Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Anne Bandry-Scubbi, & Rémi Vuillemin, éds, Real and Imaginary Travels, 16th-18th centuries / Voyages réels, voyages imaginaires, XVIe-XVIIIe siècles

Strasbourg : PU de Strasbourg, 2015. 174 pp. ISBN 978-2-86820-924-5
Nathalie Bernard
p. 290-293
Référence(s) :

BANDRY-SCUBBI, ANNE & RÉMI VUILLEMIN, éds. — Real and Imaginary Travels, 16th-18th centuries / Voyages réels, voyages imaginaires, XVIe-XVIIIe siècles. Strasbourg : PU de Strasbourg, 2015. 174 pp. ISBN 978-2-86820-924-5

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rend compte du colloque tenu à l’université de Strasbourg les 3-4 avril 2014 : il rassemble les contributions, en anglais et en français, de dix chercheurs européens venus de six pays différents. Les analyses éclairent les liens qu’entretiennent écriture et voyage de la Renaissance aux Lumières, époque où, grâce aux échanges culturels et commerciaux grandissants, se façonne l’Europe actuelle. Comme son titre l’indique, ce recueil témoigne des rapports riches et variés entre le voyage et sa mise en texte par l’étude d’écrits factuels et fictionnels, parmi lesquels des utopies narratives.

2À l’avant-propos en anglais synthétisant les caractéristiques du récit de voyage et présentant l’organisation tripartite du recueil succède un essai de Monica Matei-Chesniou intitulé « The Other Ovid : Seventeeth-century Itineraries of Make-Believe », qui analyse la présence de nombreuses références à Ovide dans ce genre de texte au xviie siècle. Gages de légitimité littéraire, ces références accréditaient également les récits de voyage en raison de l’authenticité dont était auréolée l’œuvre de cet auteur classique : bien qu’Ovide ait inventé d’incroyables histoires, les descriptions produites durant son exil près de la mer Noire lui conféraient une autorité indiscutable en matière de géographie et de climatologie. La figure du voyageur exilé incita également les auteurs de récits de voyage à remettre en question les valeurs de leur société, comme Ovide l’avait fait à son époque.

3La première partie du recueil, « Travelling and the Fashioning of Reality », commence par un article de Barbara Muller, « Shakespeare’s Romances and ‘Figures of Transport’ », consacrée aux pièces tardives de Shakespeare. Loin d’être des fables réactionnaires confirmant l’ordre patriarcal par la réunification finale des familles, ces pièces, qui conduisent les spectateurs dans des contrées merveilleuses dominées par l’étrange, stimulent leur imagination et les incitent à réviser leurs certitudes. Elles recourent notamment à la métaphore, « figure de transport » (George Puttenham, 1589), qui par la resémantisation qu’elle opère, participe à l’effet général de défamiliarisation.

4La contribution suivante s’intitule « Fashioning Englishness through the French Other : The 1719 English Edition of Misson’s 1698 Mémoires et observations faites par un voyageur en Angleterre ». Grâce à une fine analyse textuelle, Emma Pauncefort démontre que la traduction anglaise de ce récit de voyage français en infléchit les visées initiales et contribue aux réflexions concernant l’identité anglaise entamées dans les pages du Spectator d’Addison et Steele. Par un effet de mise en abîme, le traducteur, Ozell, soumet le récit de voyage original à un processus de défamiliarisation et le pare d’une nouvelle signification.

5En contrepoint de cette entreprise de représentation collective, Heidi Liedke étudie la représentation de caractéristiques individuelles dans « ‘And now is the time I want it’ : Laurence Sterne’s A Sentimental Journey Read as Romantic Ramble versus Ego Trip ». Loin des descriptions topographiques du récit de voyage conventionnel, le texte de Sterne relate une flânerie au gré des méandres du cœur, exaltant la liberté individuelle et annonçant le romantisme, tout en attirant l’attention sur l’égocentrisme de cette démarche.

6La deuxième partie du recueil, intitulée « Education and Utopia », aborde les notions de connaissance et d’apprentissage. Comme la contribution précédente, l’article d’Émilie Jehl, « The Heart’s Travelling Back in The School of the Heart (1647) », étudie un cheminement intérieur. Celui-ci s’effectue cette fois au moyen d’un livre d’emblèmes, ouvrage illustré de gravures guidant le lecteur dans un pèlerinage, chaque page marquant les étapes d’un voyage spirituel qui est retour progressif vers Dieu.

7Les deux articles suivants lient éducation et utopie : dans « Critique et légitimation du voyage dans les utopies narratives de Platon à Veiras », Angélique Pérès montre qu’à l’âge classique, époque de défiance à l’égard de la fiction, les récits utopiques permirent de légitimer le recours à l’invention par leur ambition didactique, le voyageur y étant essentiellement perçu comme pourvoyeur d’un savoir bénéfique pour le lecteur et pour la communauté à laquelle il appartenait.

8Dans « La Tempête de Shakespeare, écho d’un naufrage dans l’archipel des Bermudes », Vincent Grégoire identifie les sources historiques de la pièce, au début de l’implantation coloniale anglaise en Amérique. Il rappelle que les visées initialement humanistes des premières colonies furent compromises par les intrigues de dirigeants incapables d’imposer une juste autorité sur les indigènes et les populations immigrées. Se faisant l’écho de ces difficultés, la pièce de Shakespeare en tire selon l’auteur une leçon pessimiste sous la forme d’un « humanisme discriminant ».

9Les rapports entre voyage et commerce occupent la dernière partie du recueil. Le premier article est « ‘Bearing the Adventure of the Seas’ : Seafaring and the Figure of the Merchant in the Early Modern Imagination ». Anne-Kathrin Marquardt y définit ce qui pour un chrétien de la Renaissance différencie marchands et usuriers et rend moral ou immoral leur rapport à l’argent. Selon les traités économiques anglais de l’époque, c’est le voyage en mer qui constitue cette distinction, car il implique un risque qui est l’indice d’une soumission du marchand à la Providence divine, alors que l’usurier, lui, est normalement assuré de rentrer dans ses frais.

10Nora Plesske étudie, quant à elle, l’importance de la dimension économique de l’expédition de Mungo Park sur les traces du fleuve Niger dans « ‘New Sources of Wealth and New Channels of Commerce’ : The Economic Dimensions of Mungo Park’s Travels in the Interior of Africa » (1799). En dépit de la capacité de Park à s’ouvrir aux cultures qu’il découvre, l’article souligne la dépendance de l’explorateur à l’égard du commerce, la présence déterminante dans son récit de rapports sur l’activité commerciale dans la région, et l’influence de ce récit sur les explorations coloniales à venir.

11Pour finir, échanges culturels et économiques sont également examinés dans « Du voyage à sa représentation : Les témoignages de deux marchands Nord-Américains en Europe (1779-1795) ». Maud Gallet-Guillon y analyse la mise en textes sous diverses formes (lettres, journaux intimes, mémoires…) de séjours en Europe réalisés par ces marchands au lendemain de l’Indépendance, laissant affleurer au contact de l’altérité européenne, principalement britannique, un sentiment d’identité nationale américaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Bernard, « Anne Bandry-Scubbi, & Rémi Vuillemin, éds, Real and Imaginary Travels, 16th-18th centuries / Voyages réels, voyages imaginaires, XVIe-XVIIIe siècles », XVII-XVIII, 73 | 2016, 290-293.

Référence électronique

Nathalie Bernard, « Anne Bandry-Scubbi, & Rémi Vuillemin, éds, Real and Imaginary Travels, 16th-18th centuries / Voyages réels, voyages imaginaires, XVIe-XVIIIe siècles », XVII-XVIII [En ligne], 73 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1718.revues.org/766

Haut de page

Auteur

Nathalie Bernard

Aix-Marseille Université - LERMA – Aix-en-Provence

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org