Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Kenneth Sheppard, Anti-Atheism in Early Modern England 1580-1720, “The Atheist Answered and His Error Confuted”

Leyde : Brill, 2015. 339 pp. ISBN 978-90-04-26541-7
Cyril Selzner
p. 287-290
Référence(s) :

Sheppard, Kenneth. – Anti-Atheism in Early Modern England 1580-1720, “The Atheist Answered and His Error Confuted”. Leyde : Brill, 2015. 339 pp. ISBN 978-90-04-26541-7

Texte intégral

1Kenneth Sheppard propose une étude à la fois thématique et chronologique de la vie et de la mort d’un genre de polémique religieuse qu’il estime être caractéristique de l’Angleterre de la première modernité entre 1580 et 1720 : la « réfutation de l’athéisme ». À ce titre, l’ouvrage intéressera les spécialistes de l’histoire intellectuelle de la période mais peut-être surtout, dans le contexte d’un intérêt renouvelé par les controverses contemporaines autour du « nouvel athéisme » dans le monde anglo-saxon, tous les lecteurs qui souhaitent bénéficier d’une perspective historiquement informée sur la généalogie de ces débats.

2S’inscrivant dans une littérature particulièrement abondante (et dûment citée) sur l’incroyance, sur ses réseaux réels ou supposés et sur sa dénonciation virulente, l’originalité revendiquée de l’ouvrage tient dans l’analyse transversale d’une tradition textuelle et polémique, qui suit à la fois ses continuités – notamment formelles – ainsi que ses transformations au cours de ce que l’on pourrait appeler le long dix-septième siècle. Analysant le développement du genre pour lui-même à travers ses différentes incarnations rhétoriques depuis la Renaissance (homilétique, traités polémiques et déclinaisons populaires), Sheppard se démarque le plus souvent des entreprises qui mettent en valeur les lignes de fracture historiques et partisanes de ces discours, ou qui évaluent leur rôle dans la généalogie des Lumières par exemple, pour insister sur l’unité du genre en lui-même.

3Ainsi, après avoir, dans le premier chapitre, identifié le genre de la confutatio de l’athéisme comme d’origine principalement cléricale et rappelé que l’accusation est à géométrie variable pendant la période (chacun ou presque pouvant s’en voir stigmatisé à son tour), Sheppard en renvoie la naissance dans les années 1580 à une inquiétude ou à une angoisse diffuse liée à l’effondrement des certitudes partagées (une crise dans le sens de Popkin) plutôt que, de manière plus ciblée, à l’intensité des affrontements et de la concurrence confessionnelle dans l’Europe du temps, dont on a pu dire qu’ils coïncidaient avec une véritable (re)christianisation de l’espace européen, chaque dénomination chrétienne s’efforçant de consolider son emprise sur les âmes.

4La figure de l’athée devenue saillante à partir de la fin du xvie siècle est pourtant paradoxale. Dans la batterie d’arguments mobilisés par les réfutateurs figure en effet au premier plan, aux côtés bien sûr de la révélation, l’évidence de l’existence de Dieu appuyée sur des arguments physico-théologiques et sur le consensus universel des nations (le consensus gentium cicéronien). Si l’athée est un monstre si rare, une anomalie contre-nature – comme tous les auteurs ou presque le concèdent – comment justifier la nécessité d’y consacrer tant d’énergie et de le noyer sous un déluge argumentatif ? La reprise de la distinction entre l’athée théorique et l’athée pratique permet de justifier l’urgence de l’entreprise : si les athées dogmatiques qui affirment la non-existence de Dieu sont, de l’aveu général, peu nombreux, il n’en va pas de même des athées dans la pratique, qui vivent comme si Dieu n’existait pas : ceux-là pullulent et mettent en péril non seulement leur salut éternel, mais également celui de leurs voisins (par leur exemple délétère) et surtout l’ordre politique et social. Loin de n’être qu’un épouvantail fabriqué de toutes pièces par des clercs en mal de cause justificatrice, l’athée représenterait une inversion des valeurs, une puissance de chaos dont un discours prophylactique devrait juguler, voire anéantir la menace. En réfutant les arguments réels ou supposés de l’athée théorique, les partisans de Dieu font d’une pierre deux coups puisqu’ils s’adressent aussi à ceux qui, dans les faits, bannissent la présence divine de leur existence terrestre ; par là-même, ils s’établissent en gardiens vigilants de l’ordre céleste et humain.

5Prenant pour emblème et fil conducteur de son développement le Paul prêchant aux Athéniens sur l’Aréopage de Raphaël, Kenneth Sheppard suit les transformations de ce sous-genre d’apologétique chrétienne au travers d’abord des réponses aux défis posés par la réémergence de l’épicurisme lucrétien et par les courants matérialistes (ou supposés tels) de la science et de la philosophie modernes (chapitre 3). Il l’explique ensuite au travers de la mobilisation de l’arsenal antique par la relecture de Platon et des stoïciens – notamment chez les platoniciens de Cambridge (chapitre 4) – et enfin au travers des inquiétudes relatives à l’ordre ecclésial et social à partir du milieu du xviie siècle (chapitre 6).

6De fait, l’essentiel de la matière du livre est consacré au destin du genre à partir de la Restauration, l’auteur concédant que le « ruisseau » de la réfutation de l’athéisme se transforme en « torrent » à partir de 1660. La stridence croissante de la dénonciation du péril social de l’athéisme est accompagnée d’arguments nouveaux, qu’ils renvoient l’athée à la pathologie (l’athée en tant que socio- ou psychopathe), qu’ils insistent, dans les dernières années du xviie siècle, sur le bonheur et sur l’harmonie terrestre dont l’athée se détournerait tragiquement, ou qu’ils adaptent en Angleterre des arguments probabilistes dans la ligne du pari pascalien. Le huitième et dernier chapitre s’attache à décrire une mutation décisive de l’apologétique dans les premières décennies du xviie siècle : si les arguments pris individuellement perdurent, pour certains, jusqu’à nos jours, le style même de la confutatio perd alors de sa pertinence au profit d’un style nouveau, rendu inévitable par la critique qui, de Locke à Shaftesbury, révise les méthodes traditionnelles de la polémique et promeut un modèle conversationnel de la recherche de la vérité, parfois en relativisant le danger politique et social de l’athéisme, comme chez Mandeville qui marque, selon Sheppard, la fin d’une époque.

7La force de l’ouvrage réside dans son choix de perspective plus que dans l’originalité de sa matière. La mise en série de textes peu souvent réunis permet effectivement un gain d’intelligibilité, en mettant en valeur les ruptures et les continuités sur une durée relativement longue, même si la justification de ces rapprochements réside explicitement dans une unité rhétorique et formelle qui pourrait être examinée plus en détail. Ce choix de focale est aussi sa faiblesse, paraissant tantôt trop large, négligeant les affrontements inter et intra-confessionnels dans les îles Britanniques (le cas exemplaire étant le chapitre consacré à l’exploitation du cas de Francis Spira), tantôt trop étroit, en occultant un contexte européen pourtant central pour mieux comprendre les débats insulaires.

8La perspective adoptée par Justin Champion dans The Pillars of Priestcraft Shaken, qui insiste sur la défense de l’ordre clérical anglican de 1660 à 1730, et inscrit ces polémiques dans une configuration socio-politique précise plutôt que de dissoudre « l’anti-athéisme » (comme le fait Sheppard) dans un discours dominant et omniprésent, est sans doute plus féconde. De même, on peut être davantage convaincu par le John Locke, Toleration and Early Enlightenment Culture de John Marshall, que Sheppard suit pourtant largement dans ses conclusions sur l’émergence de l’éthos conversationnel à la fin du xviie et au début du xviiie siècles, précisément en raison de la place qui y est faite à la circulation pan-européenne des arguments, des programmes et des textes. En dépit de ces réserves, les lecteurs trouveront dans Anti-Atheism in Early Modern England une contribution intéressante à l’histoire intellectuelle de la période, et une référence utile à tous ceux qui s’intéressent aux origines des débats suscités par l’athéisme dans le monde anglo-saxon, voire au-delà.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Selzner, « Kenneth Sheppard, Anti-Atheism in Early Modern England 1580-1720, “The Atheist Answered and His Error Confuted” », XVII-XVIII, 73 | 2016, 287-290.

Référence électronique

Cyril Selzner, « Kenneth Sheppard, Anti-Atheism in Early Modern England 1580-1720, “The Atheist Answered and His Error Confuted” », XVII-XVIII [En ligne], 73 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://1718.revues.org/764

Haut de page

Auteur

Cyril Selzner

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne Phare (Philosophie, Histoire et Analyse des Représentations Économiques)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org