Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Michael Burden, Regina Mingotti : Diva, Impresario at the King’s Theatre, London

Farnham : Ashgate, 2013. 192 pp. ISBN 978-0-7546-6936-4
Pierre Degott
p. 357-359
Référence(s) :

BURDEN, MICHAEL. – Regina Mingotti : Diva, Impresario at the King’s Theatre, London. Farnham : Ashgate, 2013. 192 pp. ISBN 978-0-7546-6936-4

Texte intégral

1Consacré essentiellement à la figure de la cantatrice Regina Mingotti (1722-1808), l’ouvrage de Michael Burden est en réalité une étude, fort bienvenue, du fonctionnement et de la programmation du King’s Theatre de Londres dans les années 1753-64. En effet, si l’on connaît bien désormais l’activité et le sort des deux Académies Royales de Musique menées par Haendel de 1719 à 1734, dont la deuxième dut subir la concurrence directe de l’Opéra de la Noblesse (1733-40), la période précédant le renouveau de l’opéra italien à Londres, tel qu’il fut concrétisé à partir de la fin des années 1760 par la venue de compositeurs marquants comme Gluck, Jean-Chrétien Bach, Rauzzini, Sacchini, Traetta, etc., a été insuffisamment étudiée. C’est maintenant chose faite, avec l’examen détaillé des ouvrages représentés, des interprètes engagés et des salaires versés aux uns et aux autres ainsi que de la réception et des conditions de restitution d’ouvrages répondant pour la plupart à l’esthétique parfois déroutante du pasticcio, ce produit au statut d’auteur ambigu, élaboré à partir d’une compilation d’airs greffés sur une trame dramatique généralement connue du public. La médiocrité musicale caractéristique de cette période – en dépit de la présence de compositeurs comme Lampugnani, Galuppi, Jommelli, Hasse – n’était certes pas un prétexte pour excuser le manque de curiosité du chercheur. De fait, le travail minutieux de Michael Burden, essentiellement effectué à partir de la consultation des publications musicales de la période mais également de la lecture de coupures de presse, de correspondances privées et de multiples essais et pamphlets, sans oublier les précieux écrits de Charles Burney, permet de reconstituer avec une relative exactitude le quotidien de la vie de la scène et des coulisses, les incertitudes liées aux hasards de la programmation ou encore les indescriptibles dessous des inévitables désastres financiers. L’alternance, sur une si courte période, de pas moins de cinq impresarii – Francesco Vanneschi de 1753 à 1756 puis de 1758 à 1760, Regina Mingotti de 1756 à 1757, le couple Colomba Mattei / Signor Trombetta de 1760 à 1763 et enfin le tandem constitué de Mingotti et du compositeur Felice Giardini pour la saison 1763-64 – fait montre de différences radicales dans les diverses stratégies de management, destinées autant à rentabiliser les différents investissements qu’à flatter les goûts d’un public parfois capricieux et imprévisible.

2Le fil conducteur de l’ouvrage est donc la vie et la carrière londonienne de la soprano allemande Regina Mingotti, active à Hambourg de 1743 à 1747 puis ensuite résidente à Dresde où elle étudia notamment avec Porpora, tout en se mesurant à la grande Faustina Bordoni, à l’époque l’épouse du compositeur Johann Adolf Hasse, après avoir été la créatrice à Londres de nombreux rôles haendéliens. À l’issue de séjours ultérieurs à Naples, à Prague et à Madrid, où elle chanta notamment pour Farinelli de 1751 à 1753, « the Mingotti » s’établit enfin à Londres pour une petite dizaine d’années. Le présent ouvrage se concentre tout particulièrement sur les saisons 1754–55 et 1755-56, où la diva fut la prima donna de son imprésario Francesco Vanneschi, ainsi que sur la saison 1756-57 où elle succéda à ce dernier. Le chapitre final, consacré à la dernière année londonienne de la cantatrice, est également l’occasion d’évaluer les spécificités vocales, artistiques et managériales d’une chanteuse unique en son temps, que se plaisait à imiter en scène l’actrice Kitty Clive, et dont on disait volontiers qu’elle était « a female Garrick », affirmation dont la pertinence est par ailleurs remise en cause par Michael Burden du fait que le jeu scénique de la chanteuse était loin de posséder les qualités de naturel associées au grand acteur anglais.

3On saluera tout particulièrement l’adresse avec laquelle l’auteur de ce remarquable ouvrage a su reconstituer le fil des événements à partir d’un nombre finalement limité de sources, parmi lesquelles on comptera tout particulièrement les lettres de Horace Walpole et les deux Appeals to the Public publiés par Mingotti lors de la saison 1755-56 ; les deux textes, au cours desquels la chanteuse relate ses déboires avec Vanneschi, sont dûment reproduits en appendice. Parmi les tours de force de Michael Burden, on appréciera tout particulièrement la lecture de la gravure satirique The Idol, dont il parvient à identifier chacun des personnages. Moins convaincante en revanche est son interprétation de la toile de Hogarth The Lady’s Last Stake, qui lui fait suggérer, par le truchement de la présence du carlin de la cantatrice, que la paternité mystérieuse du fils de cette dernière, devenu inspecteur des forêts en Allemagne, pourrait bien être attribuée à James Caulfield, comte de Charlemont (1728-99). L’ouvrage de Burden n’est pas sans soulever ici ou là quelques éléments problématiques ou contradictoires, comme par exemple les propres agissements d’une chanteuse qui se disait la seule capable de comprendre le sens profond de la dramaturgie métastasienne, quand bien même la diva multipliait, elle aussi, les mutilations des grands chefs d’œuvre du librettiste italien. Il aura en tout cas montré à quel point une simple chanteuse, au tempérament certes tyrannique et manipulateur, pouvait influencer les choix musicaux des pasticci tant prisés du public londonien de cette époque. Si l’ouvrage constitue ainsi une contribution essentielle à notre compréhension du fonctionnement de ce genre lyrique particulier, l’angliciste aurait peut-être souhaité un questionnement plus approfondi sur l’existence possible de spécificités anglaises d’une pratique répandue également sur le continent, mais selon des modalités dont on aurait voulu savoir si elles différaient de ce qui se pratiquait au même moment en Allemagne, en Autriche ou en Italie. Le succès des saisons menées par le couple Mattei / Trombetta – desquelles, incidemment, Mingotti était absente – en dit long sur les caractéristiques d’un public finalement bien plus féru d’opera buffa que de formes lyriques plus « sérieuses ». Quoi qu’il en soit, ce bel ouvrage écrit dans une langue vive et alerte – non dénué cependant de quelques rares erreurs ou coquilles – fournira au chercheur une mine de renseignements fort précieux, tout en ménageant au lecteur le confort et le plaisir d’un récit à la fois intriguant et palpitant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Degott, « Michael Burden, Regina Mingotti : Diva, Impresario at the King’s Theatre, London », XVII-XVIII, 73 | 2016, 357-359.

Référence électronique

Pierre Degott, « Michael Burden, Regina Mingotti : Diva, Impresario at the King’s Theatre, London », XVII-XVIII [En ligne], 73 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1718.revues.org/785

Haut de page

Auteur

Pierre Degott

Université de Lorraine - IDEA « Interdisciplinarité dans les études anglophones » (EA 2338)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org