Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Florence d’Souza, Knowledge, Mediation & Empire: James Tod’s Journeys among the Rajputs

Manchester: Manchester UP, 2015. xiii + 261 pp. ISBN 978-0-7190-9080-6
Joëlle Weeks
p. 316-320
Référence(s) :

D’Souza, Florence. - Knowledge, Mediation & Empire: James Tod’s Journeys among the Rajputs. Manchester: Manchester UP, 2015. xiii + 261 pp. ISBN 978-0-7190-9080-6

Texte intégral

1La critique du discours colonial a fait émerger une polarisation des représentations et une vision radicalisée de l’altérité. Cette radicalisation de l’autre, enfermé dans la religion, la tradition et l’obscurantisme et ne pouvant accéder à la modernité, a été contestée par les théoriciens familiers comme Homi Bhabha à travers son concept d’hybridité ou par le dialogisme dans lequel les discordances des cultures coloniales émergent.

2Cette complexité est analysée dans l’ouvrage de Florence d’Souza et les ambiguïtés du discours colonial relevées dans l’œuvre et la carrière de James Tod, agent politique de l’East India Company, nommé au Rajasthan où il restera de 1819 à 1823 à la fin d’une carrière de 23 ans en Inde.

3Tod est dépeint par Florence d’Souza tout à la fois comme un homme de son temps qui veille aux intérêts de la Compagnie, mais c’est également un homme de frontière et un passeur culturel. Ses années au Rajasthan lui permettent de dresser un tableau de l’histoire et de la société rajput et de se placer en médiateur entre deux univers. D’autres agents de la Compagnie partagent sa vision et le rejoignent dans cet espace hybride. D’où les termes du titre choisi par Florence d’Souza : Savoir, Médiation et Empire.

4Dans son ouvrage qui comprend sept chapitres, des documents annexes inédits et une bibliographie exhaustive, Florence d’Souza dresse le portrait d’un homme et d’une époque charnière qui voit, après la victoire de Warren Hastings à Plassey en 1757, la consolidation de l’East India Company par le biais de traités d’alliances avec les états princiers.

5Homme de frontière, Tod l’est à bien des égards, il est le pont entre deux cultures, grâce à sa connaissance du droit, des ambitions et des enjeux politiques qu’il communique à sa hiérarchie. Il parvient ainsi à traduire les cultures et les identités des Indiens sans préconstruits ni stéréotypes. Son objectif est d’inciter les princes à soutenir la Compagnie, les connaissances mutuelles ne pouvant que servir les alliances. Il envoie même une supplique à Georges IV pour qu’il accorde leur autonomie aux Rajputs. Il va sans relâche défendre les intérêts des princes indiens et plaider pour l’adoption d’une langue vernaculaire comme langue officielle et non pour l’anglais préconisé par Macaulay. Il entretient, durant ses années au Rajasthan, des liens étroits avec la famille princière du Mewar.

6Il plaide d’autre part pour le potentiel progressiste des lois anglaises et pour le rôle de la science dans l’adoption de réformes innovantes comme le projet d’un canal entre Chitore et Udaipur. Ses méthodes sont empiriques et ses applications pragmatiques, comme celles d’un certain nombre d’agents de la Compagnie à la même époque – tel Thomas Munro à Madras dans ses réformes des taxes sur les revenus agricoles ou ryotwari qu’il jugeait exorbitantes.

7Florence d’Souza dresse également le portrait d’un érudit qui tente de distinguer les faits des idéologies. Dans sa quête de connaissances, il écarte les préconstruits et a recours aux sources manuscrites, aux chroniques et artefacts. Avec l’aide de traducteurs, savants et érudits indiens, il tente de combler l’écart entre mythe et histoire des Rajputs et du Gujarat pour dresser un tableau de ces sociétés et de leurs origines. Dans cette optique, il réussit à avoir accès à des bibliothèques qui ont survécu aux guerres et pillages divers dont ceux des Portugais. Il note à la fois la complexité des sociétés et le syncrétisme qui prévaut, outre la flexibilité et l’adaptabilité des pratiques politiques.

8Tod est, de toute évidence, un homme de son époque. Il présente le point de vue britannique sans complaisance mais critique, comme James Mill, les traités d’alliance entre les états princiers et la Compagnie qui, en fournissant les troupes à un état, supprime du même coup les contre pouvoirs et impose les diktats de politique extérieure. Tod, à l’inverse, prône l’indépendance des états rajputs. Il critique également les taxes contreproductives sur le sel et sur l’opium et remet en cause les impôts fonciers et ceux sur les produits agricoles. Il est l’avocat d’une continuité dans le maintien des institutions locales existantes et pour leur modernisation. D’où la logique de sa démission en 1823 et son retour en Grande Bretagne.

9Cette seconde carrière d’écrivain orientaliste débute à son retour en 1823 – il met en forme les matériaux collectés sur le terrain, passant de la fonction d’observateur à celle de traducteur à l’intention des sociétés savantes. Cet esprit encyclopédique qui est l’apanage des hommes de la Compagnie, comme James Mill – ou Thomas Munro, contribue à asseoir sa réputation.

10Ses ouvrages, Annals and Antiquities of Rajasthan publié en 1829, le second volume du même titre en 1832, Travels in Western India en 1839, se démarquent à la fois par leur caractère anthropologique, esthétique, romantique et scientifique. Les stratégies narratives de Tod visent en effet un lectorat plus érudit et plus vaste, même s’il est encore proche de la Compagnie et convoqué par un comité de la Chambre des Communes pour se prononcer sur le renouvellement de la Charte de la Compagnie en 1833.

11Dans cette optique, il donne à sa production un cadre idéologique et esthétique, celui du pittoresque représenté par les peintres de l’Inde les Daniell et William Hodges pour étonner et ravir ses lecteurs et celui des Lumières, dans l’observation et dans la vérification des hypothèses. Il met également l’accent sur le principe d’universalité et sur le syncrétisme par l’usage combiné de termes écossais et locaux.

12Il accorde beaucoup de crédit aux nouvelles sciences, dont l’anthropologie, définie comme la science comparative de la généalogie et des systèmes de parenté. Pour mener à bien ses recherches, il a recours à des érudits indiens et aux ouvrages d’une bibliothèque jain rescapée des destructions.

13L’émergence de la botanique, de la zoologie et de la géologie font de l’Inde un théâtre d’enquête et d’expérimentation, ce qui passionne Tod et ses proches collaborateurs indiens.

14La trame romantique occupe chez Tod une fonction particulière dans le sous-texte que constituent les citations qui émaillent ses ouvrages. Elle présente la vision du monde rajput à travers un prisme très codé qui tend à minimiser la singularité pour accentuer l’universalité à travers les symboles, ce fonds commun où l’humanité puise ses mythes fondateurs.

15Le rôle de pionnier dans le domaine orientaliste lui est donc reconnu car il a su adapter les matériaux locaux à un public d’érudits et il se place comme expert dans le paysage intellectuel ayant exploré de nouveaux territoires et champs de connaissances en géologie, botanique, mythologie, histoire, linguistique, même si certaines théories restent sans fondement, en particulier l’origine commune de l’humanité et le système féodal des Rajput. Tod est en effet lu et commenté dans toutes les sociétés savantes d’Europe. On fait son éloge sur la sélection des données : même Eugène Burnouf et Sylvestre de Sacy qui lui reproche son absence de plan, d’index et de structure thématique.

16Tod est, au final, l’un de ces voyageurs qui a transmis sa compréhension de l’altérité et dépassé l’approche binaire des différences, situé à la frontière entre Orient et Occident comme ses contemporains Mark Wilkes, Colin Mackenzie et Thomas Munro.

17Cette exploration de l’œuvre et de la vie de Tod est riche en matériaux et en analyses. L’intérêt spécifique de l’ouvrage réside dans son approche comparative, et également dans l’analyse de la réception de ses œuvres par ses contemporains, très éclairante sur la période charnière de la colonisation. Les chapitres sur le romantisme mériteraient d’être plus synthétiques, ainsi que les passages concernant les querelles de succession. On peut également regretter l’absence d’analyse sur la fonction des illustrations – puisque ce sont aussi des sous-textes.

18Cette étude repositionne le concept de « violence épistémologique », le savoir ne pouvant se réduire à une dépossession de l’autre ni à un outil de domination. Sans doute l’espace de partage de transmission n’a-t-il pas été suffisamment occupé car l’accès à la modernité ne s’est pas opéré dans cette continuité prônée par Tod.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Weeks, « Florence d’Souza, Knowledge, Mediation & Empire: James Tod’s Journeys among the Rajputs », XVII-XVIII, 73 | 2016, 316-320.

Référence électronique

Joëlle Weeks, « Florence d’Souza, Knowledge, Mediation & Empire: James Tod’s Journeys among the Rajputs », XVII-XVIII [En ligne], 73 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://1718.revues.org/795

Haut de page

Auteur

Joëlle Weeks

Université de Paris I - SARI (Société d’activités et de recherches sur les mondes indiens)

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org