Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Pierre Dubois, Music in the Georgian Novel

Cambridge: Cambridge UP, 2015. 364 pp. ISBN 978-1-107-10850-9
Francis Guinle
p. 313-315
Référence(s) :

Dubois, Pierre. – Music in the Georgian Novel. Cambridge: Cambridge UP, 2015. 364 pp. ISBN 978-1-107-10850-9

Texte intégral

1Les recherches sur les rapports entre la musique et la littérature n’ont cessé de progresser ces dernières années. Le théâtre apparaît, bien sûr, comme un domaine privilégié où ces rapports peuvent pleinement s’exprimer, mais le roman fait, lui aussi, de plus en plus l’objet d’études qui tentent de démontrer que, loin d’être simplement un ornement, la musique participe pleinement à sa structure et à ses thématiques. Pierre Dubois en fait une démonstration brillante pour le roman du xviiie et du début du xixe siècles. Comme l’atteste la bibliographie, le sujet a déjà fait l’objet de publications par l’auteur, suite à des interventions nombreuses dans divers colloques. Cependant, si ces articles en constituent le fondement, le présent ouvrage se présente avec sa propre structure, sa propre unité. Quatre chapitres déclinent l’utilisation de la musique dans le roman Georgien : « Sound and sense : moral issues », « Sentiment and sensibility », « Sweet music and the Sublime », « Music as a vehicle for female identity ». L’auteur a conscience que le choix du corpus peut paraître restrictif, mais, étant donné le nombre important de romans écrits pendant cette période, il fallait bien faire une sélection. Le choix des auteurs et des romans semble tout à fait judicieux. En effet, les « grands » auteurs figurent dans la sélection opérée par Pierre Dubois, mais d’autres, considérés comme « mineurs » y trouvent leur place car ce qui importe ici c’est la façon dont la musique est représentée, et l’évolution que subit cette représentation, évolution qui va de pair avec, d’une part celle de la société, d’autre part celle des thématiques abordées par les auteurs dans leur romans. Car c’est bien de l’imaginaire de la musique dont il s’agit : « the process whereby music is conceived and perceived in the (individual or collective) imagination » (6). Ainsi, l’opposition « morale » entre l’opéra italien et l’oratorio fait l’objet d’une nouvelle évaluation à travers l’analyse d’exemples pris chez Addison (The Spectator) aussi bien que chez Sarah Fielding (The History of Ophelia) ou encore dans les romans de Samuel Richardson. Pour le Dr Johnson, c’est la musique elle-même qui est sujette à caution (Rasselas). L’auteur montre alors comment ces préoccupations vont bientôt faire place à d’autres considérations qui suivent l’évolution même de la pensée philosophique de l’époque. Les écrits de Hume sur la raison et sur la passion, ainsi que l’utilisation de la métaphore musicale des cordes sympathiques conduisent à explorer la thématique de la raison et des sentiments à travers la fonction de la musique dans les romans de la seconde moitié du xviiie siècle. Cependant, un des facteurs essentiels dans la perception de la musique et de sa fonction dans le roman réside dans le sens même de la musique et dans l’évolution de ce concept. En effet, tant que la musique est liée à un texte, la question du sens ne se pose pas. Mais au fil du siècle, la musique prend son autonomie par rapport au texte et au langage, et construit son propre sens en dehors même du langage. Elle devient ainsi le seul moyen d’expression possible lorsque le langage fait défaut. L’analyse des œuvres de Laurence Sterne, en particulier Tristram Shandy, éclaire ce sujet. La « musicalisation » du corps conduit à l’énoncé suivant : « Music invades the characters and the narrator and imposes its very mode of existence onto them. It becomes synonymous with the constitution of man as well as with social relationships » (95-96). Cependant, Pierre Dubois revient sur la lecture de l’œuvre de Sterne pour démontrer que l’harmonie n’est qu’apparence : ainsi, la notion traditionnelle de la dissonance qui trouve inévitablement sa résolution dans l’harmonie est battue en brèche car l’harmonie est trompeuse : « harmony exists within disharmony and only transiently so » (107). De telles micro-lectures s’inscrivent également dans des considérations plus générales qui touchent à l’esthétique et aux théories sur le Sublime, depuis les écrits d’Addison dans The Spectator (1712) jusqu’à ceux de Burke (1757), en passant par l’essai de John Baillie (1747). À travers l’analyse des romans d’Ann Radcliffe, l’auteur aborde un sujet qui fera ensuite l’objet de divers développements : l’utilisation et la perception des instruments, en particulier, le luth, le clavecin, bientôt remplacé par le pianoforte, la harpe et l’orgue. La pratique instrumentale est analysée à travers l’association de certains de ces instruments avec des personnages féminins. La méfiance vis-à-vis de la virtuosité, qui sert de faire-valoir, s’oppose à l’expression sincère des sentiments ; l’opposition entre la sphère publique et la sphère privée se traduit par un jugement défavorable de l’utilisation lucrative de la musique. Ainsi, les personnages se définissent par la manière dont ils utilisent la musique. Les romans de Jane Austen offrent un terrain d’investigation inestimable en ce qui concerne cette pratique musicale et les jugements qui en résultent, ainsi que ce qu’il convient d’appeler « l’éthique de la modération ».

2Comme on le voit, il ne s’agit pas seulement de relever les allusions à la musique dans les romans, mais de les analyser à la lumière des considérations politiques, morales, esthétiques et philosophiques qui animent un ensemble d’écrits au xviiie siècle. Pierre Dubois est un expert de ces questions, mais il est aussi musicien et musicologue averti. Ses contributions dans ce domaine constituent l’assise de cet ouvrage, qu’il s’agisse de son étude sur l’orgue (L’Orgue dans la société anglaise au xviiie siècle : éthique et esthétique de la modération (Lille : PU du Septentrion, 1997), ou encore de son édition du traité de Charles Avison (1752-53) : Charles Avison’s Essay on Musical Expression and Related Writings by Charles Avison and William Hayes (Aldershot : Ashgate, 2004). Sa capacité d’établir des liens entre ces différents domaines rend son analyse toujours passionnante, que l’on soit spécialiste ou non de la période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Guinle, « Pierre Dubois, Music in the Georgian Novel », XVII-XVIII, 73 | 2016, 313-315.

Référence électronique

Francis Guinle, « Pierre Dubois, Music in the Georgian Novel », XVII-XVIII [En ligne], 73 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://1718.revues.org/791 ; DOI : 10.4000/1718.791

Haut de page

Auteur

Francis Guinle

Université Lumière – Lyon 2, RADAC

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org