration. Les parodies, du fait de la complexité énonciative qu’elles introduisent, participent donc de ce processus de déstabilisation, de provocation et d’interrogation qui caractérise la satire, selon la définition qu’en donne Dustin Griffin,4et cela alors même que les textes qui nous préoccupent sont publiés dans un périodique à l’orientation politique clairement affichée.

  • 5  C’est, par exemple, la thèse soutenue par Robert C. Elliott dans The Power of Satire.

12Il serait en effet difficile, dans le cas des textes étudiés, d’appliquer la grille de lecture traditionnelle de la satire, qui en fait un genre hérité de rituels magiques organisés selon deux pôles.5 D’après cette tradition critique, le satiriste, héritier du magicien, se livrerait à un exorcisme des vices dénoncés pour ensuite réaffirmer les valeurs de la communauté. Ce modèle explicatif peut cependant être appliqué à d’autres poèmes publiés dans The Anti-Jacobin. On peut ainsi mettre en contraste les deux textes qui nous intéressent avec le poème latin et sa traduction publiés dans les numéros 6 et 7 de la revue, datés du 18 et du 25 décembre 1797 (Gifford, 26-32). Là où la parodie, par le jeu de l’inversion, ne fait que laisser deviner les valeurs qui la sous-tendent, les vers latins, traduits en couplets héroïques, ne laissent place ni à l’ambiguïté ni à l’interrogation. D’une part, le choix de la langue ancienne se comprend comme un moyen de louer la Grande-Bretagne éternelle, qui se trouve ainsi directement rapprochée de la grandeur de Rome menacée par les barbares, et, d’autre part, le contenu même des vers est suffisamment éclairant :

For midst the ruins of each falling state,
One favour’d nation braves the general fate,
One favour’d nation, whose impartial laws
Of sober Freedom vindicate the cause;
Her simple manners, midst surrounding crimes,
Proclaim the genuine worth of ancient times:
True to herself, unconquerably bold,
The Rights her valour gain’d she dares uphold;
Still with pure faith her promise dares fulfil,
Still bows submissive to the Almighty Will.
(Gifford, 31)

Les anaphores de « one favour’d nation » et de « still » viennent marteler cette affirmation de l’exception britannique, considérée comme le fruit naturel et simple d’une longue tradition de liberté et de pratique religieuse. En somme, quand l’Anti-Jacobin veut être explicite, la revue s’aligne clairement sur des thèses rappelant celle d’Edmund Burke dans ses Reflections on the Revolution in France. Burke est en effet toujours présent à l’esprit des rédacteurs du périodique puisque le dernier poème publié dans la revue, à savoir « New Morality », le dépeint comme un formidable héros donnant les premiers coups au Léviathan qu’est la Révolution française : « And thou Leviathan ! On ocean’s brim / Hugest of living things that sleep and swim;/ Thou in whose nose, by Burke’s gigantic hand/ The hook was fix’d to drag thee to the land » (Gifford 251, v. 348-51). La référence à Thomas Hobbes vient renforcer, dans la perspective de George Canning, l’opposition entre le rationalisme monstrueux des Français, dont la République s’apparenterait au Léviathan hobbesien, et la société organique toute d’équilibre que promouvrait la Constitution anglaise, modèle d’équilibre selon Burke et ses partisans.

  • 6  « On trouve donc deux aspects essentiels chez Burke. L’un, “négatif,” décrit ce qu’il faut à tout (...)

13Il faut toutefois garder à l’esprit que, même si Burke est devenu, après la publication des Reflections, le grand héros de la cause contre-révolutionnaire et le principal théoricien du renouveau conservateur britannique, ses thèses ne sont pas si tranchées et univoques que l’on pourrait le croire à voir certaines des lectures qui en ont été faites. Burke, s’inscrivant dans une tradition remontant, ici encore, à Pope et à l’Essay on Man, justifie l’exception britannique du fait de la reconnaissance, dans cette mythique ancienne Constitution, des limitations de la raison humaine. Il s’agit « d’opposer le souci de légitimité historique et de réformisme enraciné, qui caractérisait l’Angleterre, à la folie destructrice de la Révolution française » (Col 201). Ce n’est pas un hasard si Burke qualifie les Britanniques de « men of untaught feelings » et qu’il glorifie les préjugés de la vieille Angleterre lui permettant, bon an mal an, de maintenir un certain équilibre (251). Les vertus du système britannique, selon Burke, se définissent avant tout négativement, par opposition aux excès du rationalisme français. On pourrait dire, pour reprendre les notions développées par Isaiah Berlin dans une célèbre conférence, que les libertés britanniques vantées par Burke sont avant tout des libertés négatives : « freedom from » et non « freedom to ». La constitution britannique permet de limiter l’arbitraire et la coercition dans le domaine politique, mais elle n’affirme pas l’universalité de droits généraux, elle ne cherche pas à mettre en œuvre une égalité « abstraite » aux dires de Burke.6 Ainsi, dans cette perspective, la rhétorique mise à l’œuvre dans les deux parodies qui nous intéressent pourrait-elle être considérée comme étant proche de Burke puisqu’elle joue sur les imprécisions et les incertitudes.

14Il faut toutefois apporter une nuance à cette analogie : là où les contours indéfinis du système politique britannique contribuent, chez Burke, à souligner son caractère sublime et immémorial, dans les parodies didactiques de l’Anti-Jacobin, c’est bien plutôt la rhétorique révolutionnaire et rationaliste qui apparaît comme un abîme d’absurdité et de stupidité en comparaison duquel l’équilibre britannique semble être un havre de paix. Pour reprendre une distinction chère aux scriblériens, Burke, particulièrement dans son long développement sur les journées d’octobre 1789, déploie des trésors de pathos pour présenter la Reine Marie-Antoinette comme un personnage sublime – et, partant, pour présenter la foule comme une horde barbare – tandis que les satiristes de l’Anti-Jacobin, eux, en faisant tourner à vide la machine folle de la poésie didactique pro-révolutionnaire, utilisent toutes les ressources du bathos pour montrer l’inanité du projet révolutionnaire. Ce jeu sur l’absurdité fondamentale, aux yeux des parodistes, de la rationalisation absolue du monde, et ce, afin de défendre un conservatisme bon teint peut s’analyser, en des termes plus formels, comme une sorte de nonsense avant l’heure.

Du nonsense avant la lettre ?

  • 7  « I am persuaded that there is no Science, however abstruse, nay, no Trade or Manufacture, which m (...)

15L’un des principaux procédés employés dans « The Progress of Man » et « The Loves of the Triangles » afin de ridiculiser leur propos même et, par conséquent, les sources des parodies et tout le système rationaliste dont elles sont censées être les représentantes, est l’inventaire. On peut suivre les analyses d’Umberto Eco, qui distingue, en se fondant sur deux passages de l’Iliade, deux grandes catégories de listes sans cesse reprises dans la culture occidentale. Il y a, d’une part, la « liste-forme », dont l’archétype serait l’ekphrasis du bouclier d’Achille, où les scènes se multiplient mais où le monde et la liste sont clos, et, d’autre part, la liste toujours inachevée, dont l’archétype est le catalogue des navires, et qui pourrait se poursuivre ad infinitum (Eco 9-18). Dans « The Progress of Man » et « The Loves of the Triangles », il semble que les satiristes jouent sur la tension entre ces deux types de listes afin de montrer l’inanité de la systématisation des connaissances voulues par les poètes didactiques et par les révolutionnaires français. Le projet même des deux poèmes, explicité dans les titres ou dans la fausse lettre publiée dans le numéro xxiii de la revue, les rapprocherait de la « liste-forme ». La revendication même du qualificatif « didactique », la volonté de faire figurer des notes d’érudition et de « faire combattre l’imagination sous les drapeaux de la géométrie »7 montrent bien que les poèmes se donnent comme autant de formes idéalement finies, d’encyclopédies versifiées. Cependant, le projet déjà évoqué de suivre l’ordre de la Cyclopaedia de Chambers afin de consacrer un long poème didactique à chaque article, qui semble devoir achever cette perfection de la liste-forme, est en fait, du fait de son caractère excessivement systématique, bien souligné d’ailleurs par l’arbitraire de l’ordre alphabétique qui va d’ « Abracadabra » à « Zodiac », un exemple de liste allant vers l’infini, tout dictionnaire, toute encyclopédie n’étant jamais qu’une étape intermédiaire avant la prochaine édition.

16Cette tension constante dans les parodies didactiques, écartelées entre l’ambition totalisante et l’inéluctable atomisation du savoir par la liste, est bien représentée par les tables des matières qui précèdent chacune des livraisons des deux poèmes. La table des matières suppose une certaine organisation, elle est censée faire apparaître les grandes lignes organisant la réflexion, elle permet de dégager le sens des grands développements, mais force est de constater, que la table des matières par laquelle s’ouvre « The Progress of Man » laisse le lecteur perplexe :

various classes of being: – Animated Beings – Birds – Fish – Beasts – the Influence of the Sexual Appetite – on Tigers – on Whales – on Crimpt Cod – on Perch – on Shrimps – on Oysters. – Various Stations assigned to different Animals: – Birds – Bears – Mackarel. – Bears remarkable for their fur – Mackarel cried on a Sunday – Birds do not graze – nor Fishes fly – nor Beasts live in the Water […] (Gifford 80)

Cette juxtaposition d’éléments hétéroclites où il est difficile de percevoir une logique organisant l’enchaînement des éléments ne peut avoir d’autre conclusion que « &c, &c, &c. »

  • 8  Il est d’ailleurs précisé que le triangle rectangle devient cône après avoir inhalé de l’azote, ce (...)

17On constate un mouvement similaire dans « The Loves of the Triangles », où la mise en vers du système linéen par Erasmus Darwin est remplacée par une tentative d’évoquer les sections coniques par le biais d’une métaphore amoureuse, Parabole, Hyperbole et Ellipse devenant trois princesses dont les courbes cherchent à enjôler le sorcier Triangle Rectangle qui, ayant tourné sur lui-même, est devenu un cône de révolution.8 L’évocation des trois courbes donne lieu à une liste de triades et à une association d’idées quelque peu déroutante :

The Three Curves requite his Passion – Description of them – Parabola, Hyperbola, and Ellipsis – Asymptotes – Conjugated Axes. – Illustrations – Rewbell, Barras and Lepaux, the Three virtuous Directors – Macbeth and the Three Witches – the Three Fates – The Three graces – King Lear and his Three Daughters – Debry Diligence – Catherine Wheel. – Catastrophe of Mr. Gingham, with his Wife and Three Daughters overturned in a One-Horse Chaise. (Gifford 123)

  • 9  « In this new Battle of the Books there is a linguistic battle over “meaning” in which Burke repre (...)

Les listes ne parviennent plus à être des formes complètes qui justifieraient le discours rationaliste des supposés poètes jacobins. Au contraire, rien ne semble lier les différents éléments si ce n’est la structure même de la série et la succession des distiques rimés. C’est ce jeu constant entre l’excès de structure et l’absence de véritable lien entre les éléments qui permet de mettre à jour l’inanité du discours révolutionnaire. Les parodistes s’inscrivent aussi, par le biais de ce procédé, dans une tradition satirique bien représentée par les scriblériens. La table des matières rappelle en effet la liste des ouvrages censés avoir été commis par l’auteur fictif du Tale of a Tub dont la structure prétendument rigoureuse se retourne finalement contre elle-même dans la digression sur les digressions. De plus, tout comme Swift, les rédacteurs de l’Anti-Jacobin, prenant en cela exemple sur leur maître Burke, estiment avoir à livrer une nouvelle guerre des livres, une nouvelle Querelle des Anciens et des Modernes contre la langue révolutionnaire.9 On peut également considérer cette tradition dans sa postérité et voir que ces procédés peuvent être rapprochés des analyses d’Edith Sewell sur le Nonsense victorien. Elle insiste en effet sur la nécessité de l’incongruité des éléments dans les inventaires afin de faire triompher l’ordre sériel :

The point is that when once the number series is established, the reader will be in a serial frame of mind, fortified by the strictly numerical rhythms of the verse itself; and the incongruity of the thing series will not matter. On the contrary, it is an essential part of the process, for a series has to consist of separate and distinct terms, units going along one and one and one, and therefore the incompatibility of the things listed is a help rather than a hindrance to the ordering force in the mind. Just because they are so separate from one another it can the more readily arrange them one and one and one. If the things mentioned were not incompatible, or were less so, the mind would start trying to put them together and to fuse them into a whole, which would lead not to Nonsense but to poetry. (67)

18Bien que ces analyses puissent sembler quelque peu anachroniques, puisqu’elles se réfèrent aux vers d’Edward Lear et de Lewis Carroll, elles permettent de rendre compte du souci constant qu’ont les satiristes de l’Anti-Jacobin de ne pas écrire de la poésie, en dépit du titre du recueil. Il leur importe de toujours s’assurer que le lecteur instaure une distance critique avec le texte qu’il lit, et ce, afin d’en tirer une leçon paradoxale.

  • 10  « La première [conclusion] est qu’il n’y a pas de Nonsense avant le Nonsense. Le sens du mot, s’il (...)

19Les analyses de Jean-Jacques Lecercle permettent de dépasser cet anachronisme premier. En effet, dans sa réflexion historique sur les origines du nonsense, il souligne qu’il s’agit d’un genre littéraire, qui, comme tous les genres « redistribue, rétrospectivement, les textes » (238). Bien que le genre ne se constitue pleinement en genre qu’au milieu du xixe siècle avec Lear et Carroll, on est tenté d’en trouver des précurseurs rétrospectivement, chez Sterne et Swift, bien évidemment, mais aussi, et peut-être de façon moins diffuse, dans l’Anti-Jacobin. En effet, on y retrouve, comme chez Swift, une satire qui, par ses excès et son insistance formelle, devient nonsensique rétrospectivement, même si le mot, en cette fin de xviiie siècle, n’a pas encore pris la coloration positive qu’il acquiert avec Lear.10 Lorsque « The Loves of the Triangles » invoque la divine « Nonsensia », « Nurse of the Didactic Muse » (Gifford 127, v. 35-36), on se rapproche de l’affirmation de la valeur intrinsèque du nonsense comme genre parodique, mais la satire politique est encore trop perceptible.

20Les deux grandes parodies qui font l’objet de cet article se rapprochent encore plus du nonsense tel que l’a analysé Jean-Jacques Lecercle dans leur rapport aux institutions didactiques et pédagogiques. Selon Lecercle, le nonsense trouve sa véritable origine dans les nursery rhymes et les blagues d’écolier des enfants de la bonne société victorienne (229), et l’on peut dire que The Anti-Jacobin a aussi partie liée avec un certain esprit potache qui renforce tantôt la diatribe politique et qui, par moments, prend le pas sur elle. Ainsi, dans le numéro v de la revue, daté du 11 décembre 1797, une parodie de Southey se conclue-t-elle comme une nursery rhyme, et ce afin de faire ressentir au lecteur que les mots du vocabulaire révolutionnaire, semblables à des onomatopées, ne sont que pur son et n’ont pas de véritable signification : « Reason, philosophy, “fiddledum, diddledum,”/ Peace and Fraternity, higgledy, piggledy,/ Higgledy, piggledy, “fiddledum, diddledum” » (Gifford 22).

21Il est en revanche difficile de ne pas voir dans « The Loves of the Triangles » une certaine autonomie de ce jeu linguistique d’écolier. Une note faussement érudite, au sujet des souris transportant le carrosse de Cendrillon, en est l’exemple idéal :

Cock-tail’d mice – coctilibus muris. – Ovid. There is reason to believe, that the murine, or mouse species, were anciently much more numerous than at the present day. It appears from the sequel of the line, that Semiramis surrounded the city of Babylon with a number of these animals.
Dicitur altam
Coctilibus Muris cinxisse Semiramis urbem.
It is not easy at present to form any conjecture with respect to the end, whether of ornament or defence, which they could be supposed to answer. I should be inclined to believe, that in this instance the mice were dead, and that so vast a collection of them must have been been furnished by way of tribute, to free the country from those destructive animals.
(Gifford 131, note)

  • 11  La référence au livre IV des Métamorphoses, v. 57-58 est une paraphrase pour désigner Babylone : « (...)

Outre que la référence à Cendrillon est déjà, dans le corps même du poème, quelque peu incongrue et vient s’inscrire dans une série de comparaisons que rien, si ce n’est la logique sérielle, ne lie, la note s’affranchit complètement de l’objectif politique pour n’être plus que pur déchaînement potache. Le conte de fées est l’occasion d’une référence faussement érudite aux Métamorphoses d’Ovide, notamment à l’épisode de Pyrame et Thisbé, qui repose sur une erreur de traduction, le nom murus, signifiant « murailles » qui, à l’ablatif pluriel, donne « muris », étant confondu avec mus, la souris, qui au génitif singulier donne « muris » également ainsi que sur une simple transposition d’une langue à une autre, le coctilibus latin désignant les briques cuites étant arbitrairement assimilé au « cock-tail’d » anglais du fait de la ressemblance phonétique.11 Cette confusion à laquelle la fausse érudition semble donner une structure permet ensuite un long développement fantaisiste sur les différents usages des cadavres de souris. Cet excursus qui ne prétend à l’érudition que pour mieux en montrer les travers peut être considéré comme un texte nonsensique avant la lettre puisqu’on y trouve, outre le lien avec les contes de fées, le rapport à l’institution scolaire que Lecercle considère comme constitutif du genre. Le nonsense, contrairement à ses sources, n’est pas un genre populaire, il s’adresse à un public fréquentant les écoles ou les précepteurs, susceptible de pouffer en voyant la grammaire latine ainsi martyrisée.

  • 12  Pour Gary Dyer, « New Morality » est l’exemple prototypique de la vitalité de la satire néo-juvéna (...)

22Analyser les parodies de The Anti-Jacobin comme des textes relevant en partie du Nonsense permet également de mieux rendre compte de leur véritable efficace. Il est en effet possible de considérer que les parodies mettent en œuvre une rhétorique pédagogique centrée sur le langage qui va de pair avec la rhétorique d’indignation toute juvénalienne employée par exemple dans « New Morality ».12 Le détour par la fiction parodique, l’invention d’un auteur censé incarner le jacobinisme poétique propre au sol anglais, la plongée dans le texte fou du poème didactique qui semble infini, tout cela permet, en dernière analyse, de proposer une réflexion sur la langue révolutionnaire et, partant, sur le langage à lui opposer. Le texte explicatif ouvrant la section consacrée à la poésie dans le premier numéro de la revue affirme clairement ce passage obligé par la fiction :

But whether it be that good morals, and what we should call good politics, are inconsistent with the spirit of true Poetry – whether « the Muses still with freedom found », have an aversion to regular governments, and require a frame and system of protection less complicated than king, lords, and commons; –
« Whether primordial nonsense spring to life
In the wild war of
Democratic strife »,
and there only – or for whatever other reason it may be, whether physical, or moral, or philosophical (which last is understood to mean something more than the other two, though exactly
what, is difficult to say), we have not been able to find one good and true poet, of sound principles and sober practice, upon whom we could rely for furnishing us with a handsome quantity of sufficient and approved verse. […] In this difficulty we have had no choice, but either to provide no poetry at all, – a shabby expedient, – or to go to the only market where it is to be had good and ready made, that of the Jacobins – an expedient full of danger, and not to be used but with the utmost caution and delicacy. (Gifford, 1-2)

23Au vu de la confusion caractérisant le débat public et de la prolifération de textes polémiques, la simple affirmation des principes par le biais poétique trouverait difficilement son public. D’ailleurs, les textes univoques de l’Anti-Jacobin sont aujourd’hui bien moins parlants que les satires et les parodies. De plus, l’un des enjeux principaux de la controverse au sujet de la Révolution française en Angleterre est proprement linguistique. Burke lui-même, dès 1790, lorsqu’il évoque la confiscation des biens de l’Église, s’en prend particulièrement à la langue révolutionnaire, en ces termes : « Their language is in the patois of fraud ; in the cant and gibberish of hypocrisy » (269).

  • 13  « In fact, discussions of the uses, power, and consequences of revolutionary language were a const (...)
  • 14  « The influence of Mind upon Matter, comprehending the whole question of the Existence of Mind as (...)

24Le détour par la satire peut donc se comprendre dans ce contexte plus large des débats linguistiques qui agitent l’Angleterre de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle où considérations politiques, religieuses et esthétiques n’ont de cesse de se croiser et de se recroiser.13 Face au jacobinisme qui, pour les rédacteurs de l’Anti-Jacobin, n’est rien d’autre qu’une créature de fiction produite par un usage absurde du langage, il faut courir le risque de l’absurdité pour en exhiber les mécanismes. De même que le nonsense, selon Jean-Jacques Lecercle, se caractérise par le paradoxe de « passer par le cri pour atteindre le dictionnaire », de « conforter ces lois au moment même où on les subvertit » (13), de même la parodie délirante de poésie jacobine se démarque par son excès de comparaisons infondées et de notes qui semblent devoir proliférer ad infinitum, à tel point que la deuxième note au « Progress of Man » promet une multiplication exponentielle de poèmes,14 afin de mieux affirmer, une fois passé le frisson du délire, la nécessité et la primauté des conventions et des traditions, tant sur le plan politique que sur le plan linguistique. On pourrait alors croire que la satire proposée par l’Anti-Jacobin proposerait en dernière analyse, un mouvement binaire. Cependant, la dénonciation des vices et l’affirmation des valeurs ne sont jamais complètement univoques. Le lecteur, confronté à l’excès nonsensique des parodies, risque toujours de perdre de vue l’arrière-plan politique et, après avoir été témoin de la mise en crise du langage révolutionnaire, peut en arriver à nourrir des doutes quant au langage de l’ordre établi. Parodies nonsensiques et satires juvénaliennes ont donc finalement une même visée : il s’agit de faire réfléchir le lecteur sur la langue révolutionnaire et ses absurdités et, partant, sur le nécessaire caractère conventionnel des formes politiques et linguistiques permettant de maintenir l’ordre et la vertu. Il faut, en d’autres termes, se méfier des séductions linguistiques du jacobinisme. Pour employer les termes de Gary Dyer, on pourrait dire que les parodies de poésie didactique se rapprochent, par les procédés mis en œuvre, de ce qu’il appelle la « satire Radicale » (67-93), qui vise avant tout à brouiller les pistes, à créer l’indétermination, tout en affirmant, en dernière analyse, un message univoque de soutien à l’establishment politique et religieux. La conclusion de « New Morality » pourrait aussi s’appliquer au « Progress of Man » et à « The Loves of the Triangles »: « [...]and scorn the while, – / Each philosophic atheist’s specious guile. – /The soft seductions, the refinements nice,/ Of gay morality, and easy vice » (Gifford 256, v. 456-59). Cependant le conservatisme ne contredit pas forcément le jeu et la fantaisie. Il importe seulement que le cadre soit bien défini et que l’ordre triomphe en définitive. En somme, comme le dit Humpty Dumpty, « The question is, [...] which is to be master – that’s all » (Carroll 224).

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Burke, Edmund. Reflections on the Revolution in France [1791]. Ed. J. C. D. Clark. Stanford : Stanford UP, 2001.

Carroll, Lewis. The Annotated Alice. Ed. Martin Gardner. The Definitive Edition. London : Penguin, 2001.

Darwin, Erasmus. The Botanic Garden. Part II. Containing The Loves of the Plants, a Poem. With Philosophical Notes [1789]. The Fourth edition. London : J. Johnson, 1799.

Edmonds, Charles, ed. Poetry of the Anti-Jacobin. Third edition. London : Sampson Low, Marston, Searle & Rivington, 1890.

Gifford, William, ed. Poetry of the Anti-Jacobin [1799]. The Fourth edition. London : J. Wright, 1801.

Knight, Richard Payne. The Progress of Civil Society. A Didactic Poem, in Six Books. London : G. Nicol, 1796.

Ovide. Les Métamorphoses. Ed. Georges Lafaye. Paris : Les Belles Lettres, 1985.

Pope, Alexander. An Essay on Man. Ed. Maynard Mack. London: Methuen & Co.; New Haven : Yale UP, 1950.

Swift, Jonathan. The Cambridge Edition of the Works of Jonathan Swift. Cambridge : CUP, 2008-.

Sources secondaires

Barthes, Roland. Le Degré zéro de l’écriture. Paris : Seuil, 1953.

Berlin, Isaiah. Four Essays on Liberty. Oxford : OUP, 1979.

Blakemore, Stephen. « Burke and the Fall of Language: The French Revolution as Linguistic Event », Eighteenth-Century Studies17.3 (Spring 1984) : 284-307.

Boulton, James. The Language of Politics in the Age of Wilkes and Burke. London : Routledge and Kegan Paul, 1963.

Butler, Marilyn, ed. Burke, Paine, Godwin and the Revolution Controversy. Cambridge : CUP, 1984.

Col, Norbert. À la recherche du conservatisme britannique. Rennes : PU de Rennes, 2007.

Dyer, Gary. British Satire and the Politics of Style 1789-1832. Cambridge : CUP, 1997.

Eco, Umberto. Vertige de la liste. Trad. Myriem Bouzaher. Paris : Flammarion, 2009.

Elliott, Robert. The Power of Satire: Magic, Ritual, Art. Princeton : Princeton UP, 1960.

Griffin, Dustin. Satire: A Critical Reintroduction. Lexington : The UP of Kentucky, 1994.

Lecercle, Jean-Jacques. Le Dictionnaire et le Cri. Nancy : PU de Nancy, 1994.

Peyroux-Roblin, Sarah. « Résonances de l’Essay on Man dans la poésie Anti-Jacobine ». rsÉaa xvii-xviii 67 (2010) : 247-59.

Rosenfeld, Sophia. A Revolution in Language. The Problem of Signs in Late Eighteenth-Century France. Stanford : Stanford UP, 2001.

Sangsue, Daniel. La Relation parodique. Paris : Corti, 2007.

Sewell, Edith. The Field of Nonsense. London : Chatto & Windus, 1952.

Strachan, John. « Poetry of the Anti-Jacobin ». Companion to Romanticism. Ed. Duncan Wu. Oxford : Blackwell, 1998. 191-98.

Haut de page

Notes

1  « The Progress of Man » donne ainsi lieu à des publications dans les numéros xv, xvi et xxi du périodique, datés respectivement du 19 février, du 26 février et du 2 avril 1798. « The Loves of the Triangles », quant à lui, est publié dans les numéros xxiii, xxiv et xxvi, des 16 avril, 23 avril et 7 mai 1798.

2  L’identité des rédacteurs de l’Anti-Jacobin, dissimulée lors de la publication originale, est précisée dès 1852 par Charles Edmond dans une édition reprise et élargie en 1890 (Edmonds, xix-xxiii).

3  Les premiers vers de la deuxième épître de l’Essay on Man offre un parfait résumé de cette position qui veut que la médiocrité humaine limite toute autre connaissance que la connaissance de soi-même : « Know then thyself, presume not God to scan ;/ The proper study of Mankind is Man./ Plac’d on this isthmus of a middle state,/ A being darkly wise, and rudely great: / With too much knowledge for the Sceptic side,/ With too much weakness for the Stoic’s pride » (Pope 53, v. 1-6).

4  « I argue in each case that satire is problematic, open-ended, essayistic, ambiguous in its relationship to history, uncertain in its political effect, resistant to formal closure, more inclined to ask questions than to provide answers, and ambivalent about the pleasures it offers » (Griffin 5).

5  C’est, par exemple, la thèse soutenue par Robert C. Elliott dans The Power of Satire.

6  « On trouve donc deux aspects essentiels chez Burke. L’un, “négatif,” décrit ce qu’il faut à tout jamais refuser et qui touche au légicentrisme de la volonté générale fondé sur le mythe sous-jacent de l’état de nature ; l’autre, “positif,” est infiniment plus mouvant et se caractérise par une exigence de justice que le local et l’accidentel mettront du mieux possible en forme. Mais, une fois établis, on ne peut répudier à la légère ce local et cet accidentel sauf à prendre le risque du chaos. La forme locale du gouvernement est présumée bonne en tant que fruit de la prescription et d’habitudes unanimement acceptées : il ne s’agit pas de la dire bonne en soi mais seulement parce c’est en elle que se dépose, en tel lieu, cette exigence universelle de justice et de stabilité » (Col 202-03).

7  « I am persuaded that there is no Science, however abstruse, nay, no Trade or Manufacture, which may not be taught by a Didactic Poem. In that before you, an attempt is made (not unsuccessfully I hope) to enlist Imagination under the banners of Geometry: Botany I found done to my hands » (Gifford 121).

8  Il est d’ailleurs précisé que le triangle rectangle devient cône après avoir inhalé de l’azote, ce qui doit se comprendre comme une référence indirecte à Joseph Priestley et à ses différentes expériences sur les gaz. Ce dernier a le grand avantage, pour les rédacteurs de l’Anti-Jacobin, d’être à la fois un représentant des nouvelles théories scientifiques et un partisan de la Révolution française, ce qui ne fait que conforter leur assimilation de tout type d’innovation à l’innovation politique des Jacobins (Gifford 100, note).

9  « In this new Battle of the Books there is a linguistic battle over “meaning” in which Burke represents the “ancients” in his defense of traditional and classical sources while the supporters of the Revolution represent the “moderns” in their celebration of the new revolutionary literature from England and France. Burke sees these modern books and pamphlets in terms of a radical, new language, a language of corruption and subversion » (Blakemore 286).

10  « La première [conclusion] est qu’il n’y a pas de Nonsense avant le Nonsense. Le sens du mot, s’il évolue lentement, ne change vraiment qu’avec Lear. Et les éléments nonsensiques qu’on peut percevoir chez tous ces auteurs ne prennent sens que dans un contexte différent, ne sont donc nonsensiques que dans la relecture. […] C’est l’excès de la satire chez Skelton et chez Swift qui tourne au Nonsense : l’auteur devient nonsensique lorsque, d’une certaine manière, la langue lui échappe. C’est l’insistance de la forme, qui est à la fois ingéniosité et platitude, qui fait de Butler un précurseur du Nonsense » (Lecercle 204-05).

11  La référence au livre IV des Métamorphoses, v. 57-58 est une paraphrase pour désigner Babylone : « On dit que Sémiramis avait ceint la ville de hautes murailles de briques » (Nous traduisons).

12  Pour Gary Dyer, « New Morality » est l’exemple prototypique de la vitalité de la satire néo-juvénalienne dans les années 1790 en Angleterre, qui est le plus souvent l’œuvre de poètes bien intégrés dans l’establishment, tant religieux que politique, ce qui est bien évidemment le cas des rédacteurs de l’Anti-Jacobin (42-56).

13  « In fact, discussions of the uses, power, and consequences of revolutionary language were a constituent element of both the ideology and the practice of revolutionary – and counterrevolutionary – politics from the start » (Rosenfeld 4).

14  « The influence of Mind upon Matter, comprehending the whole question of the Existence of Mind as independent of Matter, or as co-existent with it, and of Matter considered as an intelligent and self-dependent Essence, will make the subject of a larger Poem in one hundred and twenty-seven Books, now preparing under the same auspices » (Gifford 81, note).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Labrune, « « The Progress of Man » et « The Loves of the Triangles » de l’Anti-Jacobin, entre parodie politique de poésie didactique et Nonsense avant l’heure », XVII-XVIII, 73 | 2016, 267-284.

Référence électronique

Pierre Labrune, « « The Progress of Man » et « The Loves of the Triangles » de l’Anti-Jacobin, entre parodie politique de poésie didactique et Nonsense avant l’heure », XVII-XVIII [En ligne], 73 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://1718.revues.org/743 ; DOI : 10.4000/1718.743

Haut de page

Auteur

Pierre Labrune

Université Paris – Sorbonne – VALE EA 4085
Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Paris, agrégé d'anglais, Pierre Labrune est doctorant contractuel à l'Université Paris-Sorbonne. Sa thèse, sous la direction d'Alexis Tadié, porte sur les emplois polémiques du terme de « cant » dans l'Angleterre du long xviiie siècle. Ses recherches portent donc principalement sur le champ littéraire mais s'intéressent également aux enjeux linguistiques, religieux et politiques des diverses querelles autour des jargons.
pierrelabrune[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org