Navigation – Plan du site

LA COULEUR DANS LE MONDE ANGLOPHONE AUX DIX-SEPTIÈME ET DIX-HUITIÈME SIÈCLES, Colloque annuel de la Société, Paris, 12-13 janvier 2018 ᅳ il est aussi possible d’envoyer une proposition de communication sans participer au colloque

Conférencière invitée :

Madame le Professeur Jacqueline Lichtenstein (Université Paris Sorbonne)

Appel à communications

La couleur peut être problématisée d’un point de vue esthétique, historique, poétique et scientifique. Alors que le langage de la couleur et, selon le terme employé par Jacqueline Lichtenstein, son éloquence, ont été marqués par des changements importants au fil des dix-septième et dix-huitième siècles, nous invitons les participants à ce colloque à soumettre des propositions dans lesquelles les mutations historiques, philosophiques et sociales seront évaluées au prisme de la couleur, tant sur le plan de la production, de l’application que de la perception. On s’intéressera donc à la matérialité des couleurs, mais aussi à la couleur comme discours et objet de discours, en convoquant plusieurs approches épistémologiques et méthodologiques. La couleur comme un enjeu à travers des facteurs économiques, politiques, sociaux interagissant durant toute la période permettra d’aborder les questions sous-jacentes liées à la couleur.

Nombreuses sont les approches possibles. En littérature, par exemple, on pourra se demander quelles sont les répercussions symboliques et esthétiques de l’emploi de certaines couleurs dans l’écriture dramaturgique, la fiction ou la poésie. Quelles couleurs ont joué un rôle prépondérant chez certains auteurs, mais également dans de cadre de quelles sociabilités ou cercles spécifiques de lecteurs la couleur avait de l’importance. Au-delà de la couleur prise comme un code herméneutique, certaines couleurs sont dotées d’une aura particulière, comme le montre la récente polémique suscitée par l’embargo d’Anish Kapoor suite à la découverte d’un noir absolu, nommé Vantablack. Trouve-t’on un équivalent à cette démarche dans la période qui nous intéresse ? Les plus célèbres pages de Tristram Shandy témoignent d’un choix chromatique qui se transforme en pierre de touche pour un langage esthétique mais articulent également un questionnement sur le monde de l’imprimé et sur des techniques de reproduction. Au cours du long dix-huitième siècle, et en rapport avec l’industrialisation, a émergé une nouvelle société en Grande- Bretagne et dans la jeune Amérique. Inspirée des manuels de peinture chinois du dix-septième siècle, la technique d’impression polychrome s’est développée. Cartographier la circulation et la diffusion de ces nouveaux supports imprimés en prenant en compte l’essor du marché de l’estampe est aussi lié à l’emploi de la couleur. Qu’il s’agisse de cartes, d’ouvrages d’anatomie, de botanique ou d’ornithologie les illustrations en couleurs y tenaient une place de choix. Ces illustrations, le plus souvent réalisées à la poupée, faisaient montre du talent des artistes et de la nécessité d’organiser la chaîne de travail. Mais ces images s’inscrivaient aussi dans une pratique expérimentale et parfois empiriste. Les communications portant sur la distribution des tâches dans les ateliers ou encore des archives permettant d’établir les critères qui présidaient au choix entre couleur et monochromie seront les bienvenues. La manière dont les auteurs décident des couleurs de vêtements pour les personnages dans un texte, sur scène, ou sur une toile fait de la couleur autant une décision narrative qu’un procédé de visualisation. L’histoire du costume au dix-huitième siècle, notamment, est marquée par un goût prononcé des hommes et des femmes pour les couleurs vives. Comment cela s’inscrit-il dans des pratiques vestimentaires en amont et quels sont les paramètres qui attestent de changements dans ce domaine. Bien avant l’IKB d’Yves Klein, Wedgwood avait bâti un empire industriel lié à un bleu pâle emblématique devenu la marque de fabrique de cette société du Staffordshire. Le textile, le cuir et la porcelaine étaient des industries florissantes, en partie grâce à la couleur.

Parmi les nombreuses pistes possibles, on peut envisager de traiter le rapport entre la couleur et les sens, ou encore se demander quels sont les paradigmes à l’œuvre dans la réception et perception des couleurs (traité de Goethe sur les couleurs, Waller, cercle colorimétrique de Newon, RVB de Thomas Young). Jacqueline Lichtenstein remarque au sujet de Roger de Piles que, selon lui,  pour lui « le peintre doit convaincre (nos) yeux tout comme l’éloquence d’un homme doit toucher notre cœur. » La couleur est autant modalité rhétorique que le reflet de l’acceptation, ou au contraire du rejet de certaines normes sociales. Dans le roman de Jane Austen Northanger Abbey, le noir ou le blanc symbolisent les valeurs codifiées de l’auteur mais aussi celles de la société de l’époque. Lorsque Roxana se met en tête de séduire son propriétaire, elle porte une tenue blanche, gage de son rang social. Toutefois, la complémentarité du costume et de la couleur ne représentent qu’une des multiples manières d’interroger les rapports entre le corps et la couleur. Que ce soit dans les îles Britanniques ou dans la jeune Amérique, la question raciale était omniprésente. Pour cette raison, le colloque se veut ouvert à des réflexions interdisciplinaires sur les rapports entre couleur et corps. En outre, on pourra s’intéresser aux croyances et superstitions générées par les couleurs, aux découvertes scientifiques tout en prenant en compte les classifications établies dans le sillage de Newton. Ce colloque international ambitionne d’articuler des travaux issus de nombreux champs disciplinaires (études culturelles, scientifiques, historiques, visuelles et littéraires) et encourage des propositions dans ce sens-là.

Les axes possibles mais non limitatifs peuvent être :
.la couleur : matière et matérialité (l’origine des pigments, les liens avec les techniques, les teintures, l’histoire des objets)
·la couleur comme manifestation d’échanges culturels (modes de production, réseaux) en lien avec d’autres industries
·la couleur et les techniques d’impression (l’imprimé, le marché de l’estampe, les procédés d’analyse chromatique)
·la couleur, les arts et les sciences (l’optique, les mathématiques, la médecine, l’histoire naturelle)
·les tensions et oppositions liées à la couleur dans les discours philosophiques, esthétiques (la perception de la profondeur, les principes hérités de l’Age classique), politiques (identités nationales, pamphlets satiriques) et religieux
·la couleur et d’autres créations artistiques (fiction, théâtre, poésie, musique)
·la couleur et le rapport au corps (théories raciales, corps idéal, cosmétiques, genre)

Dates

Les propositions de communication en français ou en anglais (titre, résumé de 300 mots environ et courte biographie) devront être envoyées pour le 30 juillet 2017 à
l’organisatrice Brigitte Friant-Kessler (Valenciennes) : brigitte.friant-kessler@univ-valenciennes.fr
et à la Secrétaire générale de la Société
Sophie Vasset (Paris Diderot) : sophie.vasset@univ-paris-diderot.fr
Les réponses aux propositions seront communiquées le 15 septembre 2017.

Bibliographie

Ball, Philip. « The Invention of Colour », Frédéric Ogée and Maurice Géracht (eds) Definitions of Color/de la Couleur. Interfaces – image, texte, langage – vol. 33, 2013. 1-32.

E-rea 2015. Sophie Chiari (ed.), « The Dyer’s Hand » : Colours in Early Modern England, 12.2, 2015.
https://erea.revues.org/4197

Gage, John. Colour and Culture. Practice and Meaning from Antiquity to Abstraction. London: Thames & Hudson, (1993), 2012.

Hannah Greig, Hannah. « Faction and Fashion : The Politics of Court Dress in Eighteenth-Century England », Apparence(s) [Online], 6 | 2015.
http://apparences.revues.org/1311

Hayward, Maria. « Dressing Charles II : The King’s Clothing Choices (1660–85) », Apparence(s) [Online], 6 | 2015
http://apparences.revues.org/1320

Hugues, Clair. Dressed in Fiction. New York: Berg Publishers, 2006.

Lichtenstein, Jacqueline. La couleur éloquente. Paris: Flammarion 1989.

Lichtenstein, Jacqueline. The Eloquence of Color: Rhetoric and Painting in the French Classical Age. Berlekey: University of California Press, 1993.

Ogée, Frédéric and Maurice Géracht (eds) Definitions of Color/de la Couleur. Interfaces – image, texte, langage – vol. 33, 2013.

Pastoureau Michel et Dominique Simonnet. Couleurs: le grand livre. Paris : Panama , 2008.

Pastoureau, Michel. Green: The History of a Color. Trans. Jody Gladding. Princeton and Oxford: Princeton University Press, 2014

Pastoureau, Michel. Noir : histoire d’une couleur. Paris : Editions du Seuil, 2008.

Pastoureau, Michel. Red: The History of a Color. 2009. Princeton : Princeton U Press, 2017

Pigeaud, Jackie (dir.). La couleur, les couleurs : XIes Entretiens de La Garenne-Lemot. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2007.
http://books.openedition.org/pur/29159

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Revues.org